Il faut être…

Bonjour,
Une femme parle et dit :
« Il fallait être timbré pour réaliser de tels exploits. »
Je suis tentée d’ajouter un « e » à la fin de « timbré » : il fallait être timbrée.
Mais « il fallait » me laisse croire que l’on peut également admettre « timbré ».

Merci de vos réponses qui, je l’espère, me permettront d’y voir plus clair.

Cendrine Amateur éclairé Demandé le 17 août 2022 dans Accords

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

8 réponse(s)
 

Oui d’accord Souriceau, on l’entend peut-être mais la formulation n’est pas correcte.
Il faudrait formuler ainsi :
Mesdemoiselles, il faut que vous soyez attentives –  il faudrait que je sois timbrée..

Tara Grand maître Répondu le 17 août 2022

Eh bien non Cendrine, « il faut » est une forme impersonnelle, et donc comme son nom l’indique on parlera de genre neutre.
Il faut être / on doit être timbré pour faire ça.

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 17 août 2022

Bonjour,

Oserais-je un : Il faudrait être fou pour dépenser plus ?

le 17 août 2022.

Osez, osez !

le 17 août 2022.

Ça fait plaisir de vous retrouver parmi nous.

jean bordes Grand maître Répondu le 17 août 2022

Merci Jean, ça me touche !

le 17 août 2022.

Oui c’est  vrai. Bonjour Cathy !

le 17 août 2022.

Bonjour Tara ! Plaisir partagé.

le 19 août 2022.

Merci !

Cendrine Amateur éclairé Répondu le 17 août 2022

Bonjour Cendrine, 

Ici, le contexte est un peu ambigu, l’accord dépendra donc de ce que l’on souhaite dire.

Si on veut énoncer une généralité, on mettra le masculin singulier : « On doit être timbré pour réaliser un tel exploit. »

Si on veut désigner une ou des personnes spécifiques, on accordera en fonction de qui est désigné : « Elle /Je (femme) doit être timbrée pour réaliser un tel exploit. »

Dans un contexte non ambigu, par exemple une prof qui s’adresse à ses élèves dans une classe non mixte composée de filles, je vois mal qu’elle accordera au masculin singulier :  « Mesdemoiselles, maintenant il faut être attentif à ce que je vais dire ». L’accord de l’attribut se fera en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte, ici un féminin pluriel : « Mesdemoiselles, maintenant il faut être attentives à ce que je vais dire »

souriceau Maître Répondu le 17 août 2022

Bonjour Tara,

Pourquoi estimez-vous cette formulation incorrecte ? Dans la phrase de départ, la complétive est infinitive (avec un sujet non exprimé, ce qui peut entraîner une ambiguïté), dans la vôtre la complétive est conjuguée (avec le sujet exprimé, ce qui ôte toute ambiguïté), mais je ne vois pas en quoi la première formulation est incorrecte. De la même façon, je  ne vois pas en quoi la principale impersonnelle peut déterminer l’accord de l’attribut de la complétive.

souriceau Maître Répondu le 17 août 2022

Bonsoir,

Si l’on se réfère à la phrase initiale, sans plus de contexte, que la phrase soit prononcée par une femme, ou un homme, c’est bien l’orthographe «Il fallait être timbré pour réaliser de tels exploits.» qui est correct.
En effet, rien dans cette phrase n’indique que seul le locuteur soit concerné par cette affirmation, le neutre s’impose pour le genre puisqu’il est indéterminé et le singulier pour le nombre, on ne peut être timbré qu’une seule fois.

Même dans la phrase élargie de cette manière «J’ai plongé du pont l’ hiver dernier : l’eau était à 6°. Il fallait être timbré pour réaliser de tels exploits.» et toujours prononcée par une femme il ne faut pas accorder, car comme précédemment, rien n’indique qu’elle soit la seule concernée cette affirmation.

En revanche, l’accord est nécessaire avec la modification suivante : «J’ai plongé du pont l’ hiver dernier : l’eau était à 6°. Il fallait que je sois timbrée pour réaliser de tels exploits.»

 

Ouatitm Grand maître Répondu le 17 août 2022

Bonsoir Ouatitm,

Je vous cite : « car comme précédemment, rien n’indique qu’elle soit la seule concernée cette affirmation. », de fait, seule la personne qui parle sait si elle veut produire un énoncé général (accord masculin singulier avec un sujet indéterminé « neutre ») ou un énoncé spécifique (accord en genre et en nombre avec le sujet implicite déterminé).

Voici deux sources qui ne partagent pas votre avis :

extrait de cet ouvrage (d’où j’ai tiré mon exemple) https://urlz.fr/iZnb

Et extrait de ce site : https://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3836

L’adjectif attribut peut parfois s’accorder de différentes façons, parce qu’on peut déterminer plus d’un sujet implicite possible d’après le contexte. On l’accorde alors avec l’un des sujets implicites possibles, au choix.

Exemples :

– Devenir riche, ce serait bien; mais devenir célèbre, ce serait mieux. (dans un contexte général, ou : Devenir riches, ce serait bien; mais devenir célèbres, ce serait mieux, si l’on parle de plusieurs personnes en particulier)

– L’important, c’est d’être actif, même si on n’est pas sportif. (si le pronom on est employé comme indéfini, dans le sens de « quiconque, tout le monde », ou : L’important, c’est d’être actifs, même si on n’est pas sportifs, si le pronom on remplace nousvousils ou elles)

– Il faut rester neutre (généralité, ou : neutres, dans un contexte où plusieurs personnes se prononcent)

 

souriceau Maître Répondu le 17 août 2022

Bonsoir souriceau,

Je ne vais pas m’étendre sur le il faut qui est un ordre donné à un-une-des…. et qui est très différent du il fallait qui est un quasi conditionnel passé.
Pour être précis, si la personne qui parle souhaite produire un énoncé général elle utilisera l’accord masculin singulier avec un sujet indéterminé  neutre mais elle se doit d’utiliser en revanche un énoncé spécifique et précis, pour désigner le sujet réel :

« Il me fallait être timbrée pour réaliser de tels exploits. »
« Il fallait que je sois timbrée pour réaliser de tels exploits. »

Il existe donc les possibilités de produire un énoncé spécifique parfaitement compréhensible et le fait de ne pas les utiliser implique que le locuteur ne souhaite pas produire ledit énoncé spécifique et que cela entraine l’accord « neutre-singulier ».

La réalité est que ce n’est pas au lecteur de  se triturer les méninges pour comprendre ce qu’il lit, mais bel et bien à l’auteur d’être le plus précis possible.

le 17 août 2022.

Très claire votre explication Ouatitm.

le 22 août 2022.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.