Le profil de Prince
Grand maître
5648
points

Questions
0

Réponses
827

  • Grand maître Demandé 16 heures auparavant dans Question de langue

    Line, Joëlle a raison. La construction tel que  + participe passé est admise par certains avec des réserves et condamnée par d’autres :

    Cf. site de l’Académie française, rubrique « Dire, Ne pas dire » :

    « Tel que suivi d’un participe passé

    Le 6 novembre 2014

    Emplois fautifs

    La locution adverbiale tel que peut être suivie d’un ou de plusieurs noms : Des animaux tels que la loutre ou le manchot sont de remarquables nageurs. Elle peut aussi être suivie d’une proposition : Ce terme, tel que le Dictionnaire de l’Académie française le définit… ; Les conditions, telles qu’elles ont été détaillées plus haut… On évitera, lorsque cette proposition est à la voix passive, de faire l’ellipse du sujet et du verbe conjugué pour ne conserver que le participe passé. Cette tendance, sans doute inspirée du langage juridique (tel que prévu à l’article tant), se rencontre trop souvent dans des documents à caractère administratif, et dans la langue courante.

     

    On dit On ne dit pas
    Le contrat, tel qu’il a été établi…

    Le texte, tel qu’il a été fixé par l’éditeur

    Le contrat,  tel qu’établi…

    Le texte, tel que fixé par l’éditeur… »

     

    • 46 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 17 heures auparavant dans Question de langue

     Bonsoir,

    « Qu’en est-il de la Psychanimie ©   ? avec 1 630 résultats de recherche  sur Google en sept. 2017… Voyons d’abord l’étymologie qui nous indique que le mot Psychanimie inventé en 1987 est basé sur ‘Psyché & Anima’ signifiant  « Psychologie de l’Ame ». En considérant chaque être comme une étincelle de la Conscience Cosmique telle que la décrit la Physique Quantique ; la Psychanimie s’affirme comme une méthode d’investigation de l’Etre dans sa réalité Holistique, incluant la notion du supra-mental appelé dans les écrits orientaux et Théosophiques dont elle est issue,  ‘plan bouddhique’.

    Elle s’inscrit donc dans le courant de la Psychologie Transpersonnelle, telle que l’ont défini Roberto Assagioli ou Pierre Wiel apportant ainsi un complément à la psychologie contemporaine voire la psychanalyse.

    • 30 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 18 heures auparavant dans Question de langue

    Bonsoir SL

    Il n’y a qu’un seul sujet : Le respect des clients et de l’environnement. On mettra donc le verbe au singulier. ==> Le respect des clients et de l’environnement fait partie…

    • 27 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 19 heures auparavant dans Général
    • 26 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 20 heures auparavant dans Accords

    Bonjour,

    – Votre raisonnement est correct : l’accord du PP se fait avec le C.O.D. que,  qui représente celles, (fém. pluriel) et est placé avant le PP.  ==> sauvées.

    – Le PP suivi d’un infinitif s’accorde avec le C.O.D.  qui précède quand l’être ou la chose désigné par ce C.O.D. fait l’action exprimée par l’infinitif (que celui-ci soit précédé ou non par une préposition).

    Menons le raisonnement ensemble avec cet ex. : Les enfants que Tutovue a entendus chanter sont tous blonds.
    Y a-t-il un C.O.D. placé avant le PP ?
    a) Un C.O.D. ?  Tutove à entendu chanter qui ? Réponse : Les enfants.
    b) Placé avant le PP ? Oui.
    2° Le C.O.D. fait-il l’action de chanter ? Oui, puisque ce sont les enfants (C.O.D.) qui chantent.

    Conclusion : Les conditions sont remplies pour que le PP s’accorde avec le C.O.D. ==> entendus.

    Bonne après-midi.

    ,

    • 37 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Accords

    Bonjour Coline,

    Quand, comme dans votre énoncé,  dans le corps de la phrase, ci-joint précède un nom accompagné d’un déterminant, l’usage n’est pas  fixé.  C’est pourquoi on trouve : Vous trouverez ci-jointe une copie ou bien Vous trouverez ci-joint une copie.

    C’est aussi la raison pour laquelle l’Académie française admet les deux graphies : 

    « Dans les autres cas, lorsque ces locutions sont employées, dans le corps de la phrase, avec un substantif accompagné d’un déterminant, l’usage n’est pas fixé. Selon qu’on leur accorde une valeur adjective ou adverbiale — sans qu’il soit jamais possible de trancher —, on fait ou non l’accord. La huitième édition de l’Académie (1935) ne manquait pas de rendre compte d’une telle latitude : vous trouverez ci-incluse la copie que vous m’avez demandée (article ci). Vous trouverez ci-inclus une lettre de votre père (article inclus). On écrira donc : Je vous fais parvenir ci-joint, ou ci-joints plusieurs exemplaires de mon mémoire. Il en va de même lorsque ci-annexé, ci-inclus ou ci-jointpeuvent être considérés comme l’attribut d’un pronom antéposé : Retournez-moi les formulaires que vous trouverez ci-joints ; La lettre que vous trouverez ci-incluse. Mais l’invariabilité — Retournez-moi les formulaires que vous trouverez ci-joint ; La lettre que vous trouverez ci-inclus — apparaissant aussi pleinement justifiée, aucune des deux graphies ne saurait être tenue pour fautive.

    L’incertitude observée dans l’usage, qui ne doit rien, on le voit, à l’hésitation ou à l’arbitraire, peut cependant être levée en fonction de connotations diverses tenant au contexte, ou parfois même à la recherche de tel ou tel effet stylistique. Si Bernanos écrit à l’un de ses correspondants : « Vous trouverez ci-joint les pages dactylographiées de mon roman », Hugo préfère : « Je vous envoie ci-incluses des paroles prononcées ici par moi au moment de la proscription ». On se plaît à relever chez Musset (Nouvelles, « Margot », I) l’exemple suivant : « Je prends la liberté de vous envoyer ci-jointes des rillettes ». »

    Pour ma part, à l’époque où j’enseignais la rédaction administrative, je pense avoir résolu le problème en encadrant ci-joint de virgules pour lui donner une valeur adverbiale. ==> Vous trouverez, ci-joint, une copie des documents demandés. Personne n’y a trouvé à redire, y compris mon sous-directeur, agrégé de grammaire. 

    Conclusion : Dans votre phrase, vous pouvez écrire ci-joint ou ci-jointe (et même, à mon avis : « , ci-joint, »).

     

     
    • 65 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Accords

    La réponse de Joëlle es, bien sûr, exacte. Je l’enrichis par cet article de la Banque de dépannage linguistique.

    • 47 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Général

    Bonjour,

    Je vais répondre à votre question en dépit d’absence de réponse à la mienne. 

    J’ai consulté, dans  plusieurs ouvrages spécialisés*, le sujet concernant l’emploi de la virgule et/ou de et dans le cas d’une série de sujets précédant le verbe. Or, aucun ne fait état de la distinction que vous formulez**. Compte tenu de cela et de ma conviction  qui préexistait à cette consultation, je pense que cette distinction est purement subjective.

    Je conclus de cela que les deux phrases suivantes sont sémantiquement équivalentes : (1) Un chat, un chien, un lapin, pourraient combler notre solitude. (2) Un chat, un chien et un lapin pourraient combler notre solitude. Il n’ y a pas plus de « limite »  numérique des sujets dans une phrase que dans l’autre : il y a, en tout et pour tout,  trois animaux différents (un chat, un chien, un lapin) dans les deux cas.

    Ma conclusion : L’emploi de la conjonction et (cf. phrase  2)  n’est pas obligatoire pour limiter le nombre des sujets devant le verbe : une virgule placée entre le dernier sujet et le verbe (phrase 1) fait aussi bien l’affaire.

    N.B. L’obligation de mettre une virgule après le dernier sujet est discutée ; cela est un autre problème. 
    ____________________________________________________________________________________
    * J. Drillon, Traité de la ponctuation française, p. 174 et 175 ; A. Doppagne, La bonne ponctuation, p.  17 ; R. Jacquenod, La ponctuation maîtrisée, p. 94 ; J.-P. Colignon, Un point c’est tout ! La ponctuation efficace, p. 14 et 15.

    ** La conjonction et devant le dernier sujet  limiterait la liste des sujets, contrairement à la présence d’une virgule placée immédiatement après ce dernier sujet (= devant le verbe).

    *** Vous avez écrit : Le fait d’ajouter « et » entre « un chien » et  « un chat » limite la liste ; je suppose que vous vouliez dire : […] entre un chien et un lapin […].

    Bonne après-midi.

    • 66 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Question de langue

    Bonjour,

    On dit Il lui ordonna de sortir.

    • 37 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 3 jours auparavant dans Général

    Soleil, d’où ou bien  de qui tenez-vous que, dans le cas où le verbe est précédé d’une série de sujets, la conjonction et devant le dernier sujet  limiterait la liste des sujets, contrairement à présence d’une virgule placée immédiatement après ce dernier sujet (= devant le verbe) ? 🙂

    • 66 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes