Le profil de czardas
Grand maître
13545
points

Questions
45

Réponses
2461

  • Grand maître Demandé 3 jours auparavant dans Question de langue

    Bonjour,

    Aucune de vos propositions n’est correcte .

    Les prépositions à employer sont : chez et dans.

    Après l’audience, le prisonnier fut ramené  dans sa cellule.
    Cette personne longtemps hospitalisée a enfin été ramenée chez elle.

    • 34 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 5 octobre 2019 dans Question de langue

    Bonjour,

    Vous devez écrire :

    La sonate que j’ai entendu jouer.

    Mais vous écrirez :

    Les musiciens que j’ai entendus jouer.

    Voici la règle


    Accordez les participes passés soulignés s’il y a lieu :

    1.La violoniste que nous avons entendu jouer est d’origine russe.
    2. On ne les a jamais laissé* prendre eux-mêmes leurs responsabilités.
    3. Les as-tu fait prévenir ?
    4. Tu es responsable des bêtises que tu as pu  commettre.
    5. Et mes filles ? Les as-tu vu passer aujourd’hui ?

    * Lisez ce billet

    • 82 vues
    • 8 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 octobre 2019 dans Conjugaison

    Bonjour,

    À lire

    Si un jour on devait l’arrêter, il espérait que cette disgrâce(?) interviendrait de son vivant.

    Autant se livrer à la police sans attendre !

    • 62 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 octobre 2019 dans Accords

    Bonjour,

    L’adjectif redoutable est ici employé improprement.
    Quant à l’emploi de efficacité cela révèle un acte sadique.  Celui qui porte le coup est un véritable bourreau, un tortionnaire.

    Aussi il serait préférable d’abréger votre phrase.( ne pas ajouter  l’horreur à l’atrocité)

    La lame lui a fendu le crâne.

    • 52 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 octobre 2019 dans Conjugaison

    Bonjour,

    Pour exprime la concession il est préférable d’adopter la construction si +adjectif +que + verbe au subjonctif.

    Si fort qu’il soit il ne me fait pas peur.
    Je m’accroche à cette idée si bizarre qu’elle soit.(soit-elle)

    Écrivez : si étrange que cela puisse paraître.

    Vous avez écrit:

    — Simon, lui demanda-t-elle tandis que le vent se levait, pourquoi on ne s’est pas enfuis plus tôt ?

    Il serait préférable d’écrire :

    — Simon, lui demanda-t-elle tandis que le vent se levait, pourquoi  ne s’est-on pas enfuis plus tôt ? (on remplace  nous et le participe prend la marque du pluriel)
    ou
    — Simon, lui demanda-t-elle tandis que le vent se levait, pourquoi ne nous sommes-nous pas enfuis plus tôt ?

    • 58 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 3 octobre 2019 dans Question de langue

    Bonjour,

    Vous devez écrire :

    « Je ne vois pas ce qu’il y a de bizarre  qu’il se rende dans un hôpital… »  (voir se construit sans préposition, à ou de)

    En revanche vous écrirez :

    « Je ne trouve pas ce qu’il y a de bizarre à ce qu’il se rende dans un hôpital… »

    Il en va de même avec certains verbes tels que :  condescendre, contribuer, réfléchir, tenir, veiller.

    Je tiens à ce que tout soit parfait.
    Nous veillerons à ce que vous ne soyez pas dérangé.

    Lisez ce que dit Grevisse sur la proposition conjonctive essentielle. § 1069

    Les mots de liaison sont :

    • ordinairement la conjonction que :

    Je crains qu’on ne me trompe.
    Il faut que vous vous décidiez.
    Le malheur est qu’il est trop tard.

    • Lorsque  les propositions correspondent à un syntagme nominal parfois un infinitif introduis par une préposition, elles peuvent être introduites par à ce que,  de ce que, sur ce que.

    Tous deux auraient aimé à ce qu ‘il prît un jour la direction de leurs affaires.
    Il s’attend à ce que je revienne.
    Elle ne faisait pas toujours attention à ce qu’il n’y eût personne dans la chambre voisine
    (M. Proust)

    Note :

    Veiller à ce que est l’usage ; veiller que n’est guère en usage.
    J’eus à veiller à ce que nos amis du village fussent assez prudents
    (G. Sand)

     

    • 114 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 3 octobre 2019 dans Accords

    Bonjour,

    La règle de proximité (ou règle de voisinage) est une règle d’accord grammatical qui consiste à accorder le genre et éventuellement le nombre de l’adjectif ou du participe passé employé adjectivement  avec le plus proche des noms qu’il qualifie. En vertu de cette règle, contrairement à l’usage actuel du français, le féminin et le singulier peuvent donc l’emporter sur le masculin et le pluriel. En français, elle a été peu à peu reléguée au statut d’exception, tandis que le masculin s’impose dans l’accord du genre ; elle fournit aujourd’hui la matière de propositions de réforme de l’accord de l’adjectif pour ceux qui y voient un outil de promotion de l’égalité entre femmes et hommes.

    Alors je vous propose d’écrire :

    «…. ainsi que des dizaines de photos et de  dessins  encadrés, agencés sur un mur en briques rouges.

    Ainsi vous respecterez à la fois la règle  d’accord en usage et celle de proximité.

    Pour information 

    • 55 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 3 octobre 2019 dans Général

    Bonjour,

    Les formes piétonniser et piétonnisation, (avec deux n) construites sur le modèle de piétonne et piétonnier, semblent plus fréquentes que les formes piétoniser et piétonisation.

    Écrivez piétonnisation comme le mentionne le dictionnaire Larousse, vous serez assuré de  ne pas commettre d’erreur sur l’orthographe de ce substantif.

     

    • 77 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 3 octobre 2019 dans Général

    Bonjour,

    ► Métaphore : il s’agit  d’une figure d’analogie.

    La métaphore est une sorte de comparaison dans laquelle on a  supprimé l’outil de comparaison.
    Cette figure  de style  consiste à désigner une réalité au moyen d’un terme qui convient à une autre réalité qui présente avec la première une certaine ressemblance.

    Ce coureur est une véritable gazelle.
    Une forêt pour toi, est un monstre hideux
    (V. Hugo)
    Votre âme est un paysage choisi (P. Verlaine)

    Dans son état le plus élaboré, la métaphore opère une fusion totale entre deux éléments. cette fusion peut aller jusqu’à la suppression du comparé : seul le comparant est exprimé.

    Cette faucille d’or dans le champs des étoiles (V. Hugo)

    L’image de la faucille suffit ici à évoquer la Lune. Le comparé « la Lune » n’est pas exprimé ; tout le sens a été transféré sur le comparant « la faucille».

    ► Périphrase : Il s’agit d’ une figure de substitution.

    La périphrase remplace un mot par une expression détournée comprenant des adjectifs, des compléments de nom ou une proposition relative qui précise le sens.

    • La périphrase apporte des précisions que le nom seul ne fournirait pas.

    Il y a  des lieux où il faut appeler Paris, Paris, et des lieux où il la faut appeler capitale du royaume. (Pascal)

    • La périphrase évite les répétitions.

    Jacques Chirac a rencontré Bill Clinton. Le Président de la République s’est entretenu pendant deux heures avec son homologue américain.

    Certains personnages historiques ou  écrivains célèbres sont désignés par des périphrases :

    Le vainqueur d’Austerlitz  : Napoléon
    Le Roi Soleil : Louis XIV
    Le maître du Naturalisme : E.Zola
    La bonne dame de Nohant : G. Sand (Aurore Dupin)
    L’ homme aux semelles de vent : A. Rimbaud.

    • 85 vues
    • 8 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 2 octobre 2019 dans Général

    Bonjour,

    Disparate vient du latin disparatus signifiant inégal ; donc différent. discordant, ou encore hétérogène.

    On peut donc dire que disparate est un manque d’harmonie parfois choquante.

    Son emploi dans votre phrase est donc inapproprié.

    Écrivez plutôt :(et pour répondre à votre deuxième question)

    Qui pendent à des chaînes de longueurs distinctes.( car les chaînes n’ont pas la même longueur)

    Note :

    Le nom féminin disparate signifie : manque d’harmonie ; dissemblance choquante.

     Ses actions et ses discours forment une étrange disparate.
    Un contraste est agréable, une disparate est toujours choquante.

    • 66 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes