Le profil de jean bordes
Grand maître
10021
points

Questions
48

Réponses
1689

  • Grand maître Demandé le 12 décembre 2014 dans Question de langue

    Telle que votre question est posée, elle n’attend, bien sûr, qu’une réponse positive.
    Pourquoi les points de suspension ne seraient pas autorisés ? À condition de les utiliser à bon escient…
    Dans votre exemple, nonobstant l’opportunité d’énumérer différents légumes (un peu lourd…), vous exprimez l’inachèvement, donc c’est tout à fait approprié.

    • 4540 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 12 décembre 2014 dans Général

    « Te » n’est pas le sujet du verbe « convien(t) », le sujet est « ça », 3° pers. sing. donc « Est-ce que ça te convient » ?

    • 405788 vues
    • 9 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 10 décembre 2014 dans Accords

    Enfin… J’ai remis ma femme ?… Peut-on se poser la question ?… Et à qui ?… Allons, allons… Aucune hésitation à avoir, j’ai remis les pelotes, non ?… Et je peux les remettre à n’importe qui, cela ne change rien à l’affaire…
    Il faut bien sûr écrire : « je les lui ai remises ».
    En toute amitié.

    Cette réponse a été acceptée par Rhudie. le 23 décembre 2014 Vous avez gagné 15 points.

    • 2628 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 10 décembre 2014 dans Question de langue

    Les deux orthographes peuvent être utilisées indifféremment.
    « Clé » est l’orthographe moderne de « clef », plus ancienne et toujours usitée, sinon préférée.
    Selon BUBEN (théorie de 1935), le pluriel « clefs » serait devenu « clés », car l’addition d’un « f » et d’un « s » gênait à l’écrit (fin du XVIIIe, début du XIXe siècle). Par la suite, du pluriel « clés » serait né le singulier « clé ».
    Les deux formes sont acceptées, notamment par l’Académie française, qui précise :  « L’orthographe étymologique et ancienne, clef, et l’orthographe moderne, clé, s’emploient toutes deux selon des critères qui ne sont pas objectivement définissables. » (Dictionnaire de l’Académie française).
    Il est à noter que, dans les très nombreux exemples que donne l’Academie dans son Dictionnaire, cette dernière emploie exclusivement l’orthographe « clef » (y compris pour la définition  de « clé » pour laquelle elle  donne d’ailleurs exactement la même) et au pluriel,  elle écrit « clefs ».

    Cette réponse a été acceptée par JonathanAngoin. le 10 décembre 2014 Vous avez gagné 15 points.

    • 397093 vues
    • 2 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 9 décembre 2014 dans Accords

    « Canin » a pour définition : qui tient du chien, relatif au chien.
    On dit « élevage canin » et c’est bien relatif au chien. On doit pouvoir  alors dire « un éleveur canin », « un éducateur canin » de la même façon.
    On écrit  « des élevages canins », donc on aura « des éducateurs canins » et par suite « des éducatrices canines », « une éducatrice canine ».
    Cela étant dit, il est peut-être préférable, comme il convient d’éviter les anglicismes, de dire, comme le préconise joelle,  « éleveur de chiens ».

    • 8111 vues
    • 9 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 5 décembre 2014 dans Question de langue

    On dit « la voiture de Paul » et non »la voiture à Paul ».
    On dit par ailleurs « c’est ma faute », « c’est sa faute », donc on dira « c’est la faute de… »
    Le Trésor de la langue française indique que « c’est la faute à », « c’est de la faute à » sont populaires. En revanche, il précise que l’on peut employer l’expression « la faute en est à » : « Je m’étonne beaucoup de n’avoir pas de nouvelles de vous. La faute en est à la poste, sans doute. » (Flaubert. Corresp.)
    L’Académie française dit ceci : « On ne peut plus l'[la préposition à] employer entre deux noms, comme on le faisait dans l’ancienne langue, sauf dans des locutions figées (une bête à bon Dieu), par archaïsme ou dans un usage très familier.

    • 6588 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 3 décembre 2014 dans Accords

    Je ne comprends pas bien votre question. Vous donnez vous-même la réponse, qui est la bonne.

    • 7066 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 1 décembre 2014 dans Question de langue

    Pardon pour ma réponse précédente, il fallait lire : « […] quoi que l’on rencontre par ailleurs… » (J’ai honte…)

    • 10658 vues
    • 5 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 1 décembre 2014 dans Accords

    Je suis obligé de faire acte de contrition et de revenir sur ma première réponse (il faut tourner sept fois son doigt sur la tablette avant de répondre…)
    L’Académie est formelle, elle précise que, dans ce cas, « ferme » est adverbe, donc invariable :  «Ferme n’est pas ici un adjectif, mais un adverbe signifiant « D’une manière assurée et définitive », comme dans « Acheter ferme, vendre ferme », et ici spécialement « sans sursis possible ». Ferme se rapporte au verbe condamner, qui est exprimé ou sous-entendu. Condamner un criminel à dix ans de prison ferme ou, elliptiquement, à dix ans ferme.» (Académie française, service du Dictionnaire)

    • 15032 vues
    • 7 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 1 décembre 2014 dans Accords

    « Informé(e) » a pour COD « me », il faut donc accorder.

    • 101308 vues
    • 4 réponses
    • 1 votes