Le profil de jean bordes
Grand maître
9787
points

Questions
48

Réponses
1661

  • Grand maître Demandé le 8 avril 2019 dans Question de langue

    État prend toujours une majuscule lorsqu’il désigne la personne morale de droit public :
    ex. Le rôle de l’Etat. Un conseiller d’Etat…
    Sinon, il prend une minuscule (l’état-major, l’état civil…).

    Ce terme ne commence pas par une dénomination officielle et prend donc toujours la minuscule :

    • l’état-major d’un corps d’armée
    • l’état-major d’une entreprise
    • l’état-major d’un syndicat
    • l’état-major d’un ministre
    • l’École d’état-major des Forces françaises

    On écrira en revanche :

    • Monsieur le Chef d’état-major de la défense, nous vous souhaitons la bienvenue.

     

    • 73 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 5 avril 2019 dans Accords

    C’est la même chose.
    Dans un cas on met l’accent sur la validation, on dira « la validation finale », dans l’autre on met l’accent sur le test, on dira « le test final ».
    On peut employer les deux expressions.

    Cette réponse a été acceptée par Soyu. le 5 avril 2019 Vous avez gagné 15 points.

    • 67 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 25 mars 2019 dans Question de langue

    À mon sens, il vaudrait mieux rédiger ainsi :
    « Afin de garantir la qualité et la sécurité de vos essais chimiques… »

    Sinon, la préposition pour n’est pas à exclure, mais la préposition à convient mieux.

    • 60 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 21 mars 2019 dans Général

    « jeune » est ici adjectif, il qualifie le nom « Breton » qui doit donc prendre une majuscule :
    « Le Breton Yvon Kemeneur… ».
    « Le jeune Breton Yvon Kemeneur… ».

    • 82 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 21 mars 2019 dans Accords

    On pourrait dire « pour n’importe quel type de publc » et donc « pour tout type de public ».

    • 85 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 19 mars 2019 dans Accords

    Votre phrase est correcte, mais que vient faire l’humilité là-dedans ? Où alors votre phrase est très mal rédigée.

    • 66 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 12 mars 2019 dans Question de langue

    Il y a doute, le subjonctif est donc de rigueur :
    « Pensez-vous, s’il vous plaît, qu’il soit possible de… »

    Cette réponse a été acceptée par grmber. le 12 mars 2019 Vous avez gagné 15 points.

    • 113 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 8 mars 2019 dans Question de langue

    Conjugaison :
    C’est moi qui ——>  je  ——> j’ai.
    On écrit donc :
    C’est moi  qui ai
    C’est toi qui as

    • 131 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 8 mars 2019 dans Général

    Jésuite est un nom commun comme celui des moines bénédictins, de l’ordre de Saint- Benoît.
    On écrit donc : les jésuites.

    • 99 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 8 mars 2019 dans Général

    Dont signifie de qui, de quoi.
    Dont « contient » en quelque sorte un de.
    Il ne faut alors pas employer dont lorsque son antécédent (le mot qu’il représente) est uni à la préposition de, au risque de faire un pléonasme.
    Ainsi, on ne dira pas « c’est  de ce village marocain  dont il se souvient », mais on dira « c’est de ce village marocain  qu’il souvient » ou « c’est ce village marocain dont il se souvient ».
    (Projet Voltaire)

    Ici, la phrase « il s’agit de cette console dont il a envie » n’est pas correcte, car pléonastique (on a « il s’agit de cette console « de quoi » il a envie)
    On écrira donc :
    « Il s’agit de cette console qu’il a envie ».

    • 122 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes