Le profil de Dor4
Maître
318
points

Questions
6

Réponses
44

  • Maître Demandé le 21 septembre 2020 dans Accords

    Bonjour,

    Il faut accorder le participe passé « fascinant » avec le nom qu’il qualifie (adaptation) :

    Je trouve fascinante l’adaptation dont…

    Le fait que tu sois un homme ne change rien car c’est bien l’adaptation qui est fascinante, pas toi…

    Si tu souhaites laisser au singulier, tu peux toujours tourner la phrase autrement :

    Je trouve ça fascinant, l’adaptation dont…
    Je trouve que c’est fascinant, l’adaptation dont…

    Bonne soirée.

    • 78 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 19 septembre 2020 dans Question de langue

    Merci pour toutes vos réponses ! Bonne journée.

    • 84 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 11 août 2020 dans Question de langue

    Merci pour toutes vos réponses ; vous m’éclairez beaucoup sur le sujet !
    Bonne journée.

    • 148 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 10 août 2020 dans Question de langue

    Bonjour,

    Selon le Bescherelle, succéder est un verbe transitif indirect seulement, c’est-à-dire qu’il n’accepte que des compléments d’objets indirects :

    ON NE DIT PAS J’ai succédé cette personne MAIS J’ai succédé à cette personne.

    Une des particularités des verbes transitifs indirects purs, c’est que leur participe passé est invariable ! Ainsi, les formes succédée, succédés et succédées n’existent pas (tu as peut-être remarqué qu’elles se soulignent en rouge lorsque tu les écris sur ordinateur) !

    La phrase La colère apparaît, succédée par la haine est donc incorrecte ; puisque si tu  essayais de changer le sujet, tu obtiendrais :

    La haine succède la colère, ce qui est incorrect (succéder est transitif indirect, il se supporte que les COI alors qu’ici, la colère est un COD). La phrase correcte serrait La haine succède à la colère.

    Tu dois employer à la place des verbes transitifs directs, tels que suivre, remplacer ou transformer :

    Telle émotion apparaît, suivie par telle autre.

    Bon après-midi.

    Cette réponse a été acceptée par Lulululu. le 10 août 2020 Vous avez gagné 15 points.

    • 140 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 5 août 2020 dans Accords

    Bonjour,

    Normalement, lorsque on remplace nous, il faut faire l’accord du participe passé ou de l’adjectif au pluriel : On est arrivés ; On est contents, parce que ces phrases sous-entendent Nous sommes arrivés ; Nous sommes contents.

    Seulement, dans ton exemple, je ne suis pas sûr que on remplace nous. Cette phrase signifie-t-elle vraiment Nous sommes bons , soit Nous sommes OK voire Nous sommes prêts ou Nous sommes dans les temps ? Si c’est le cas, tu dois mettre au pluriel (On est bons).

    Il est aussi possible que on marque dans ta phrase une tournure impersonnelle : si On est bon signifie pour toi C’est bon, C’est OK, C’est dans les temps, il faut garder l’accord au singulier (On est bon).

    À toi de voir… Bonne journée.

    • 871 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 3 août 2020 dans Général

    Bonjour,

    Je ne pense pas qu’il s’agisse à proprement parler d’une faute d’orthographe ou de grammaire car aucun mot n’est mal écrit. Je dirais simplement qu’il s’agit d’une faute de ponctuation.

    On pourrait la qualifier de faute de frappe si cet oubli de point est commis en tapant un texte sur clavier d’ordinateur ou de machine à écrire ; autrement, si le texte est écrit avec un crayon ou un stylo, le terme de faute de frappe n’est plus approprié.

    Bon après-midi.

    • 140 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 3 août 2020 dans Aucune catégorie

    Bonjour,

    Il est vrai que le « que » devant « parce que » fait un peu redondant. Je pense qu’il faudrait les séparer d’une virgule car parce que son voisin allait déménager est une proposition subordonnée conjonctive intercalée dans la phrase Il pense qu’il vendrait sa maison […]. On marque une certaine pause à l’entrée et à la sortie de celle-ci : Il pense que, parce que son voisin allait déménager, il vendrait…

    Ici, allait déménager, est l’imparfait du verbe aller déménager, ou plus précisément, du verbe déménager employé avec le semi-auxiliaire aller, qui sert à exprimer le futur (je vais manger = je mangerai ; nous allons nous coucher = nous nous coucherons). Je ne pense pas que l’imparfait soit bien logique puisque la phrase commence au présent (Il pense). Pour une meilleure concordance des temps, il est préférable de mettre ces deux verbes au même temps : Il pense que, parce que son voisin va déménager… ou Il pensait que, parce que son voisin allait déménager…

    Le conditionnel peut servir pour exprimer un futur hypothétique (S’il pouvait se le permettre, il vendrait sa maison ; S’il trouvait acquéreur, il vendrait sa maison) ; mais seulement lorsque la proposition introduite par Si est à l’imparfait. Si celle-ci est au présent, la suite de la phrase ne doit pas être au conditionnel mais à l’indicatif futur (S’il peut se le permettre, il vendra sa maison ; S’il trouve acquéreur, il vendra sa maison).

    Pour résumer, voici comment tu peux écrire ta phrase :

    Il pense que, parce que son voisin va déménager, il vendra sa maison s’il trouve acquéreur. RÉCIT AU PRÉSENT
    Il pensait que, parce que son voisin allait déménager, il vendrait sa maison s’il trouvait acquéreur. RÉCIT AU PASSÉ

    Bon lundi.

    • 0 vues
    • 34079 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 21 juillet 2020 dans Conjugaison

    Bonjour,

    Selon le Bescherelle, le verbe bayer n’est pas défectif, c’est-à-dire qu’il se conjugue à tous les temps. Par exemple :

    INDICATIF PRÉSENT

    Je baie
    Tu baies
    Il baie
    Nous bayons
    Vous bayez
    Elles baient

    or, il me semble que ce verbe n’est employé que dans la locution bayer aux corneilles. S’il peut être conjugué, la locution peut forcément l’être (je bayais aux corneilles lorsque…).

    Concernant se prendre le bec, je le vois souvent employé comme suit : une prise de bec. Je ne l’ai jamais vu conjugué autrement (ce qui ne veut pas dire que c’est impossible, mais je ne peux rien affirmer).

    Bon après-midi.

    • 129 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 21 juillet 2020 dans Général

    Bonjour,
    Tu as parfaitement raison :

    • S’il n’existe qu’une crise de chaque sorte, : les crises économique, sociale et sanitaire = une crise économique + une crise sociale + une crise sanitaire = trois crises
    • Si toutes les crises sont au pluriel : les crises économiques, sociales et sanitaires = des crises économiques + des crises sociales + des crises sanitaires = plusieurs crises

    Bon après-midi.

    • 140 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Maître Demandé le 1 juillet 2020 dans Conjugaison

    Bonjour,

    Si on étudie ta phrase « rigoureusement », on remarque qu’il y a deux sujets : Faire de la musique et gagner sa vie.
    Il y a donc pluralité, l’accord au pluriel semble correct :
    Faire de la musique et gagner sa vie paraissaient impossibles.

    Cependant, il est normal qu’un doute t’ait assailli puisque les deux sujets sont en quelque sorte liés. Ta phrase ne signifie pas que faire de la musique est impossible, ainsi que gagner sa vie. C’est faire les deux en même temps qui est impossible ! Tu pourrais alors écrire :
    Faire de la musique en gagnant sa vie paraissait impossible.

    Pourtant, tu peux utiliser le singulier sans modifier la phrase :
    Faire de la musique et gagner sa vie paraissait impossible.
    car ici, le sujet est sous-entendu Le fait de gagner sa vie et de faire de la musique.

    Je te recommande donc le dernier exemple (singulier), de sorte à bien faire saisir le sens de la phrase au lecteur.
    Bonne journée.

    • 142 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes