Le profil de Largo
Érudit
128
points

Questions
0

Réponses
14

  • Érudit Demandé le 26 juillet 2019 dans Accords

    Nous contournons le musée que Jeanne nous a emmenées visiter.

    Le COD (que) est placé avant la forme verbale comprenant le participe passé, et le participe passé est sujet de l’action exprimée par l’infinitif. Le participe s’accorde alors en genre et en nombre.

    Pas de virgule dans cette phrase : la relative est déterminative.

    • 2821 vues
    • 5 réponses
    • 1 votes
  • Érudit Demandé le 25 juillet 2019 dans Général

    Quand on a un complément circonstanciel (ou un adverbe) précédé d’un mot élidé, il ne peut jamais être encadré par des virgules : J’ajoute qu’en cas de désaccord ce texte fera foi (et non J’ajoute qu’en cas de désaccord, ce texte fera foi). En revanche, virgules possibles s’il n’y a pas de mot élidé devant le complément ou l’adverbe : J’ajoute que, sauf clause contraire, ce texte fera foi.

    source : Dictionnaire Bordas des pièges et difficultés… – Jean Girodet.

    • 905 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 23 juillet 2019 dans Général

    La ponctuation est correcte dans la première phrase : « par-dessus le marché » est une incidente isolée par deux virgules. ouvrante et fermante. Dans la seconde phrase, la virgule rapproche deux groupes syntaxiques suite à une ellipse. Elle me semble cependant un peu faible. Il faudrait soit répéter « Ce sont », soit la remplacer par un point.

    • 692 vues
    • 3 réponses
    • -1 votes
  • Érudit Demandé le 22 juillet 2019 dans Conjugaison

    Nous pensons que « X » serait susceptible de vous intéresser.

    Cette phrase peut s’interpréter de deux manières différentes. Le conditionnel peut être un conditionnel d’atténuation, exprimant la politesse ou l’incertitude. Il peut également être un conditionnel temporel, exprimant une action envisagée dans le futur.

    Nous pensons que « X » est susceptible de vous intéresser.

    Ici, pour évoquer la possibilité, l’emploi du conditionnel n’est pas indispensable, puisque l’adjectif susceptible exprime déjà la modalité du possible. Le choix du conditionnel ou de l’indicatif va donc dépendre du contexte et de ce que vous souhaitez exprimer.

    • 1046 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 21 juillet 2019 dans Question de langue

    « Ville départ »
    Il s’agit manifestement d’une expression formant une unité linguistique. Cependant, le trait d’union est réservé aux formes lexicalisées des mots composés, comme l’a rappelé Joëlle. Ici, le mot départ est un nom épithète, c’est-à-dire un nom employé comme un adjectif.

    • 1506 vues
    • 13 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 19 juillet 2019 dans Accords

    Des événements, Dieu sait s’il y en a eu.

    Le participe passé reste invariable dans cette tournure impersonnelle.

    • 805 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 18 juillet 2019 dans Général

    @ChristianF

    Je note cependant qu’aucun des noms communs cités dans votre liste d’exemples ne possède de déterminant, conformément aux mauvais usages du langage publicitaire. Les noms communs ne sont donc pas actualisés : « farine » « huile » « terreau » « graisse » « nettoyant ». Ces noms sont envisagés dans leur plus grande généralité, ils sont employés de manière virtuelle et sont indépendants du contexte.

    En situation d’énonciation, on écrira :

    Une farine pour tous les usages.

    Mais « une farine multi-usages » conviendrait mieux.

    • 907 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 18 juillet 2019 dans Général

    « des vannes tout fluide »
    Ci-dessus, tout fluide est une locution adjectivale, comme dans « des véhicules tout-terrain ».

    « des vannes tous fluides »
    Formulation incorrecte.

    • 907 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 17 juillet 2019 dans Accords

    Si les minutes ont une incidence sur le plan comptable, le pluriel est nécessaire. Sinon, il est inutile de les mentionner.

    • 871 vues
    • 3 réponses
    • 1 votes
  • Érudit Demandé le 17 juillet 2019 dans Question de langue

    Est-ce que tu veux autre chose ?

    Dans la phrase ci-dessus, autre chose  est un pronom indéfini. Le mot chose  a perdu sa valeur nominale, ce n’est plus un substantif. C’est pourquoi il n’est précédé par aucun article indéfini.

    Hormis ce cas particulier, l’article est nécessaire. 

    J’ai vu un autre film.
    Je lis maintenant un autre livre.
    Il y a d’autres personnes.

    Cette réponse a été acceptée par ameliorerlefrancais. le 18 juillet 2019 Vous avez gagné 15 points.

    • 1116 vues
    • 1 réponses
    • -1 votes