Le profil de Prince
Grand maître
25509
points

Questions
7

Réponses
3245

  • Grand maître Demandé 2 heures auparavant dans Général

    Pour un écrit (communiqué de presse), clamer ne convient pas, parce que ce verbe suppose des cris.

    « CLAMER

    Manifester (ses sentiments, ses convictions) en termes violentspar des cris.  Crier, hurler. Clamer son indignationson mécontentement, sa douleur. Clamer son innocence.  Proclamer, publier. Clamer des vers.  Déclamer.

    © 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

    Ce n’est pas forcément le cas de proclamer. Au surplus, on dit très bien proclamer une/sa/cette victoire :

    « Proclamer sa victoire.

    © 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

    • 8 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 4 heures auparavant dans Général

    Bonjour,

    Le Bon usage rappelle la règle :

    « Tout autre a deux interprétations à distinguer : tout est déterminant et variable quand il signifie « n’importe quel » (et autre pourrait être placé après le nom) ; tout est adverbe et invariable quand il signifie « tout à fait ».

    Tout déterminant : Toute autre histoire est mutilée, la nôtre seule est complète (Michelet). […]

    Tout adv. : Les villes et villages ont ici une tout autre apparence (Chateaubriand). […]

    Tout est aussi un adv. quand il précède l’article indéfini : Ce serait tout une autre étude (P. Hazard). »

    • 20 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 5 heures auparavant dans Général

    Bonjour,

    Les sens les plus courants du mot « argumentation » sont « action d’argumenter » et « ensemble d’arguments ». Cf. le Larousse en ligne :

    « DÉFINITIONS

    • Action d’argumenter  ; ensemble d’arguments. »

    « Action d’argumenter » ne peut pas convenir ici. On peut donc écrire : « Les arguments développés par M. Bruno… » ou « L’argumentation développée par M. Bruno… ».  Vous avez le choix. Pour ma part, je choisirais le singulier. ==> « L’argumentation développée par M. Bruno… »

    • 18 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 20 heures auparavant dans Général

    Le Dictionnaire de l’Académie française, 9e édit., art. sans. 

     

    « L’emploi de ne explétif dans une proposition introduite par sans que doit être évité, même si celle-ci comporte les mots aucun, personne ou rien. Il a fait cela sans que personne puisse s’y opposer. Il posa plusieurs questions sans qu’on lui répondît rien. »

    Académie française, rubrique Dire, Ne pas dire. Emplois fautifs.
    « Sans que

    Cette locution conjonctive n’appelle pas l’emploi de la négation. Sans que personne s’y oppose, sans qu’on en ait rien su.

     

    Mais, dans les propositions introduites par sans que, lorsqu’elles s’insèrent dans un contexte négatif, on peut utiliser le ne dit explétif, que n’exige pas la correction grammaticale, mais qui est recommandé dans la langue soutenue. Il vient sans qu’on l’en ait prié, Il ne vient jamais sans qu’on l’en ait prié ou sans qu’on ne l’en ait prié sont toutes des phrases correctes. Seule la phrase Il vient sans qu’on ne l’en ait prié serait fautive. »  [ car contexte négatif]


    Le Bon usage actuel : 
    « L’Acad., dans une « mise en garde » du 17 février 1966, déclare que « sans que doit se construire sans négation, même s’il est suivi d’un mot comme aucun, personne ou rien, qui ont dans ces phrases un sens positif ». 
    — D’une façon générale, ne explétif après sans que est souvent blâmé parce que sans est négatif à lui seul. Mais l’usage littéraire, même celui des académiciens, n’est guère sensible à ces proscriptions. »

    La BDL : 
    « Par contre, la présence du ne explétif après la locution conjonctive sans que constitue, de l’avis des grammairiens, une erreur, et ce, même si la proposition est suivie de mots tels que aucunpersonne ou rien. Le sens de la préposition sans permet, à lui seul, l’expression d’une nuance négative. Notons que la locution sans que se construit avec le subjonctif.

    Exemples :

     – Je crois que nous pouvons régler ce conflit sans que les parents interviennent. (et non : sans que les parents n’interviennent)

    – Vous pouvez travailler seuls sans qu’on vous dise constamment quoi faire. (et non : sans qu’on ne vous dise constamment quoi faire)

    – Les voleurs ont pris la fuite sans que personne ait pu les intercepter. (et non : sans que personne n’ait pu les intercepter)

    – La réunion a été annulée sans qu’il soit prévenu. (et non : sans qu’il ne soit prévenu)

    – Elle ne viendra pas sans qu’on l’invite. (et non : sans qu’on ne l’invite)

    Date de la dernière actualisation de la BDL : juin 2020

    L‘éminent grammairien J. Hanse écrit « Je me garderai bien de parler de faute mais je déconseille ce ne »  [après sans que] et donne uniquement des ex. sans ne.

    Ma conclusion : Compte tenu de tout ce qui précède, j’écrirais  « Il comprend tout sans que j’aie rien à lui dire ». Mais ne vous inquiétez pas trop : la position de l’Académie a  été évolutive et les académiciens ne suivent pas tous ses prescriptions

    • 31 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 1 jour auparavant dans Général

    Ce sera bien.
    Bon après-midi !  🙂

    • 28 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 1 jour auparavant dans Général

    Bonjour,

    Si la personne a bien le titre de professeur (en médecine), la formule d’appel sera, en principe : Monsieur le Professeur,
    Cette formule  sera, bien entendu,  reprise  dans la formule de politesse.  NB : Certains professeurs sont très attachés à leur titre…

    Il n’y a, en pratique, de professeur que dans les CHU, sauf si un professeur part travailler dans le privé : il garde le titre, mais pas la fonction.  A priori, je ne vois donc pas pourquoi les formules d’appel et de politesse ne seraient pas les mêmes que pour un professeur travaillant dans un C.H.U.

    Pour le féminin, je me permets de vous renvoyer à mes réponses concernant docteur, qui valent, à mon avis, pour professeur. 

    Rem. : Cher ou chère peut être perçu comme un tantinet familier.  Donc, à employer si la nature des relations le permet. 

    Définition de professeur (en médecine)
    Définition de docteur  (en médecine)

    • 28 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 1 jour auparavant dans Accords

    Bonjour Patmos,

    Le PP de pouvoir est invariable.==>Les choses que nous aurions pu faire.

    • 40 vues
    • 2 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Question de langue

    Bonjour,

    « 1- Est ce que « envoyer qqch » s’applique uniquement pour l’expédition de courrier, mail,lettre… »
    Non. J’ai envoyé ton frère chercher du pain.   J’ai envoyé ta soeur sur les roses.^^

    « On ne peut pas dire par exemple : »Je t’ai envoyé tes affaires avec ton père  »
    Non. C’est correct jusqu’à « affaires » ; après, ça se gâte…

    Sinon, ce garçon ayant  un prénom,  la mère peut dire au père  : Peux-tu apporter ses affaires à Jean ? 

    Cette réponse a été acceptée par Anaislyd. 2 jours auparavant Vous avez gagné 15 points.

    • 40 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Général

    Bonsoir,

    Est-ce le poste que vous avez voulu créer fin novembre ?

    Cette réponse a été acceptée par Shah. 2 jours auparavant Vous avez gagné 15 points.

    • 67 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Accords

    On écrira ; Ils l’ont inspirée, parce que l’ est un C.O.D. placé avant le PP.

    • 40 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes