Le profil de Chambaron
Grand maître
9357
points

Questions
25

Réponses
1242

  • Grand maître Demandé le 24 novembre 2014 dans Général

    Bonjour,

    Je n’ai rien trouvé non plus de totalement pertinent sur la question.

    Cela étant,  ne me semble pas incorrecte syntaxiquement,  et l’ellipse de « celle » ou « celui » avant « de » est même un allègement de la tournure : Quelle bonne idée que (celle) de poser une question !
    On conserve par ailleurs la structure des phrases comparatives proches dans lesquelles le « que » est indispensable au sens : C’est une meilleure idée que de rester  ou C’est  plus courageux que de  s’enfuir.  La suppression du « que » changerait alors le sens de la phrase.

    Pour le reste, c’est affaire de goût et de style.

    D’autres réponses et approches sur le sujet seraient sûrement les bienvenues…

    • 7385 vues
    • 3 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 23 novembre 2014 dans Conjugaison

    Comme souvent, faites le test de remplacer le mot qui pose problème par un qui n’en pose pas !
    Dans le cas proposé, essayez la 1re personne du pluriel (nous) au lieu de la 1re du singulier (je) : tout devient facile.
    Vous constatez en effet que « nous serions ravies de rejoindre votre équipe » (au conditionnel) convient mieux pour une candidature que « nous serons ravies de … » puisque le recrutement n’est pas encore fait.
    Si tout se passe bien, et le contrat une fois signé,vous serez alors fier d’écrire au futur simple : « nous serons ravies (je serai ravie) de rejoindre votre équipe le 1er décembre ».
    Bonne chance !

    • 242656 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 21 novembre 2014 dans Accords

    Bonsoir,

    L’explication d’Itello est la bonne.

    Ajoutons que cette règle est aussi valable pour « cent« :  on écrira donc « La place cinq cent » (la cinq centième). Je ne vois pas d’exemple réaliste avec « million » ou « milliard » (quel objet est classable à ce niveau ? ), mais la règle serait la même.

    Pour finir sur une note souriante, on peut s’interroger sur la raison de cette bizarrerie lexicale du « quatre-vingts » liée à celle du « soixante-dix ». En fait, elle ne concerne que la France, puisque nombre d’autres pays francophones (Suisse et Belgique) ont plus logiquement adopté huitante (ou octante) et septante. Il semble que ce soit une survivance d’un vieux système de numération en base vingt (dit vicésimal) englouti ensuite par le système décimal.

    On en trouve notamment trace dans l’ancien système monétaire anglais ( une livre valait 20 shillings ) ou français, dans lequel un franc valait 20 sous, ce qui est à la base de l’expression : « il te manque toujours dix-neuf sous pour faire un franc ! ». Cela explique, de plus,  pourquoi ce diable de « vingt » continue de jouer les hurluberlus dans notre langue moderne : comme le « cent », il s’est substantivé et s’accorde à l’occasion !

    • 10491 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 20 novembre 2014 dans Accords

    Post-scriptum pour Joëlle :

    D’autant que ce n’est pas gracieux…

    Abrégé en gratte-c…, non plus !

    Ciel-de-lit pour aujourd’hui.

    • 18888 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 20 novembre 2014 dans Général

    Les deux mots semblent voguer de conserve depuis plus d’un siècle sans encombre, et il n’est pas sage d’en immoler un sur l’autel de la simplification.

    De plus, ainsi que le souligne Alain Rey (Dict. historique de la langue française), coordonnateur est plus fort de contenu que son confrère, car induisant la notion « d’ordres donnés » en sus de la simple coordination. Dit en termes militaires, Napoléon était un grand coordonnateur, mais il avait la chance de disposer de bons coordinateurs du mouvement de ses troupes !

    Dans tous les cas, il convient de bannir sans équivoque le verbe coordiner  que l’on entend ça et là : barbarisme directement importé de l’anglais…

    • 9924 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 20 novembre 2014 dans Général

    La page citée par Itello est tout à fait pertinente.

    S’il faut se faire une philosophie pragmatique, disons qu’il est préférable au quotidien d’éviter cette tournure, afin d’économiser une querelle interminable avec un puriste passant par là !  Si on l’utilise, la restreindre aux cas où l’on a bien l’idée d’opposition entre deux éléments. Votre contradicteur sera alors bien interdit de votre érudition…

    • 19571 vues
    • 19 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 20 novembre 2014 dans Général

    On peut argumenter de…, au sujet de…, contre…, pour… ou en faveur de…, mais pas « que » !
    C’est déjà bien, et vous pouvez vous inspirer de nombreux synonymes selon le contexte : objecter, plaider, mettre en avant, expliciter, développer…
    Arguer, bien que moins courant, correspond au mieux à l’idée d’argumenter. Attention néanmoins à l’écriture (pas de tréma dans l’orthographe traditionnelle, tréma sur le U dans l’orthographe révisée de 1990) et à la prononciation. En effet, le U doit être détaché du E : on argu-e (d’où le tréma).
    J’espère que vous ne prendrez pas cela pour une … argutie.

    • 5662 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 20 novembre 2014 dans Accords

    Réponses circonstanciées et concordantes !

    Pour  ne pas hésiter, testez la phrase avec les deux articles, masculin et féminin, et ralliez-vous au parti qui sonne le mieux !

    • 10957 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 20 novembre 2014 dans Accords

    Il paraît que nous aurons bientôt un label national reconnu pour cela : sans doute une ouverture vers la lexicalisation complète mentionnée par Itello !
    En attendant, il semble préférable de connaître par soi-même les restaurants proposant une bonne cuisine faite maison.

    Et espérons que vous aurez trouvé dans les nombreuses réponses à votre question celle cousue main que vous recherchiez…

    • 58566 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 20 novembre 2014 dans Général

    Je ne peux que me rallier totalement à la réponse de Joëlle.

    Je comprends bien la position d’Itello, mais dans une société où tout part dans tous les sens, nous devons nous attacher à rendre les règles de bon sens simples et digestes. Sinon le message est brouillé et les ergotages de spécialistes égarent quelque peu l’homme de la rue !

    Dans le cas où ledit ministère existe sous cette appellation, il faut mettre la majuscule :  le ministre des Affaires étrangères, mais le « ministre de l’électricité », car il n’y a pas de ministère établi pour cette activité (on devrait d’ailleurs écrire « en charge de l’électricité »). Je ne sais pourquoi Le Monde retient une autre approche. C’est une question à leur poser…

    Cette réponse a été acceptée par FabFromTheEdge. le 20 novembre 2014 Vous avez gagné 15 points.

    • 7524 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes