Le profil de Chambaron
Grand maître
9254
points

Questions
25

Réponses
1236

  • Grand maître Demandé le 17 septembre 2019 dans Général

    Oui, comme les titres d’oeuvres, en respectant strictement le nom : « Je l’ai appris dans la rubrique typographie de Var-Matin. » 
    Dans un passage en italique, ce nom est alors bien entendu composé en romain…

    • 142 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 17 septembre 2019 dans Question de langue

    L’histoire de Caius Mucius faisait jadis partie des références que tout élève connaissait en apprenant son histoire romaine. C’est elle qui a donné naissance à l’expression mettre sa main au feu  pour affirmer sa certitude et son courage.
    Au Moyen Âge, la justice imposait parfois l’épreuve du feu pour décider de la véracité des dires d’un inculpé. Le sens a donc aussi un peu évolué.

    Cela étant, par télescopage avec mettre sa tête à couper  (merci la Révolution), elle a donné naissance à cet hybride qui s’est répandu comme une trainée de sang dans la langue courante. Même Zola a péché…

    C’est le destin de nombre d’expressions que de se déformer et j’en connais bien d’autres.  À vous de choisir votre référence…

    • 129 vues
    • 4 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 17 septembre 2019 dans Général

    L’agitation récente autour de la féminisation des noms de fonctions et de métiers (et l’immobilisme de l’Académie pendant des décennies)  ont fait perdre de vue des fondamentaux linguistiques.

    Vous trouverez dans ce document de référence (Femme, j’écris ton nom…) la totalité des centaines de formes recommandées par un collectif de linguistes du C.N.R.S. piloté par Bernard Cerquiglini et validé en 1999 par l’État français. Selon moi, il n’est pas souhaitable de s’en écarter à ce jour, même si l’usage tranche en fin de compte.

    Concernant sculpteur, il est traité dans la famille des noms en -teur  au chapitre 3.3.a. à la remarque 3 (récapitualtif page 114).  La forme sculptrice  est recommandée, même si sculpteuse  était plus cohérent avec la famille de base. Il s’agit  à l’évidence d’une concession  à l’usage, cette forme s’étant imposée sans discussion possible (voir le Ngram).

    • 217 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 12 septembre 2019 dans Général

    Le nom « Sud-Coréen » ne peut-être laissé sans majuscule, car il n’a aucun autre sens que celui de ressortissant de la Corée du Sud, gentilé  qui requiert les majuscules. Il y a dans votre tournure ellipse du mot entreprise  mais c’est une métonymie courante, comme lorsqu’on dit « boire un verre » au lieu de dire « boire le contenu d’un verre ».
    Bien entendu, le contexte doit être sans ambigüité pour que le lecteur sache à quoi cela renvoie  : dans votre exemple, Sud-Coréens  désigne clairement les propriétaires et les représentants des entreprises en question (et non les entreprises elles-mêmes).
    Donc : Les Sud-Coréens seront fortement représentés au prochain congrès.

    • 233 vues
    • 8 réponses
    • 2 votes
  • Votre question est fondée et demande réflexion : il y a bien un conflit latent entre deux règles, selon que le on  est impersonnel (pas d’accord) ou renvoie à des personnes identifiées (accord).

    À défaut d’une analyse explicite de  grammairien (je n’en ai pas de disponible), on peut douter. L’analyse des fréquences donne une indication, par le NGram joint ICI. Il s’agit de publications contrôlées (éditeurs, correcteurs, etc.) reflétant bien la pratique écrite « normée ».
    À l’époque moderne, le pluriel semble apparaitre alors que le singulier prédominait sans conteste auparavant. On peut analyser chaque option en cliquant en bas à droite sur le libellé. On voit que « on s’est aimé » a les faveurs des écrivains, anciens ou modernes, que les sujets soient connus ou non. C’est logique, à mon sens, car on retrouve le  singulier même avec des sujets connus : les combattants s’entretuèrent sur le champ de bataille  donne on s’entretua sur le champ de bataille  et donc  on s’est entretué sur le champ de bataille.
    Cela étant, l’accord en nombre du participe doit pouvoir être accepté (selon moi) lorsque les sujets sont bien identifiés, mais uniquement dans ce cas (le on  équivalant alors en général à nous).

    P. S. La réponse de Prince et les références au Bon Usage  confirment mon sentiment. 

    • 183 vues
    • 7 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 4 septembre 2019 dans Accords

    Sauf effet d’ironie recherché, convaincre « de force » a un petit côté… douteux. C’est peut-être toute la phrase qu’il faut faire varier.
    Sinon, la locution adverbiale est évidemment invariable.

    • 189 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 31 août 2019 dans Accords

    Question amusante : cette tournure n’est en effet pas connue des dictionnaires usuels, ni même du Wiktionnaire pourtant très accueillant pour toutes les audaces…
    Cela étant, cela se dit et doit donc pouvoir s’écrire. Je vous propose deux graphies selon le contexte :
    C’est un vrai « saint Thomas », au singulier,  avec des guillemets  marquant le sens  spécifique, majuscule au nom du personnage et sans trait d’union ;
    — C’est un vrai saint-thomas  et Ce sont de vrais saints-thomas   : on adopte la graphie  de tournures similaires comme sainte-nitouche, sainte-barbe (soute à poudre dans un bateau), saint-frusquin, saint-jean  (nécessaire d’un imprimeur) ou saint-crépin (nécessaire de cordonnier). Trait d’union (c’est un nom commun), pas de majuscule et pluriel possible.

    Cette réponse a été acceptée par sekaubin. le 1 septembre 2019 Vous avez gagné 15 points.

    • 254 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 27 août 2019 dans Question de langue

    Cette tournure est loin d’être figée comme le prouve la fréquence d’utilisation des deux graphies dans le ce graphe.
    Vous pouvez employer les deux, avec la nuance éventuelle qui vous semblerait pertinente (mais inaudible, de toute façon).

    Il est à noter, d’une manière générale, que les formes au singulier et au pluriel sont souvent en concurrence lorsque le complément du nom est de nature dénombrable : mon expérience de correcteur me montre que le pluriel est de plus en plus choisi contre le singulier, non pour des raisons grammaticales ou sémantiques, mais pour des causes externes. C’est comme si le pluriel était plus intuitif que le singulier partitif, ressenti comme plus « abstrait ».

    • 301 vues
    • 11 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 25 août 2019 dans Général

    La règle est simple et permanente et devrait s’appliquer partout :
    — soit le mot est lexicalisé, reconnu par des dictionnaires et a un statut de nom ou d’adjectif : il n’y a alors pas d’apostrophe et il s’accorde en nombre. Ce ne devrait pas être le cas ici, sup n’ayant pas un emploi normalisé. Mais si vous estimez le contraire, vous devez écrire « des heures sups « .
    — soit il s’agit d’une abréviation ponctuelle (élision en milieu de mot ou apocope à la fin) et on remplace toutes les lettres manquantes par une apostrophe. Il n’y a évidemment pas d’accord : « des heures sup’‘ » (comme le Vel’ d’Hiv’).

    Les excuses pour ne pas respecter des règles étant légion (parfois en provenance des autorités elles-mêmes), on trouve bien entendu de tout. À vous de voir…

    • 210 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 21 août 2019 dans Question de langue

    Quelques rares mots (ne, mais aussi de  et que ) ont parfois une valeur dite explétive. Ce sont des héritages de la structure des phrases en latin que l’on peut qualifier d’archaïsmes car ils n’ont plus d’intérêt grammatical en français moderne.
    Même si certains, dont l’Académie, leur prêtent un intérêt stylistique qui reste à démontrer, leur absence favorise la clarté en évitant toute confusion avec le ne de négation par exemple. Votre question le prouve par elle-même…

    Mon conseil est donc de ne pas les employer, sauf pour des travaux littéraires prétendant à  un haut niveau de langue. Vous et vos lecteurs aurez tout à y gagner…

    — Cette action se produit sans que le temps passe (et non ne passe) ;
    — Il y a trois guichets ouverts (et non d’ouverts) ;
    — C’est mal d’agir ainsi (et non que d’agir ainsi).

    • 180 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes