Le profil de Isil
Érudit
143
points

Questions
25

Réponses
31

  • Érudit Demandé le 19 septembre 2021 dans Question de langue

    Merci.
    Sauf que Larousse permet « de toutes façons »…

    • 128 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 14 septembre 2021 dans Question de langue

    Merci beaucoup.

    • 128 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 13 septembre 2021 dans Question de langue

    Parce que j’essaye de comprendre une tournure, et pas de la contourner… chose que je sais faire.
    C’est pourquoi je viens demander une sorte d’expertise en français ici.

    Mon questionnement est donc le suivant : dans les deux propositions qui suivent, y en a-t-il une d’incorrecte en français :
    1°/ Toute marque de coups avait disparu…
    2°/ Toutes marques de coups avaient disparu…

    pour dire qu’il n’y avait plus aucune marque de coups.

    Je comprendrais que vous ne sachiez pas me répondre, auquel cas, je ne vous en voudrai pas.

    • 128 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 13 septembre 2021 dans Question de langue

    Un « s » à coup s’il y en a eu plusieurs ?

    Quelle différence entre « n’importe laquelle quelle qu’elle soit » et « la totalité » ?
    Il y avait plusieurs marques liées à des coups reçus… et tout a disparu. On ne voit plus rien.

    • 128 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 10 août 2021 dans Question de langue

    Merci, ça m’avait échappé.

    • 156 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 28 juin 2021 dans Question de langue

    Je l’utilise me semble-t-il selon l’acception suivante :

    B.− [Le suj. désigne un être vivant ou une partie du corps]

    Éprouver une sensation de chaleur. Brûler de fièvre.

    En partic. [En parlant d’une partie du corps] La bouche me brûle. La gueule lui en brûle (Flaubert, Correspondance,1861, p. 432).

    Attention, quand j’écris qui LA/LUI brûle, il s’agit de la peau qui LA/LUI brûle encore un peu…

     

    • 126 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 6 juin 2021 dans Question de langue

    ou « offert par » d’ailleurs ! 🙂

    • 144 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 24 avril 2021 dans Question de langue

    Ah, ouah ! Ça m’apprendra à poser des questions ! 😀

    Blague à part, merci infiniment pour ces réponses. Je n’avais pas imaginé passer 10 minutes à lire minutieusement celles-ci !
    Je savais que notre belle langue était riche en nuances, mais là, je suis bluffé.

    Je retiens donc pour m’aider :
    « Un critère sémantique (regardez l’accord de « laissé » et la place du « y ») :
    * Si vous préférez construire « laisser » (au sens du constat de « vous les avez vues y entrer ») comme un verbe de perception introduisant un COD (sur le modèle « vous les avez laissées y entrer« ), alors écrivez « laissez-le y entrer« .
    * Si vous préférez considérer « laisser » (au sens actif de « vous les y avez fait entrer », si vous êtes portier) comme un auxiliaire (sur le modèle « vous les y avez laissé entrer« ), alors écrivez « laissez-l’y entrer« . »

    Dans le contexte du récit, l’ordre est donné à des policiers de laisser un suspect en fuite entrer « de lui-même » dans un parc afin de l’y prendre au piège… J’ai tendance à penser que, même si l’acte est indirect contrairement au portier, nous sommes dans l’action plutôt que dans la perception et qu’il me faudrait alors écrire ! « Laissez-l’y entrer ! » … soit dit en passant, c’est l’option que j’avais intuitivement prise avant de me torturer les méninges.

    Merci encore à vous deux.

    • 441 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 23 avril 2021 dans Question de langue

    Je sais cela, mais ce n’est pas ma question.
    Je me posais la question sur l’écriture de l’une ou de l’autre des formes… doit-on faire l’élision ? Cela me fait bizarre à la lecture à voix haute.

    • 441 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 27 mars 2021 dans Général

    Oui, pardon… Quand on dit : « je n’ai pas de reste faim », c’est pour dire « je n’ai pas énormément faim »… tournure qu’on emploie en fait pour signifier qu’on n’a pas grand faim ».

    C’est un peu la négation de : « j’ai de l’appétit de reste » => « je n’ai pas de reste appétit ».

    • 237 vues
    • 3 réponses
    • 1 votes