Le profil de Prince
Grand maître
9669
points

Questions
0

Réponses
1372

  • Grand maître Demandé 2 heures auparavant dans Accords

    C’est le sens et le contexte qui permettent, en principe, de savoir s’il faut écrire au ou aux. Il n’y a pas un truc ou une astuce ici, contrairement à ce qui existe pour de très nombreux homophones grammaticaux (son/sont ; ça/sa ; c’est/ses ; etc.).

     

     

    • 34 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 3 heures auparavant dans Question de langue

    Bonjour,

    On  peut employer direction, mais, à mon sens, pour indiquer une seule direction (= vers) : Arrivé à Limoges, vous prendrez la direction « Paris ».  A Boneuil-sur Marne, prenez en direction de Sucy-en-Brie. Je vais vous indiquer la direction à prendre pour vous rendre chez moi. 

    Si je veux donner des indications plus précises, je dirai : Je vais vous indiquer les différents itinéraires/l’itinéraire/des itinéraires pour vous rendre chez moi/à mon domicile. OU : Je vais vous indiquer la route/le chemin à prendre/à emprunter pour vous rendre chez moi. Etc.

    • 28 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 4 heures auparavant dans Accords

    Bonjour Amandine,

    Ce qui justifie qu’on écrive au, et non pas à la ou aux, c’est que mendiant est masc. singulier, et non fém. sing. ou pluriel (masc. ou fém.).

    Essayez de vous souvenir de cela :  nom masc. sing. ==> au (Je vais au lycée) ; nom fém. sing. ==> à la (je vais à la fac) ; nom masc. pluriel ==> aux (je vais aux champs) ; nom fém. pluriel ==> aux (je vais aux écuries).

    N.B. ; Attention à l’élision ; Je vais à l’étable ; je vais à l’hôpital.

    On peut très bien écrire  « … , donner tout ce qu’on a dans ses poches aux mendiants qu’on rencontre, … » OU  « … à la mendiante qu’on rencontre…

    • 34 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 5 heures auparavant dans Accords

    Demi  précédant le nom qu’il qualifie et auquel il  est  joint par un trait d’union reste invariable.

    Demi  s’emploie comme adverbe devant un adjectif ou un participe ; il reste invariable et est suivi d’un trait d’union. L’adjectif ou le PP s’accorde. Des petits pois demi-fins. 

    Electra, bravo  : vous avez tout juste.

    • 35 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 5 heures auparavant dans Accords

    Bonjour Line,

    Certes avec le seul le subjonctif et l’indicatif son possibles.

    Il faut savoir toutefois que lorsque  l’antécédent contient un superlatif relatif ou un adjectif impliquant une idée superlative (seul, premier, dernier, principal, unique …), on emploie  fréquemment le subjonctif.

    Merci. Bonne après-midi à vous aussi.  🙂

    • 27 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 8 heures auparavant dans Accords

    Bonjour

    Coréen est un adjectif  qualificatif. Il s’accorde donc avec le nom auquel il se rapporte. = > films  coréens. Donc : nom au pluriel ==> adj. qualificatif au pluriel.

    Bon après-midi !

    • 22 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 22 heures auparavant dans Général

    Bonsoir,

    Et vous auriez bien fait d’écrire « En soi ».

    En soi est une locution adverbiale, qui signifie « intrinsèquement, dans l’absolu ».  S’écrit toujours en soi. Ex. : En soi, rien n’a de sens.

    Soit est une forme figée du verbe être.  
    Ex.  d’emploi de soit et de en soit :
    Il faut soit deux camions, soit quatre fourgonnettes.   Ici, soit = « ou bien ».
    Cela mesure 100 cm, soit 1 m.    Soit = « c’est-à-dire ». 
    Je doute qu’il en soit (= « qu’il en fasse partie »).
    Je ne pense pas qu’il en soit ainsi. 
    Il s’agit du verbe être (= « exister, avoir l’apparence, se porter, se sentir, se situer, se trouver, appartenir, faire partie », etc.). 

    • 42 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 1 jour auparavant dans Général

    Les R.O. du 6 décembre 1990 ont limité quelque peu la généralisation de la                                       soudure :

    « Le procédé de l’agglutination, ou soudure, dans les
    mots composés devrait connaître un renouveau
    d’extension, d’ailleurs conforme à la tradition de
    l’Académie française. On conservera toutefois le trait
    d’union quand la soudure risquerait de susciter des
    prononciations défectueuses, et généralement quand la
    dernière lettre du premier composant et la première lettre
    du second sont des voyelles qui pourraient former
    diphtongue. Exemple : extra-utérin. »

    (J’ai souligné.)

    • 65 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 1 jour auparavant dans Général

    Voici des ouvrages qui répondent à la question de savoir où se place l’appel de note en fin de citation ( avant ou après le guillemet fermant et avant ou après la ponctuation finale) et qui confirment ce que j’ai déjà indiqué.

    « En fin de citation, il [l’appel de note] se place avant le guillemet fermant ». Lexique des  règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, p. 25.

    Raymond Jacquenod, La ponctuation maîtrisée  (p. 240) :  L’appel de note se place avant la ponctuation ou les guillemets terminant une citation, immédiatement après le mot ou l’expression auxquels il se rapporte.    Et l’auteur de donner même un ex. comportant un point d’interrogation (cf. la question posée par Tchoi) :
    Et le général commandant l’armée de dire à son chef d’état-major : « Quel cirque ! Mais qui est là-bas ? La 11e Panzer ou les Américains (1) ? »
    (1) Cette réflexion est un aperçu sur l’ambiance régnant alors dans les postes de commandement allemands.

    La Banque de dépannage linguistique (OQLF), article « Appel de note et ponctuation » :

    En fin de citation, l’appel de note se place avant la ponctuation et avant le guillemet fermant. Toutefois, selon certains auteurs, l’appel de note se place après le point d’interrogation, le point d’exclamation ou les points de suspension qui terminent la citation et en font partie. Si plusieurs citations sont concernées par une même note, on place un appel de note différent pour chaque citation, immédiatement après le mot ou le groupe de mots auquel il se rapporte.

    Exemples :

    –  Sa maxime préférée était : « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage2. » Ce vers de Boileau lui rappelait l’art poétique.

    –  Dans le poème d’Anne Hébert, l’amour est tour à tour « meurtrier2 », « infâme3 », voire « funeste4 ».

    Jean-Pierre Colignon, Un point c’est tout ! La ponctuation efficace…

    • 86 vues
    • 5 réponses
    • 3 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Général

    Bonsoir Tchoi,

    A ma connaissance, en fin de citation,  la façon de procéder qui prédomine nettement est celle-ci :  fin de citation* . »       Donc : appel de note + ponctuation + guillemet fermant. Cela vaut pour le ?, le ! et les …
    La manière de procéder moins fréquente est la suivante : . »*       Donc : ponctuation + guillemet fermant + appel de note.

    Concernant le ?, le ! et les …, il convient de savoir que certains auteurs préconisent de les placer avant l’appel de note.

    Mes références sont à votre disposition.
    • 86 vues
    • 5 réponses
    • 3 votes