Le profil de ChristianF
Grand maître
8198
points

Questions
6

Réponses
628

  • Grand maître Demandé le 24 février 2018 dans Général

    Bonjour, ce pauvre Machiavel ne sait parler ni de la soie ni de la laine…

    Cette réponse a été acceptée par JCDEY2. le 24 février 2018 Vous avez gagné 15 points.

    • 605 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 24 février 2018 dans Question de langue

    Bonjour Zully, bien que cette phrase soit grammaticalement correcte, sa tournure me gêne aussi, je la trouve un peu lourde et difficilement compréhensible (au premier abord, on a presque l’impression que ces personnes désirent changer de prénom tous les ans… 😉 ). Remplacer an par année ne supprime pas le malaise pour moi, j’aurais plutôt écrit : En France, 3500 personnes par an demandent à changer de prénom.

    • 4115 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 24 février 2018 dans Accords

    Bonjour, si ce n’est pas indiscret, où avez-vous vu cette règle (celle qui dit que lorsque le en peut être retiré, il ne peut être considéré comme le COD) ? En particulier, l’auteur donne-t-il des exemples pour l’illustrer ? Parce que dans votre phrase, cela ne me semble pas être le cas, c’est au contraire quasiment un cas d’école d’utilisation du en partitif dans lequel on ne doit pas faire l’accord. Si vous le supprimez (« J’ai trop monté »), la phrase n’est effectivement pas à proprement parler bancale mais en l’absence du COD  elle n’a plus du tout le même sens. La seule orthographe grammaticalement valide dans votre phrase est bien : [des chevaux,] j’en ai trop monté.

    • 585 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 23 février 2018 dans Accords

    PhL, il me semble que dans la première phrase, en est mis pour ces courageux officiers « Barrès », me trompé-je ? Donc jetés… (dans ce cas, il manquerait peut-être une virgule après politiciens, pour la clarté de la phrase).

    • 1293 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 23 février 2018 dans Accords

    Tony, je réponds à votre commentaire : pour parcourir je suis entièrement de votre avis, c’est d’ailleurs le point de vue que je défendais dans la discussion sus-citée, mais il se trouve que ce point avait déjà été traité précédemment (ici — voir notamment la réponse de Chambaron) et qu’il en résultait, à mon immense étonnement, que le participe ne devait pas s’accorder… C’est pour cela que je vous disais que d’un point de vue strictement grammatical, il ne fallait faire l’accord dans aucune de vos phrases mais que personnellement je l’aurais comme vous fait partout sauf dans la dernière phrase.

    • 1770 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 23 février 2018 dans Général

    Bonjour, vous pressentez bien 🙂 : il était est une locution impersonnelle comme il y a, il y avait ou il existait (attendant un complément : il était un petit navire, il était une bergère…), une fois un adverbe de temps comme jadis, hier, autrefois.

    • 1450 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 23 février 2018 dans Général

    Bonjour, non, ce sont deux cas différents : tout-petit prend un trait d’union quand il s’agit du nom (mon tout-petit, l’accueil des tout-petits), mais pas lorsqu’il s’agit de l’adjectif précédé d’un adverbe : j’ai juste un tout petit défaut. C’est à ce deuxième cas que se rapporte tout jeune (je l’ai connu tout jeune), donc pas de trait d’union.

    • 699 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 23 février 2018 dans Accords

    Bonjour Tony, votre première question a encore été posée presque exactement dans les mêmes termes pas plus tard qu’hier (voir ici) et a donné lieu à une discussion assez animée. Pour résumer, d’un point de vue strictement grammatical il ne faut pas faire l’accord, mon avis personnel est que dans les deux cas l’accord devrait être admis (je pense qu’il l’est pour parcourir, pas certain pour courir).

    NB. Vos deux premières phrases ne présentent pas des cas différents, l’accord ne dépend ni du fait que les kilomètres soient ou non les derniers ni de celui qu’une ou plusieurs personnes les aient couru(s).

    C’est un peu le même cas pour les litres de mirabelle (question posée précédemment pour de la bière mais je pense que ça ne devrait pas faire trop de différence 😉 ) : en toute rigueur il ne faut pas faire l’accord, là encore il semble que ce soit cependant admis et ce serait mon choix personnel car le je trouve plus logique.

    Pour la dernière phrase je ne ferais pas l’accord (de même que dans les trois heures qu’il m’a fallu, je pense que dans les deux cas les compléments ont la couleur et le goût du COD, mais qu’ils ne sont pas des COD).

    Cette réponse a été acceptée par Tony. le 23 février 2018 Vous avez gagné 15 points.

    • 1770 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 23 février 2018 dans Conjugaison

    Bonjour, sans le contexte il est difficile de répondre catégoriquement, mais s’il s’agit d’un conseil ou d’une proposition (mention sur une affiche publicitaire par exemple), c’est bien l’impératif qui est de rigueur : succombez à notre tendance.

    Un moyen simple de trancher dans ce genre de cas est de remplacer le verbe du premier groupe (succomber) par un autre du deuxième ou troisième groupe (venir par exemple). Venir succomber à notre tendance ou Venez succomber à notre tendance ? Le choix devrait alors s’imposer de lui-même… 🙂

    • 591 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 23 février 2018 dans Conjugaison

    Bonjour, après imaginer à l’impératif (comme ici : imaginons), vous avez le choix entre l’indicatif et le subjonctif : imaginons que nous jouons ensemble ou imaginons que nous jouions ensemble. Le subjonctif accentue la valeur hypothétique, mais la nuance est subtile. Par contre, si imaginer n’était pas à l’impératif mais à l’indicatif dans une phrase affirmative, on ne pourrait pas utiliser le subjonctif (j’imagine que nous sommes amis et surtout pas j’imagine que nous soyons amis). A la forme négative, par contre, les deux seraient possibles.

    La deuxième partie de la phrase dépend du mode utilisé dans la première : si indicatif, alors indicatif, si subjonctif, alors conditionnel :

    imaginons que nous jouons ensemble, comme cela nous rêverons ensemble… (un projet que l’on s’apprête à réaliser)

    imaginons que nous jouions ensemble, comme cela nous rêverions ensemble… (une hypothèse que l’on envisage)

    Cette réponse a été acceptée par Hinano. le 23 février 2018 Vous avez gagné 15 points.

    • 2299 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes