Le profil de jean bordes
Grand maître
10501
points

Questions
48

Réponses
1760

  • Grand maître Demandé le 9 février 2015 dans Général

    Pris isolément, « un club des entreprises » n’a pas beaucoup de sens.
    On pourrait le concevoir dans le sens : le club des entreprises de charcuterie de Lacaune.
    « Un club d’entreprises » a un caractère général : un club d ‘entreprises vient de se créer à Lacaune.
    Les deux formules sont correctes, mais n’ont pas le même sens. On ne peut donc pas en préférer une. On ne le fera qqu’en fonction du sens qu’on veut lui donner.

    • 2381 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 9 février 2015 dans Conjugaison

    Affirmatif ! C’est moi qui fais.

    • 17063 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 5 février 2015 dans Général

    « a) Ci-annexé, ci-joint, ci-inclus sont variables quand ils sont épithètes ou attributs :
             La lettre ci-incluse vous éclairera.
             Les pièces que vous trouverez ci-jointes sont importantes.
            Ces lettres, je vous les renvoie ci-annexées.

        b) Ils restent invariables quand on leur donne la valeur adverbiale :

            Vous trouverez ci-inclus une lettre de votre père. (Académie)
           Ci-joint l’expédition du jugement. (Idem)
            Veuillez trouver ci-joint copie de la lettre.

    Remarque.
    Dans beaucoup de cas, l’accord dépend de l’intention de celui qui parle ou qui écrit. Cependant l’usage est de donner à ci-annexé, ci-joint, ci-inclus, la valeur adverbiale :
    – quand ils sont en tête de la phrase ;
    – quand, dans le corps de la phrase, ils précèdent un nom sans article ni adjectif démonstratif ou possessif. » (Le petit grevisse, § 382).

    On écrira :
             Ci-joint les documents demandés.
             Vous trouverez ci-joint copie du document.
    mais
             Vous trouverez ci-jointe la copie du document.

    Dans le courrier des affaires, on rencontre généralement :
              Veuillez trouver ci-joint copie des documents envoyés.
    ou
               Veuillez trouver ci-joint :
                         – copie de la lettre d’accompagnement 
                        – grille dûment remplie
                        – etc.

     

     

     

    • 40751 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 février 2015 dans Question de langue

    Il faut écrire :  j’ouvre les deux mains et, le ver et le verre tombent.
    La virgule a ici une grande importance.
    On ne peut associer, regrouper, au pluriel. ces deux mots homophones (différents, mais même prononciation).

    • 86524 vues
    • 8 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 février 2015 dans Question de langue

    Prennent une majuscule les noms d’habitants ou les natifs d’un continent, d’un pays, d’une région, d’une ville, etc. : les Européens, les Anglais, les Provençaux, les Niçois.
    On met une minuscule aux noms des adeptes d’une religion, d’une doctrine : les juifs, les musulmans, les catholiques, les marxistes.
     
    L’usage est partagé pour le nom « Juif ».
    Lorsqu’il a valeur d’adjectif, il est employé avec la minuscule : le peuple juif.  
    Quand il a valeur de nom, il prend, en principe, une minuscule pour nommer l’adepte de la religion juive et… (il faut bien le signaler) au sens figuré, une personne âpre au gain : les juifs pratiquants. C’est un véritable juif !
    Il prend, en principe, une majuscule lorsqu’il désigne le peuple sémite descendant d’Abraham (toutefois, certains auteurs l’écrivent avec une minuscule) : Nous visitâmes la synagogue où viennent en pèlerinage des Juifs du monde entier.

      
       
      

    • 23339 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 février 2015 dans Conjugaison

    Le verbe ayant pour sujet le pronom relatif qui se met au même nombre et à la même personne que l’antécédent de ce pronom ». (Grevisse-le Bon usage § 931).

    Il convient donc de déterminer l’antécédent.

    Il est l’un de ceux qui se prennent le moins la tête fait consensus, semble-t-il.

    En réponse à Cathy, on devrait analyser la phrase 1, de Julien Green, plutôt ainsi :

    Peut-être suis-je un des seuls hommes de ce pays qui fasse ses livres à la main.

    Le choix de l’auteur dicte le sens, l’accent est mis sur « un [des seuls] qui  » (« Peut-être suis -je  un des seuls »), Le pronom relatif « qui » a pour antécédent «un », donc l’accord se fait au singulier.

    Grevisse, dans le Bon usage, reprend exactement le même exemple que la phrase 2  citée par Tatsu, voici son analyse : « Ordinairement, le pronom relatif a pour antécédent logique le nom ou le pronom pluriels, et, par conséquent, le verbe, l’attribut ou le participe passé qui s’accordent avec ce pronom relatif se mettent au pluriel.
    […] Il arrive quelquefois que l’antécédent logique soit un, qu’on pourrait remplacer par celui. Cela entraîne naturellement le singulier : Il répondit à un des consuls qui l’interrogeait… [Un seul consul l’interroge.] » (Le Bon usage. § 434).

     

     

    • 95485 vues
    • 7 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 2 février 2015 dans Accords

    En complément à la réponse de Joelle, on peut ajouter ceci :
    Dans l’exemple suivant : un gilet sans manches, manche  prend un « s  », car un gilet a d’ordinaire deux manches.
    Mais on écrira : une boîte sans couvercle.

    • 50291 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 31 janvier 2015 dans Accords

    Personne : féminin singulier représenté par l’, complément d’objet direct placé avant le verbe avoir, donc accord.
    On écrira :
    « J’ai contacté cette personne téléphoniquement et je l’ai injuriée plusieurs fois. »

    Cette réponse a été acceptée par JAKY22. le 31 janvier 2015 Vous avez gagné 15 points.

    • 2239 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 31 janvier 2015 dans Question de langue

    Votre formule est correcte grammaticalement.
    Cependant, elle est maladroite sur le plan rédactionnel, il aurait mieux valu écrire :
    « Si je dois sortir, je le ferai sans discuter. » (s’il faut).
    (« S’i fait que je doive… » n’est pas de bonne langue.)

    • 5603 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 30 janvier 2015 dans Général

    Princesse et duc sont des noms communs, ils ne prennent pas de majuscules.
    Pour les institutions, s’il y a lieu, la majuscule se met au premier mot uniquement (et non à chaque mot, si prestigieuse soit-elle), on adoptera ici la même règle, donc : la Haute société.
    Également, une bonne règle à respecter : ne pas abuser des majuscules.
    Pour aller plus loin, voir la réponse que j’avais faite précédemment (question et mots clés : Majuscule dans la phrase).

    • 5839 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes