Le profil de Chambaron
Grand maître
9210
points

Questions
25

Réponses
1233

  • Grand maître Demandé le 16 août 2019 dans Accords

    Attention : la règle selon laquelle le participe passé ne s’accorde pas après « en » n’est pas aussi impérative qu’il y parait. Elle pose un problème « congénital » de justification puisque décréter, comme le font nombre de grammairiens, que « en » est un neutre n’est pas fondé et va à l’encontre des  principes d’accord du participe passé.
    Sans privilégier l’une ou l’autre, on peut donc s’appuyer sur l’autorité du Bon Usage (Grevisse) pour accepter les deux formes.

    Selon moi, la forme non accordée convient mieux lorsque en est un vrai partitif (de la confiture, j’en ai mangé )  et moins lorsque le COD est dénombrable (les extraterrestres existent, je suis sûr d’en avoir vus ).

    • 153 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 11 août 2019 dans Général

    La réponse est facile : il n’y a aucune raison !
    Comme pour tant de mots, les caprices académiques ont multiplié au fil des siècles les consonnes doubles inutiles ou supprimé celles qui se justifiaient.
    Ce verbe s’est longtemps écrit « annuller » selon la forme latine avant de mystérieusement se voir priver du second l. Je vous joins le bref aperçu étymologique donné par le CNRTL . Je n’ai pas pu trouver la date précise du changement, mais le célèbre dictionnaire de Furetière (1690) ou la 4e édition du Dictionnaire de l’Académie en 1762  le donnent encore avec deux l .

    N.B. Les « rectifications de 1990 » prévoyaient une rationalisation généralisée du mécanisme de doublement des consonnes. Mais l’Académie a reculé devant l’ampleur de la tâche, ne redressant qu’une vingtaine d’anomalies comme charriot, bonhommie, combattif, persiffler, etc
    Après l’accord du participe passé, cette « famille » est la deuxième source d’erreurs à l’écrit. Certains soutiennent que c’est le charme du français…

    • 171 vues
    • 3 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 8 août 2019 dans Question de langue

    N’importe quel nom peut s’écrire avec ou sans majuscule. Voyez ce que j’en dis dans ma réponse sur ce site : Majuscule aux points cardinaux.

    Pour « Histoire », on pourra donc avoir :
    — l’histoire du monde, l’histoire de France, l’histoire médiévale (valeur relative avec un complément) ;
    — l’Histoire (tout court),  si le lecteur est censé connaitre le référentiel de ce mot dans le contexte (valeur absolue). Ce peut être la discipline scolaire, la personnification divine (la muse Clio), l’enchainement des évènements passés depuis que l’Homme les rapporte ou même un contenu quelconque pourvu que le rédacteur l’ait clairement défini avant. 
    Encore une fois, inutile de consulter des dictionnaires ou des ouvrages spécialisés. Cette norme vous évitera des dizaines de migraines…

    • 131 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 5 août 2019 dans Général

    Cette question se pose régulièrement sans que les réponses semblent satisfaisantes, sans doute parce que trop complexes ou difficiles à mémoriser.
    Je ne reviens pas sur les raisons de l’inversion  dans une question : j’ai relu ma réponse du 21.04.2016 et la maintiens.

    Mais comment faire le bon choix à coup sûr ?
    En essayant plusieurs configurations sur la même phrase, je m’aperçois que le principe est constant.
    Phrase de  test : Les enfants viendront manger. Question :  Les enfants viendront-ils manger ?
    — si les mots ajoutés ne modifient pas du tout le sujet > reprise par le pronom : [Quand] [Pourquoi] [Jusqu’à quand] [Comment] [Avec qui] les enfants viendront-ils manger ?
    si les mots ajoutés modifient, même légèrement, le sujet > pas de reprise par le pronom : [Combien d’enfants] [Quels enfants] [Lesquels des enfants] viendront manger ?  
    Apparemment, cela fonctionne bien et le principe est simple, suffisamment pour se passer d’un ouvrage de grammaire. À vous d’essayer…

    • 263 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 3 août 2019 dans Question de langue

    Pour agrémenter vos réflexions, voici une tribune édifiante qui vient de paraitre dans Le Monde : la confusion permanente (et récente) du genre et du sexe sème la pagaille dans les textes.
    Mon avis est que l’on doit continuer de bien différencier :
    — ce qui relève des attributs propres de la personne (dont grade, fonction ou profession) et appelle la nuance de sexe : Mme X est la porte-parole du gouvernement ;
    — ce qui n’est que circonstanciel, occasionnel, imagé pour lequel le genre du mot prédomine : Elle s’est faite le porte-parole du groupe à l’occasion de la manifestation.

    C’est parfois subtil mais cela permet de gérer des mots dont soit le masculin soit le féminin n’existe pas puisqu’il ne sont pas des qualités intrinsèques de la personne : victime, star, icône,  assassin,  jouet, etc.
    Cela explique aussi que le dictionnaire ne soit pas d’un grand secours pour gérer ce problème !

    N.B. Voir en complément les analyses sur ce site  pour le mot témoin.

    • 295 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 25 juillet 2019 dans Général

    On trouvera des avis bien différents selon les contributeurs !
    En ce qui me concerne, j’ai un point de vue proche de celui des linguistes.  Je dirais que la grammaire n’est pas une science mais une création humaine évolutive propre à chaque langue. Ni progrès ni recul donc, mais des états successifs avec leurs caractéristiques. Les ouvrages qui paraissent avec des visées normatives ne font que prendre en compte de manière cohérente les variations de ce qui se dit et s’écrit mais ne découvrent rien de particulier.
    Entrer dans le détail est une entreprise d’ampleur dans laquelle je ne me lancerai pas ici…

    • 211 vues
    • 9 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 25 juillet 2019 dans Question de langue

    Le sujet est intéressant mais semble impossible à normer, et depuis longtemps. Il existe aussi pour les régions françaises ou étrangères voire pour les pays eux-mêmes. Il faut se résoudre à l’idée que les deux formes sont justifiées mais que l’Administration favorise la forme sans article (et avec en ) et la langue courante l’article (et avec dans ).
    Il faut noter que même absent dans les cas courants, l’article défini réapparait à la première occasion : J’habite en France  mais j’habite dans la France que j’aime.
    Cela ressemble beaucoup aussi à la formalisation des titres d’oeuvres dans lesquels l’article défini initial appartient sans appartenir au « nom propre » de l’oeuvre.  C’est selon la construction.
    Cela relève selon moi de la linguistique et du rôle de l’article défini dans la langue. Je ne m’avancerai pas plus…

    • 204 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 24 juillet 2019 dans Général

    Dans le cas d’un dialogue, la virgule marque la rupture entre les paroles rapportées et le narrateur- Elle doit donc être maintenue après des points de suspension puisqu’ils font partie des éléments rapportés : Il est toujours content…, dit Paul.
    Cela n’est pas le cas pour les points d’exclamation et d’interrogation, ceux-ci ne font pas partie des paroles mais sont déjà des ponctuations de narration qui se substituent à la virgule  : — Est-il toujours content ? demanda Paul.

    • 244 vues
    • 5 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 23 juillet 2019 dans Accords

    Attention : demi  est lié par un trait d’union uniquement avec un substantif (un nom).
    Avec un adjectif ou un participe, il n’y a en pas besoin. Pour vous en souvenir pensez à moitié : À demi ouvert (= à moitié ouvert) mais un demi-litre.
    Cette formation vaut aussi avec semi  (mais l’adjectif ou le participe est rare). Dans tous les cas, demi est invariable lorsque placé avant.
    Approfondissez éventuellement avec ce billet. qui traite aussi de « nu »  (nu-tête).

    • 299 vues
    • 11 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 23 juillet 2019 dans Général

    Toujours la même règle simple à appliquer, que ce soit des noms de personnes (président, roi, etc.), de périodes (occupation, empire, etc.), de points cardinaux ou d’autres sujets :
    — Valeur absolue dans le contexte > équivaut à un nom propre > majuscule.
    — Valeur relative dans le contexte > nom commun > minuscule.
    Cela doit être trop simple et il faut en permanence empiler citations, liens externes, exemples, exceptions et contre-exceptions. Encore faut-il effectivement maitriser les mots contexte, absolu et relatif, mais le gain de temps et d’énergie en vaut la chandelle.

    • 150 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes