Le profil de ChristianF
Grand maître
481
points

Questions
6

Réponses
923

  • Grand maître Demandé le 16 février 2018 dans Accords

    Bonjour, vous devez vous poser la question : la découverte a rendu qui heureuse ? La réponse est moi, ici m’ (mis pour me), placé avant le verbe donc il faut faire l’accord (au féminin puisque dans votre cas, moi est une femme) : La découverte de la danse m’a rendue plus heureuse.

     Si la phrase avait été : La découverte de la danse a rendu Layla plus heureuse, la réponse aurait été Layla qui cette fois aurait été après le verbe, donc on n’aurait pas fait l’accord (a rendu).

    • 16243 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 16 février 2018 dans Conjugaison

    Bonjour, la question à se poser est : j’avais accommodé qui ? La réponse est : moi(-même), ici le pronom m’ (pour me) placé avant le verbe, donc il faut faire l’accord : je m’étais accommodée à cette ambiance pesante.

    Ah, et au fait : accommodée (avec deux ‘m’) 🙂

    • 919 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 15 février 2018 dans Conjugaison

    Bonjour, le verbe foutre est généralement considéré comme défectif, c’est-à-dire que toutes les conjugaisons n’existent pas (dont précisément le passé simple), cependant on trouve parfois il foutit (je foutis, nous foutîmes, etc.), notamment sous la plume du Marquis de Sade (La Nouvelle Justine — je vous laisse chercher sur Internet, j’avais mis le lien mais en lisant le passage il m’a semblé préférable de le supprimer, pour des raisons de convenance… 😉 )

    • 1022 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 14 février 2018 dans Accords

    Bonjour,

    Après en (partitif), le participe passé reste invariable : « Des femmes comme ça, je n’en ai pas vu souvent« . Dans votre phrase, donc : « On en a libéré », et plutôt « de plus sauvages » au pluriel.

    Aucun(e) est suivi du singulier, sauf lorsque le nom qui suit ne s’emploie qu’au pluriel ou qu’il a un sens différent au pluriel : sans aucuns frais (parce qu’on ne parle jamais d’un frais), aucuns travaux à prévoir (parce qu’aucun travail à prévoir n’aurait pas le même sens). Dans votre phrase, seul congé est dans ce cas : il existe au singulier (il a pris un congé) mais le terme congés payés a une signification bien précise et dans ce cas s’utilise au pluriel . Pour celui-ci, j’utiliserais le pluriel : aucuns congés payés. Par contre je laisserais au singulier aucune cotisation sociale et aucune indemnité, bien qu’ils s’emploient plus souvent au pluriel, il n’y a pas de différence flagrante de sens avec le singulier. 

    Complément de revenu ou de revenus, indifféremment (on parle aussi bien du revenu que des revenus d’une activité, par exemple, sans distinction nette de sens).

    Cette réponse a été acceptée par Tony. le 14 février 2018 Vous avez gagné 15 points.

    • 1466 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 13 février 2018 dans Question de langue

    Bonjour, disposer de s’utilise couramment en parlant d’aptitudes ou de  qualités physiques ou intellectuelles. En un mot, vous avez des dispositions pour le poste souhaité… 🙂

    • 698 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 13 février 2018 dans Question de langue

    Bonjour, votre phrase a du sens et me semble parfaitement correcte grammaticalement. Telle qu’elle est écrite, comme vous sera plutôt compris comme portant sur l’ensemble de la phrase. Si ce n’est pas ce que vous voulez dire, vous pouvez la séparer en deux, par exemple : « Comme vous, j’attache beaucoup d’importance […]. De plus [ou par ailleurs], j’aime m’investir […]« . Vous pouvez aussi ne conserver qu’une phrase et inverser les deux parties : « J’aime m’investir pleinement […] et, comme vous, j’attache beaucoup d’importance […]« .

    • 986 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 13 février 2018 dans Conjugaison

    Bonjour, le verbe « souhaiter » est toujours suivi du subjonctif, donc sache retenir ou retienne. mais pas saura

    • 885 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 8 février 2018 dans Général

    Bonjour, certes on peut le dire, c’est effectivement parfaitement correct sur le plan grammatical. Par contre, cette phrase me gêne sur le plan sémantique, je la trouve vide de sens. Je n’aurais pas été choqué par « ce qui importe le plus [sans pronom avant importe], c’est l’avis de ceux qu’on aime » ou éventuellement « ce qui nous importe le plus […] » ; et pas non plus par « ce qui m’importe le plus, c’est l’avis de ceux que j’aime« . Mais ici l’opposition du « me » de la première partie et du « on » me paraît bancale pour ne pas dire incohérente. Ne connaissant pas le contexte de la question de Nabil, il est difficile de prendre parti, s’il s’agit d’une question d’orthographe ou de grammaire, la réponse est oui, mais si c’est de style ou de sémantique, je conseillerais de l’éviter.

    • 1194 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 30 janvier 2018 dans Accords

    Merci Chambaron. Effectivement, outre ces deux points litigieux (laissé tremper et cent-cinquante-cinq) liés aux rectifications 1990, il y en avait dans cette dictée du Rotary un certain nombre d’autres, dont un « Eh oui, […] » pour lequel il m’a également été compté une faute, étant orthographié « Et oui,  » dans le texte original (ce qui à ma connaissance est carrément fautif).. Enfin, comme il s’agissait d’un événement à caractère ludique et à vocation caritative (ce qui ne devrait pas être incompatible avec une certaine rigueur, mais bon…), je me suis contenté de ma troisième place avec un sourire juste un peu forcé… 😉

    • 6037 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 30 janvier 2018 dans Accords

    Bonjour Joelle, merci de votre réponse. Effectivement, l’auteur(e) de la dictée, présente dans la salle, s’est justifiée en se retranchant derrière les rectifications orthographiques de 1990 qui recommandent de ne plus accorder « laissé » lorsqu’il est suivi de l’infinitif. Ce qui m’a un peu (beaucoup) frustré est que c’est la première fois que j’assiste à un concours où l’orthographe 1990 est la seule admise (surtout que cela ne nous avait pas été spécifié au préalable). De la même façon il m’a été décompté une faute pour « cent cinquante-cinq » qui était orthographié « cent-cinquante-cinq » dans le texte de la dictée… :((

    • 6037 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes