« Je pense » et le subjonctif

Bonsoir, je vois beaucoup d’avis qui diffère lorsqu’on emploie « Je pense que… »

Ex : Je pense que j’ai raison.
Si dans ce cas on emploie l’impératif il faut comprendre en soi que je suis certain d’avoir raison mais ça contraste avec le je pense, tout du moins ça me dérange. Autant dire je suis certain que j’ai raison, mais est-ce que pour autant c’est faux ?
Si je dis : Je pense que j’aie raison.
Je suis incertain d’avoir raison, mais pourtant je pense tout de même avoir raison, non ?

Merci de m’éclairer avec ce « Je pense » qui m’embête fortement…

Vartol Amateur éclairé Demandé le 7 février 2021 dans Conjugaison

Beaucoup d’avis qui diffèrENT puisque justement il y en a beaucoup.
Il ne s’agit pas ici de l’impératif, mais de l’indicatif.

le 9 février 2021.

Merci pour la correction et oups !
Oui, je voulais bien dire l’indicatif et non pas l’impératif.
Merci de l’avoir souligné.

le 9 février 2021.
10 réponse(s)
 

« La vérité n’est pas une affaire de nombre », a dit le sage (cf. « Et pourtant elle tourne »).

J’ai le sentiment que l’on ne se comprend pas bien.

Quand je dis : Le verbe penser (que) entraîne (en principe) l‘indicatif dans une phrase affirmative,  ça signifie qu’une phrase comme celle-ci : Les banques pensent que le placement de ces fonds sera difficile est correcte.

De même, on écrit : Je pense que  j’ai raison.  Elles pensent que la trottinette que j’ai eue  (à Noël) est une contrefaçon.

En modalité négative du verbe recteur, le subjonctif est de règle : Je ne pense pas que la grève puisse se prolonger encore une semaine. 

C’est assimilé?  🙂

Prince Grand maître Répondu le 7 février 2021

Français a écrit :
Selon moi, on dit bien « que j’aie » et non que « que j’ai » : c’est du subjonctif (Il y a un doute : « elles pensent ») ! 

Ce n’est pas sérieux !
Diriez-vous « Je pense que je SOIS  son père » ou bien « Je crois que je FASSE  le bon choix » ?!

Vartol,

Je vous confirme que la théorie de Français ne tient pas debout, et qu’elle est erronée. Cela n’a pas de sens, et ça n’a rien à voir avec le fait qu’il y ait une incertitude ou pas.

Comme tous l’ont fort bien expliqué ici, à la forme affirmative l’indicatif s’impose. Ce n’est qu’à la forme négative que le subjonctif s’impose, c’est la règle, et Français n’y peut rien.

Qu’il y ait ou non un doute exprimé, on dira aussi bien :
Je me dis qu’il a  tort.
Je crois que sa réponse est erronée.
Il me semble qu’il fait une erreur.
Je pense qu’il n’a pas raison.
Je suis sûre et certaine qu’il n’est pas dans le vrai.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 9 février 2021

Bonsoir Vartol74,

Le verbe penser (que) entraîne l‘indicatif dans une phrase affirmative, comme ici.

Prince Grand maître Répondu le 7 février 2021

En général, pour les verbes d’opinion (penser, croire, …) on met l’indicatif quand on affirme car on est sûr.
Je pense que vous avez raison, qu’il fera beau, que nous irons en vacances.

On utilise le subjonctif à la forme négative et interrogative car on commence à douter ou à envisager une éventualité voire à affirmer une impossibilité.
Je ne pense pas qu’il puisse venir, je ne crois pas qu’il fasse beau.

Quant au conditionnel, c’est possible aussi : je pense qu’il serait préférable que vous utilisiez un dictionnaire.Le conditionnel exprime aussi l’éventualité.

joelle Grand maître Répondu le 7 février 2021

Bonjour,
« En général, pour les verbes d’opinion (penser, croire, …) on met l’indicatif quand on affirme car on est sûr. »
Penser, ça veut dire être sûr ? Je ne suis pas sûr…

« On utilise le subjonctif à la forme négative et interrogative car on commence à douter ou à envisager une éventualité voire à affirmer une impossibilité. »
Ah ! C’est donc ça qui me manquait !

le 8 février 2021.

Si un expert du français pouvait confirmer l’avis de « français » ça serait bien !
Cependant pour 4/2(1+1) la réponse est 4 ! Et non pas 1.
De même que c’est bien l’œuf qui est arrivé en premier. 😉
Ah et bien merci Prince pour ta réponse !

Vartol Amateur éclairé Répondu le 7 février 2021

Bonjour,
« Pour 4/2(1+1) la réponse est 4 ! Et non pas 1. » → FAUX ! (cf. https://www.youtube.com/watch?v=tYf3CpbqAVo&t=10m30s si tu veux. Et d’ailleurs, la plupart privilégient 1 comme réponse !)

Pour l’œuf et la poule, effectivement, tu as raison, « mais pas l’œuf de la poule, l’œuf de poisson » (cf. https://www.youtube.com/watch?v=DnwR9mT8oSk si tu veux.)

le 8 février 2021.

Ah ?! Pour le calcul pourtant j’ai vu cette vidéo : https://youtu.be/Mulh3Z7BbTA?t=196

le 8 février 2021.

On ne dira jamais : je pense qu’il vienne, mais je pense qu’il vient.
Après « je pense que » à la forme affirmative, on emploie l’indicatif.

Ce choix entre indicatif et subjonctif après des verbes exprimant la subjectivité est parfois difficile à justifier.
On dit aussi : j’espère qu’il revient en bonne forme – je crois qu’il vient
Mais : j’ai peur qu’il vienne – je veux qu’il vienne – je souhaite qu’il vienne.

Peut-être peut-on dire, pour simplifier, qu’après des verbes exprimant une émotion vient le subjonctif, et après ceux qui exprime une attitude intellectuelle à la forme affirmative seulement, vient l’indicatif. Mais je ne suis pas très sûre que ça marche à tous les coups.

Tara Grand maître Répondu le 8 février 2021

« Mais je ne suis pas très sûre que ça marche à tous les coups. »
Donc, tu ne penses pas que ça puisse marcher à tous les coups ?
J’ai bien compris ?

le 8 février 2021.

On peut entendre les deux *:
Je ne suis pas très sûre que cela est toujours vrai.
Je ne suis pas très sûre que cela soit toujours vrai.
Comme : je ne suis pas sûr qu’il est dix heures comme tu l’affirmes : le fait posé comme vrai est nié
En face de : je ne suis pas sûr qu’il soit déjà dix heures : c’est l’incertitude concernant l’heure qui est exprimée.
*Je préfère largement une grammaire descriptive à la grammaire normative : donc attention lors des concours à rester dans les normes et règles imposées. Il n’en demeure pas moins qu’une langue se parle et qu’il est intéressant d’en comprendre le fonctionnement n’est-ce pas ?

Je dirai donc :
Oui : les deux modes sont possibles. J’y vois une nuance. Avec l’indicatif je mets en question un fait auparavant considéré comme vrai, avec le subjonctif, je décale mon attention sur l’attitude mentale.
Devant ces cas fréquents où on peut choisir entre les deux modes, c’est cette nuance que finalement je retiens. Il s’agit pour moi simplement, d’un écart de l’angle de vue.
Ce qui expliquerait  :
J’espère qu’il est heureux – je crois qu’il est heureux où l’intention se porte sur le fait qui est porteur d’un investissement émotionnel ou d’une implication importante et donc envisagé comme réel.
En face de : J‘aimerais qu’il soit heureux – je veux qu’il vienne où c’est l’attitude mentale qui est retenue comme première et dont dépend le fait ou dont la réalité du fait est considérée comme seulement possible

le 10 février 2021.

Bonjour,
Merci !

« Comme tous l’ont fort bien expliqué ici, à la forme affirmative l’indicatif s’impose. Ce n’est qu’à la forme négative que le subjonctif s’impose »
Mais du coup, il s’impose ? Il n’est pas plutôt seulement possible ?

PS : Serait-il possible de refaire un tour ici, Tara ?

Merci beaucoup !

le 10 février 2021.

Bonjour à tous,

« Je vous confirme que la théorie de Français ne tient pas debout, et qu’elle est erronée. Cela n’a pas de sens, et ça n’a rien à voir avec le fait qu’il y ait une incertitude ou pas. »
Je comprends tout à fait si je me suis trompé, mais j’aimerai comprendre pourquoi.

« Comme tous l’ont fort bien expliqué ici, à la forme affirmative l’indicatif s’impose. Ce n’est qu’à la forme négative que le subjonctif s’impose, c’est la règle, et Français n’y peut rien. »
D’accord, mais alors, JE ne comprends pas ceci :

Cette réponse de PhL :
« « Fort à parier » exprime la notion d’une forte probabilité. C’est ce qu’évoque l’indicatif, au même titre que la certitude.
Il y a fort à parier que la pluie tombera bientôt.

En revanche : Il est peu probable que la pluie tombe bientôt.
Le subjonctif est utilisé pour exprimer un doute ou une faible probabilité. »

Cette réponse de joelle :
« Pour l’emploi du subjonctif, il faut considérer le verbe de la principale, lequel doit exprimer le doute, le souhait, la possibilité, la nécessité ou l’hypothèse. »

Ce cours de français :
« En premier lieu, avec le subjonctif, il faut raisonner au niveau du sens et pas au niveau des règles.
Le subjonctif s’emploie quand la réalisation de l’action exprimée par le verbe est mise en doute (est incertaine) ou rejetée. »

Cette réponse de joelle :
« En général, pour les verbes d’opinion (penser, croire, …) on met l’indicatif quand on affirme car on est sûr. »

Pourriez-vous m’expliquer le lien (ou la différence) entre la règle (phrase affirmative → indicatif | phrase interrogative, négative → subjonctif) et ces quatre citations ? (Peut-être que ceci est complétement en accord avec ce que vous dites, mais moi, JE ne vois pas le lien.)

Enfin, Vartol74, pour le calcul (même si c’est complétement hors sujet), si tu avais regardé la vidéo que je t’ai passée, tu saurais que les deux résultats sont justes. Dans ta vidéo, il y a deux problèmes : d’abord, l’obèle (÷) a été transformée en deux points (:). Pourquoi ? Et en ayant regardé la vidéo que je t’ai passée, tu saurais que seuls les notations « / » et fractions sont admises pour les divisions. Mais ceci est seulement typographique. Ensuite, vient un autre problème : 8/2(2+2) n’est pas égal à 8/2×4 mais à 8/2(4). Et ensuite, pour la plupart des scientifiques, une multiplication implicite vient avant une multiplication/division explicite…

Merci d’avoir lu ceci et merci de m’expliquer les liens entre ces citations et la règle !
Merci !

francais Grand maître Répondu le 9 février 2021

En ce qui concerne la partie maths ça me semble étrange, mais je ne m’y connais pas forcément plus que ça. Vu qu’on est sur question-orthographe et non pas sur question-mathématiques je ne vais pas pousser plus loin.
Si vous êtes certain de vous, je veux bien vous croire.

le 9 février 2021.

Oui, concernant les maths, malgré le fait que ce ne soit pas le sujet, j’en suis sûr (même plus que pour le subjonctif, c’est pour dire…). Même des professeurs de mathématiques à qui j’ai demandé leur avis m’ont répondu que les deux étaient corrects mais qu’ils préféraient commencer par les multiplications implicites.
Mais cela ne me dérange pas que vous ne me croyiez pas : vous pouvez tout à fait rester dans le faux…

PS : Ai-je bien conjugué le verbe en gras ?

le 9 février 2021.

Je vous crois pour le calcul.
Oui, le verbe est normalement bien conjugué.
Quoique plus je regarde et plus je doute « Cela ne me dérange pas que » ça exprime l’indifférence, du coup, l’emploie du subjonctif est-il valide dans ce cas ??? Si on dit « Cela me dérange que » ça exprime une attente et donc ça marcherait pour moi, mais je ne suis absolument pas sûr de moi.

le 9 février 2021.

D’accord, j’attends l’avis d’un expert…
Mais il me semble, à ce que j’ai compris, que pour les phrases négatives, entre indicatif et subjonctif, il faille choisir subjonctif.
Cependant, à ce que j’ai compris, selon les règles dictées ici, après « Cela me dérange que », il faut un indicatif : « Cela me dérange que tu as faux. ». Mais je dirais plus « Cela me dérange que tu aies faux. » comme « Cela me dérange que tu fasses une erreur. » plutôt que « Cela me dérange que tu fais une erreur. » !
Mais j’attends l’avis d’un expert…

Par contre, si tu veux t’entraîner pour Voltaire, il faut que tu saches différencier les noms et les verbes. « Un emploi » (l’emploi) est différent de « j’emploie » (employer). Donc « l’emploie » est faux. Il faut écrire « l’emploi ».

Et aussi, merci de m’expliquer les liens entre les citations susmentionnées et la règle dictée sur cette page.

Merci !

le 9 février 2021.

Merci pour la correction pour « emploi ».
J’ai vraiment du mal avec le subjonctif, plus je tente d’en apprendre et plus je me noie dans une multitude de règles.
Tu ne voudrais pas refaire un topic pour demander ? Plus ça va et plus ce topic devient illisible.

le 9 février 2021.

« J’ai vraiment du mal avec le subjonctif, plus je tente d’en apprendre et plus je me noie dans une multitude de règles. »
Ça, ce n’est pas la faute du subjonctif mais du français ! Regarde par exemple le mot « gens » et ça et ça et ces règles et celles-ci ! En fait, certains en font même des livres comme « Les exceptions de la langue française: on adore les détester » de Jean-Loup Chiflet. Mais pour simplifier, regarde ce qui censé avoir été fait par l’Académie française : un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique et une poétique (censé d’après leur article 26, mais qui a fait seulement le dictionnaire) et tu verras toutes les règles (logiques pour certaines, absurdes pour d’autres : eh bah non, il n’y a pas beaucoup de règles dans le Dictionnaire, c’était prévu pour la Grammaire, si elle sort…).

« Tu ne voudrais pas refaire un topic pour demander ? Plus ça va et plus ce topic devient illisible. »
Oui, bien sûr, je peux. Tu trouves que 10 posts (Euh non, 10 réponses !), ça fait beaucoup ?
Par contre, si tu veux t’entraîner pour Voltaire, il faut que tu saches que « topic » n’est pas un mot français : il faut utiliser le mot français équivalent « sujet »… Et oui, utilise les mots français quand ils existent !

le 9 février 2021.

Refaire un « sujet » serait préférable oui, surtout que je ne suis pas certain que d’autres personnes vont s’amuser à feuilleter toutes les réponses.
Je trouve que c’est un peu l’anarchie, on arrive à peine à respirer ici. ^^
J’ai également la fâcheuse tendance d’utiliser des mots anglais, je devrais éviter en effet. Ça me rappelle une professeur de français que j’ai eue au collège et qui était à 2 doigts de taper une crise de nerfs si on osait ne serait-ce qu’employer un mot d’anglais à l’oral dans du français.

le 9 février 2021.
le 10 février 2021.

Bonjour,
Je pense que tu es (car je suis sûr) encore sur la même question que https://www.question-orthographe.fr/question/jai-eue-ou-jaie-eue/ et https://www.question-orthographe.fr/question/cette-phrase-est-elle-juste/ !

Selon moi, on dit bien « que j’aie » et non que « que j’ai » : c’est du subjonctif (Il y a un doute : « elles pensent ») ! Même si l’auteur du sujet a dit « elles pensent que la trottinette est une contrefaçon » : « est une contrefaçon » est présenté comme un fait (pas de doute dans l’esprit de « elles ») », je ne suis pas d’accord, car si « elles pensent », c’est qu’il y a un doute…
Les deux sont corrects. Si l’on considère que je suis sûr, je peux dire « Je pense que j’ai raison. », et c’est juste. Si l’on considère que je ne suis pas sûr, je peux dire « Je pense que j’aie raison. », et c’est juste. Cependant, à la négation, on doit mettre du subjonctif : « Je ne pense pas que j’aie raison. » !

Selon l’Académie française : « Penser : Avoir pour opinion, juger, estimer ; croire, supposer. » ; c’est à toi de voir ce que tu préfères (être sûr ou supposer) !

Bonne continuation sur la recherche de ta réponse ! Si tu trouves une réponse contraire ailleurs que sur le site, je veux bien que tu l’ajoutes ici. Merci !

francais Grand maître Répondu le 7 février 2021

Prince a raison ou francais ???
Je commence à me dire que je vais ne plus utiliser « Je pense » dans mes phrases à force.
Je pense que je n’ai(e ???) rien compris.
Donc la phrase « Elles pensent que la trottinette que j’aie eue est une contrefaçon » est bien écrite ? Je voudrais juste une confirmation d’une autre personne du coup. Ce satané jeu commence à atteindre ma santé mentale arg. ^^’

Vartol Amateur éclairé Répondu le 7 février 2021

« Je commence à me dire que je vais ne plus utiliser « Je pense » dans mes phrases à force.  » → ce serait préférable ! »
« Je pense que je n’ai rien compris. » si tu es sûr !

Je ne souhaite pas me contredire, mais je pense que Prince, à raison de plus d’expérience, a raison.

Non, « Elles pensent que la trottinette que j’aie eue est une contrefaçon » est faux : il manque un point… Sinon, par rapport au temps, selon moi, c’est juste, mais je ne suis pas un expert…

Après, vartol74, pour savoir le temps, remplace le verbe par « faire » et tu verras : Elles pensent que la trottinette que je fais (et non fasse) est une contrefaçon.

« Je voudrais juste une confirmation d’une autre personne du coup. » → Je pense, comme toi,  qu’il faudrait l’avis de 2 autres personnes !

Enfin, je ne parle pas forcément dans ce cas-là, mais il n’y a pas toujours Monsieur X ou Monsieur Y qui a raison. Certaines fois, tout le monde a raison, avec des réponses différentes. Par exemple, en mathématiques, si je te demande « 4/2(1+1) », tu peux me dire « 1 » et avoir raison et me dire « 4 » et avoir raison : les deux sont justes ! Et là, on arrive sur les débats infinis car chacun veut être sûr que les autres sachent qu’il ait raison (même s’ils ont tous raison)… Et on arrive sur les grands débats (l’œuf ou la poule, pain au chocolat ou chocolatine, 4/2(1+1), …)

francais Grand maître Répondu le 7 février 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.