Le profil de pygmalion
Érudit
112
points

Questions
3

Réponses
16

  • Érudit Demandé le 25 octobre 2015 dans Conjugaison

    Le verbe demander au participe passé a pour COD le mot efforts (demander/exiger des efforts). Avec l’auxiliaire AVOIR, ce COD étant antéposé, l’accord se fait en genre et en nombre : donc  « Il ne se rend pas compte des efforts que cela a demandés. »

    Ou bien y a-t-il quelque piège, quelque subtilité cachée, Grand maître ?

    Pygmalion

     

    Cette réponse a été acceptée par jean bordes. le 25 octobre 2015 Vous avez gagné 15 points.

    • 4065 vues
    • 7 réponses
    • 1 votes
  • Érudit Demandé le 25 octobre 2015 dans Général

    Bonjour,

    Dans tous les cas de figure (3 formes interrogatives possibles) on dit :
    – Quelle heure est-il ? (langue soutenue)
    – Il est quelle heure ? (avec une intonation montante)
    – Quelle heure est-ce qu’il est ? (plus lourd)

    IL est pronom impersonnel comme dans les tournures :  il pleut ou il y a

    Bonne journée !
    Cordialement
    Pygmalion

    • 1932 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 24 octobre 2015 dans Général

    au choix : autorisation, aval, approbation.

    Objet :  pour aval

    Cdlt

    • 11635 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 24 octobre 2015 dans Général

    Suggestion :

    Avec votre autorisation (aval/approbation), mon projet de fin d’études sera encadré par Monsieur X  : suite à ma demande d’encadrement (de tutorat), il vient en effet de me donner son accord  avec la volonté manifeste de m’épauler dans mon travail. Il m’a dit qu’il vous transmettrait l’information. Pour ma part, je m’engage à faire tout mon possible afin de me montrer à la hauteur !

    PS : au discours indirect,  la concordance des temps impose, avec un verbe introducteur au passé dans la proposition principale (il m’a dit que….), de mettre le verbe de la proposition subordonnée complétive au conditionnel présent lorsque celui-ci était au futur, au discours direct :  donc « il m’a dit qu’il vous transmettrait…. »

    Cordialement
    Pygmalion

    • 11635 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 17 octobre 2015 dans Accords

    «Ils ont l’air sérieux avec leur(s) cravate(s)»
    «Mes compagnons, ôtant leur chapeau goudronné […] » (Chateaubriand) ;
    « Les deux lords […] ôtèrent leurs chapeaux » (Hugo) ;
    « trois avaient déjà retrouvé leur femme » (Chamson) ;
    « deux de mes amis et leurs femmes » (Arland).

    Personnellement, je mets la phrase au singulier pour y voir plus clair.

    – « IL A l’air sérieux avec SA cravate » donc L E U R  considérant que chaque personne n’a qu’une cravate.
    ==> « Ils ont l’air sérieux avec LEUR cravate.

    – « UN de mes amis et SA femme » donc L E U R.
    ==> « Deux de mes amis et LEUR femme »
    L E U R S impliquerait sans doute un cas de bigamie. « UN de mes amis et SES femmes » ==> Deux de mes amis et LEURS femmes.

    Mais cela n’engage que moi, bien sûr.

    Pygmalion.

    • 12009 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 29 septembre 2015 dans Général

    Bonjour,

    1) Si vous pouvez remplacer /LEUR/ pas SES – en mettant la phrase au singulier – c’est qu’il s’agit de l’adjectif possessif : LEUR (+nom singulier) et LEURS (+ nom pluriel).

    Il/Elle vous invite à souhaiter SES 27 ans. ==> Ils vous invitent à souhaiter/partager LEURS 27 ans de mariage.

    2) Si vous pouvez remplacer /LEUR/ par LUI – en mettant la phrase au singulier – c’est qu’il s’agit du pronom personnel complément d’objet indirect : LEUR (+ verbe)
    Je LUI souhaite un bon anniversaire ==> Je LEUR souhaite un bon anniversaire.

    Cordialement
    Pygmalion

    • 28984 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 23 septembre 2015 dans Conjugaison

    « La réponse à ma question ne m’aide pas… Quand il s’agit d’une phrase courte au mode impératif, je sais l’utiliser mais je n’y arrive plus dans une phrase complexe surtout quand  il y a concordance de temps avec le mode indicatif ? »

    Par concordance de temps, vous voulez sans doute dire que la morphologie de l’indicatif présent se confond avec celle de l’impératif présent?  (En grammaire, la concordance des temps correspond à une autre réalité).

    Pas tout à fait.

    L’impératif se conjugue seulement avec 3 personnes. Il se caractérise par l’absence des pronoms personnels (tu, nous, vous).
    Chante ! (sans -s)
    Chantons !
    Chantez !

    A la 3e personne du singulier et à celle du pluriel, on peut utiliser le subjonctif :
    Qu’il(s) entre(nt) = dites-lui/leur d’entrer
    Qu’il(s) vienne(nt) = dites-lui/leur de venir

    L’impératif est utilisé pour :
    – donner un ordre : Sortez ! (= Je vous ordonne de sortir ==> indicatif présent)
    – solliciter/encourager : Allez, chante-nous une petite chanson !
    – (dé-)conseiller :  Ne fumez pas, c’est mauvais pour la santé (= vous ne devriez pas fumer ==> conditionnel présent)
    – donner des instructions : prenez la première à droite….. (vous prendrez la première à droite… ==> futur simple)
    – inviter : Venez prendre un verre à la maison, ce soir.
    (Et si vous veniez prendre un verre …  ==> imparfait)
    (Que diriez-vous de venir prendre un verre…  ==> conditionnel présent)

    Cordialement
    Pygmalion

    • 2456 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 23 septembre 2015 dans Conjugaison

    Bonjour Diane,

    1. Ce n’est pas le verbe être mais avoir car on dit : avoir de l’expérience.

    Il est nécessaire qu’il ait l’expérience d’un poste similaire.

    L’erreur est fréquente, car ait/est sont des homophones grammaticaux. Il faut donc rechercher le verbe infinitif.

    2. Après il est + adjectif + que, on emploie le mode subjonctif.

    Pour vous en convaincre, utilisez après cette tournure un verbe qui a une forme subjonctive propre :

    Par exemple :

    Il est nécessaire qu‘il soit (être) ponctuel.
    Il est impératif qu‘il  connaisse (connaître)  l’infographie (et non, connaît)

    3. Contrairement au mode indicatif qui présente des faits comme des réalités, des certitudes au passé, présent et futur, le mode subjonctif présent le monde sous l’angle du possible, de l’éventualité, de l’hypothèse gratuite, de la conjecture.

    Dans votre exemple – descriptif d’un emploi – une  société recherche idéalement un candidat qui possède toutes les qualités requises.  Existe-t-il vraiment sur le marché du travail ? Elle ne peut que l’espérer, c’est pourquoi il y a emploi du mode subjonctif.

    Cordialement vôtre.
    Pygmalion

    • 1834 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 18 septembre 2015 dans Général

    Elle a permis quoi ? (cette folie=COD) ;
    à qui ? (elle-même= s’=COI).

    Un phrase peut tout à fait contenir un COD et un COI.

    Ex. J’envoie une réponse (COD) à Yvan (COI).

    • 2045 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 18 septembre 2015 dans Question de langue

    Bonjour,

    Cela tient au régime du verbe : revendiquer est directement suivi d’un nom (revendiquer quelque chose).

    Dans votre phrase, il me semble qu’il a le sens de :
    – assumer, prendre sur soi, endossez la responsabilité de….
    ou bien
    – affirmer que… ou insister sur le fait que

    Donc, on pourrait peut-être tourner votre phrase autrement, en la précisant  :

    Je revendique/j’assume …. l’utilisation fondamentale de ce produit dans mon projet.

    Variante :
    J’affirme … ou  je pense/crois fermement …
    …. que l’utilisation de ce produit est fondamentale dans mon projet.
    … qu’il est fondamental d’utiliser ce produit dans mon projet.

    • 2712 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes