Le profil de jean bordes
Grand maître
10001
points

Questions
48

Réponses
1689

  • Grand maître Demandé le 1 décembre 2014 dans Accords

    « Tout » est ici adverbe et invariable (sauf devant une consonne ou un « h » aspiré). On ecrit donc « les tout petits ».

    • 81103 vues
    • 5 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 1 décembre 2014 dans Question de langue

    La forme correcte, quoique l’on rencontre par ailleurs, est « on réduit au minimum » ; comprendre « à son minimum ».
    En revanche, « on élimine au maximum » ; comprendre « le plus possible ».

    • 10456 vues
    • 5 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 30 novembre 2014 dans Accords

    Vous connaissez la règle, inutile de l’énoncer à nouveau, mais on peut la comprendre ou l’assimiler, simplement, de la façon suivante :
    1. Quand le COD n’est manifestement pas complément du verbe « avoir », « laisser », « donner », etc. au participe passé, il ne peut alors être que le COD de l’infinitif, il n’y a pas d’accord : « la cour qu’Augustin a eu à balayer » ; il évident qu’Augustin n’a pas eu la cour, «qu’» n’est pas COD de « eu », mais il est COD de « balayer ». L’accord est ici inacceptable.
    2. Dans les autres cas, les deux sont possibles, en particulier si l’on peut aussi admettre que le COD est complément du verbe « avoir »,  » laisser », « donner » etc. au participe passé : « des  secrets qu’elle a eus à cacher à sa famille » ; on peut supposer qu’elle a eu des secrets (elle a eu quoi ? des secrets, «qu’»  «qu’» peut être analysé comme COD de « eus », il peut aussi être considéré comme COD de « cacher », on peut alors également écrire « des  secrets qu’elle a eu à cacher à sa famille ». On peut accorder ou pas.

    • 3239 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 30 novembre 2014 dans Accords

    Dans le cas présent, « se tromper », verbe pronominal, n’a pas de complément d’objet, il s’accorde donc avec son sujet. Il faut donc écrire : «Les autorités ne s’y sont pas trompées».

    • 8334 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 29 novembre 2014 dans Général

    Les deux sont corrects.
    Cependant, devant un verbe on emploie le plus souvent « de »  : merci de m’avoir aidé .
    Devant un nom, on emploie plus volontiers « pour »  : merci pour votre aide.
    L’Académie, dans son dictionnaire et pour la définition de « merci », donne parmi les exemples : merci de votre obligeance (donc « de » avec nom).
    Tout est donc possible.

    • 137057 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 27 novembre 2014 dans Conjugaison

    Je me sens obligé de moduler ma réponse précédente qui reste quand même, à mon sens, défendable. L’Académie française précise dans son dictionnaire que le verbe s’ensuivre n’est « usité qu’à la troisième personne du singulier et  du pluriel », donc l’emploi de la 3ème personne du pluriel est correct selon elle. Voilà qui donne raison à Chambaron.

    • 54753 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 27 novembre 2014 dans Conjugaison

    Bien sûr, l’emploi de « il s’en est suivi » est à proscrire.  Que dire après Bruno Dewaele… ? Que le verbe « s’ensuivre » est un verbe impersonnel, l’utilisation de la 3ème personne du pluriel n’est donc pas possible,  malgré la réponse de Chambaron (qui veut éviter des lourdeurs, mais elles sont évitables, la langue française est riche) et la citation que fait Bruno Dewaele de Chateaubriand : «des duels s’ensuivirent».
    De la cause que donne l’illustre écrivain, il résulta des duels donc « il s’ensuivit des duels ».

    • 54753 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 27 novembre 2014 dans Accords

    Dans le cas présent, « ferme » se rapportant  à un nom ne peut avoir valeur d’adverbe.  Il faut donc faire l’accord.

    • 14785 vues
    • 7 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 24 novembre 2014 dans Général

    Certes, l’emploi de « par contre » est déconseillé. Toutefois, il pourrait exceptionnellement s’imposer. L’Académie cite André Gide qui remarquait à ce propos : Trouveriez-vous décent  qu’une femme vous dise :« Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre ; en revanche j’y ai perdu mes deux fils. » ? (Site de l’Académie, « Questions de langue »)

    • 17734 vues
    • 19 réponses
    • 0 votes