Le profil de Dominique
Érudit
123
points

Questions
22

Réponses
6

  • Érudit Demandé le 20 décembre 2015 dans Question de langue

    Pour en finir avec cette fausse « question » et ces vraies attaques, je voudrais tout de même souligner la violence de tout cela. Chambaron utilise le mot « pathologie« , Jean prétend que mes réponses n’apportent « rien« . Je ne sais s’il faut parler de la « bande des quatre », Czardas ayant manifesté quelque énervement lorsque mon nombre de réponses avait dépassé le sien mais n’ayant pas participé à la curée… Après réflexion, comme je me refuse à penser qu’il soit ici question de points (nous ne sommes plus à l’école primaire tout de même), je ne vois que deux raisons à toute cette hargne :

      1. mon irruption dans le lot des personnes ayant le plus posé de questions et surtout fourni le plus de réponses, donc dans un groupe fermé et formé depuis plusieurs mois.
      2. le fait que dans nombre de mes réponses, j’ai pointé l’inexactitude ou l’incomplétude des réponses déjà effectuées.

    Il s’agirait donc d’une sorte de réflexe de caste, qui procède de manière similaire au rejet des migrants, de l’autre. Tout cela est très attristant. Relisez mes réponses et vous constaterez qu’elles sont pour une très large part sensées et que les rectifications ou ajouts d’informations effectués sont appuyés par des exemples, des citations, des renvois aux ouvrages de grammaire. Il semble bien que la même réaction ait été développée dans le passé à l’encontre de CATHY LÉVY et cette répétition de comportements ostracisants me semble de très mauvais augure pour l’avenir du service « Question orthographe ».

    PS : Je continue à penser que ces échanges et cette « question » en particulier n’ont rien à faire dans « Question orthographe ».

    • 9590 vues
    • 11 réponses
    • 1 votes
  • Érudit Demandé le 19 décembre 2015 dans Question de langue

    Et voilà, le deuxième wagon s’accroche au premier !
    Jean, qu’est-ce que cette histoire de gagner des points ? Croyez-vous que je passe des heures à répondre à des questions pour gagner des points ? Je ne sais même pas ce qu’amènent ces points et je n’en ai rien à faire ! Je ne cherche pas à me faire embaucher par le projet Voltaire, j’ai un travail et il suffit largement à occuper mes journées ! D’ailleurs si vous avez le pouvoir de me ramener à 0 point, cela m’est absolument égal !
    Votre réponse est d’autant plus indécente que vous avez plusieurs dizaines de fois dans ce forum (qui je le répète n’est pas un site et pourrait seulement être qualifié de service comme le fait Woonoz) ajouté une réponse qui reprend quasiment à l’identique la ou les réponses faites par d’autres avant vous ! Vous l’avez fait pour certaines de mes réponses mais vous l’avez beaucoup fait pour d’autres, y compris Joelle, Chambaron et Czardas. Alors, je vous prie, un peu de retenue ! Ce type de pratique est d’autant plus indécent que cela donne le sentiment à ceux qui ont répondu avant vous qu’ils « comptent pour du beurre » et que seul votre avis est souverain.
    Si vous lisez mon texte, je n’ai jamais écrit « j’ai bêtement le sentiment » mais, à faire de mauvais procès, on fournit de mauvais arguments. Que l’utilisateur attende une réponse exacte, c’est une évidence, mais s’il l’a rapidement, il en est d’autant plus satisfait.
    Vous devrez vous mettre d’accord avec Chambaron car celui-ci me reproche de fournir trop de citations, trop d’exceptions, trop d’incertitudes et, de votre côté, vous m’accusez de ne rien apporter de nouveau. Tout cela est bien inconséquent et tout aussi peu sérieux. Le lecteur n’a qu’à lire mes réponses en demandant mon compte pour prendre conscience de votre mauvaise foi.
    Pour revenir à votre introduction qui ne s’attache nullement au fond du débat mais à ses à-côtés :
    1. Ceci n’est pas un site, à la rigueur un service, plutôt un forum, c’est-à-dire selon la définition de Larousse, un « espace public virtuel destiné à l’échange de messages sur un thème donné ».
    2. Qui a parlé de « forum littéraire », pas moi en tout cas. Donc classons cela dans les purs procès d’intention.
    3. Qui a parlé de « site réservé aux spécialistes ». Pas moi non plus et je ne vois pas en quoi mes réponses sont destinées aux spécialistes. Citer des auteurs comme le font Grevisse ou le Robert, serait-ce s’adresser à des spécialistes ? Faudrait-il utiliser la langue des cités pour répondre aux questions de langue ? Est-il injurieux pour les membres de les considérer comme des personnes ayant un minimum de culture ?
    4. Il s’intitule « Question orthographe », ce qui limite son domaine plus encore qu’il ne le fait puisque, en posant une question, vous avez le choix entre cinq catégories qui vont beaucoup plus loin que la stricte orthographe. Mais peu importe, j’aimerais que vous me donniez un seul exemple de question ou de réponse de ma part qui ne serait pas liée à la langue, en dehors des réponses à cette polémique, que j’ai d’ailleurs demandé de supprimer !
    5. J’ai lu la charte et je n’ai pas du tout le sentiment d’y déroger, bien au contraire.

    • 9590 vues
    • 11 réponses
    • 1 votes
  • Érudit Demandé le 19 décembre 2015 dans Question de langue

    Je ne vois là aucune question mais comme cette philippique me vise clairement, je vais y répondre.
    Il semblerait, à lire les réactions de Czardas, Jean et vous-même (Joelle s’honore de ne pas participer à ces assauts) que ce forum (qui n’est pas un site) soit considéré par votre trio de « grands maîtres » comme une sorte de champ clos dans lequel vous distribuez les bons et les mauvais points.

    Avoir osé, comme je l’ai fait, placer des remarques et des observations sur ce site semble avoir perturbé votre petit train-train habituel et je peux le comprendre. A l’exception de deux ou trois réponses que j’ai rectifiées (par exemple ici), mes nombreux commentaires consistent essentiellement en ajouts d’informations et en citations d’auteurs.
    Votre remarque sur les citations est assez savoureuse. Car il y a quelques jours vous avez écrit ici (je vous cite) : « vous êtes idéalement équipé, bravo ! » Tout cela n’est pas très sérieux, d’autant qu’en décomptant le nombre de réponses dans lesquelles j’avais donné des références littéraires, j’en ai trouvé 31 sur 368, même pas 10%. Mais votre remarque est d’autant plus amusante que Grevisse comme Littré ou le Robert ont fondé leurs ouvrages sur des citations d’auteurs, tradition que je ne fais que poursuivre à mon niveau bien modeste.

    Je ne sais pas trop ce qu’est « répondre agréablement » à des questions de langue mais je constate que sur 80 questions posées depuis le 1er décembre, j’en ai posé 19 (sur lesquels il m’est arrivé de commenter les réponses mais cela semble logique et vous le faites tous) et j’ai répondu à 53 des 61 autres dont 37 fois en première réponse. Si ce n’est pas cela répondre aux questions, je me demande ce que c’est. Tout cela est naturellement vérifiable puisque vous pouvez accéder à mon profil et voir mes questions et mes réponses.
    Je ne vois pas non plus en quoi le fait de mettre en valeur des exceptions, des anomalies ou des incertitudes serait un combat contre la langue française ! Une langue vit, a ses contradictions et ses incertitudes et rien n’est pire que de laisser croire qu’elle est figée avec des règles intangibles. La moindre des choses est d’expliquer ces règles et parfois les difficultés qu’elles lèvent et les exceptions à ces règles elles-mêmes.

    A votre place et vous sachant maintenant partie prenante du projet Voltaire, je me serais plutôt réjoui de cette reprise de vie du forum, de cet afflux de questions et de réponses? 80 questions depuis début décembre, cela représente plus de quatre par jour, soit le double de la moyenne annuelle. Mais il semble que cet excès de questions et de réponses vous perturbe. Il semble aussi que ce soit vous qui fixiez la ligne de conduite de ce forum, de ce qu’il doit être.
    Mais, curieusement, votre comportement ne correspond guère à cette ligne de conduite. Ainsi, je note que je suis quasiment le seul à avoir répondu à notre ami libanais DLOYAS (devenu depuis JCDEY). Vous me direz que mon temps de réponse est court, ce qui est vrai. J’ai la faiblesse de penser que lorsqu’un membre pose une question, il attend une réponse dans les meilleurs délais. Mais ce n’est pas toujours vrai. L’une des questions posées par JCDEY (https://www.question-orthographe.fr/question/sois-gentil/) est restée sans réponse pendant trois jours et je pense qu’elle serait toujours sans réponse si je n’avais pas tenté d’y répondre.

    Chambaron, vos avis comme ceux de Czardas, Jean ou Joelle, sont souvent très pertinents et, pour nombre d’entre eux, je n’ai rien à y ajouter. Mais, de grâce, acceptez l’idée qu’il vous arrive de vous tromper et que parfois votre réponse n’épuise pas toute l’étendue de la question. Czardas, Jean et vous-même n’êtes pas la Sainte Trinité et je ne prétends pas plus avoir la vérité révélée. Je vous accorde, Chambaron, que vous êtes plus direct et moins chafouin que notre ami Jean qui s’est mis en tête d’ajouter des commentaires venimeux derrière mes réponses (par exemple ici et , en page 4), mais vous n’avez tout de même pas eu le courage de me citer nommément. Sauf à vous considérer comme le propriétaire de ce forum, je ne vois pas ce que mes réponses ont d’insupportable (c’est vous-même qui dites ne pas les supporter).

    Ce forum reste extrêmement confidentiel, beaucoup plus que d’autres sites de langue (je ne donnerai pas de noms). Ce n’est certainement pas lui qui fera « gagner de nouveaux francophones ». Le plat dans lequel vous avez mis le pied, c’est ce plat que vous estimiez le vôtre, ce n’est certainement pas celui de la francophonie ou de la langue française.
    Je ne souhaite pas revenir sur le passé mais il semble que CATHY LÉVY ait souffert dans le passé d’un ostracisme similaire, au point de ne plus intervenir sur ce forum. Estimez-vous vraiment que ce soit le meilleur moyen de « gagner de nouveaux francophones » ?
    Bien qu’ayant pris le temps de vous répondre (comme je l’ai fait avec Jean et, une fois, avec Czardas), j’aimerais que cette question et cette réponse (ainsi que les allers-retours avec Jean) soient supprimés de ce forum. Ils n’y ont pas leur place, ils ne portent pas sur la langue mais ne sont que des attaques ad hominem, sans intérêt et sans fondement.

    • 9590 vues
    • 11 réponses
    • 1 votes
  • Érudit Demandé le 5 décembre 2015 dans Conjugaison

    Joelle, Czardas, Jean, je ne suis pas du tout d’accord avec votre analyse ! D’une part le verbe « demander » n’appartient pas à la liste des verbes comme « dit », « cru », « pu », « su » qui restent invariables quand l’objet direct est un infinitif à sous-entendre après eux. Mais on peut admettre que cette liste est incomplète. La raison de mon désaccord ne vient pas de là mais du fait que dans la phrase en exemple, le verbe « demander » est synonyme de « avoir besoin », « nécessiter », qui est un des sens assez courants de « demander ». Et si l’on écrit « Les efforts que cela a nécessités », on doit écrire « Les efforts que cela a demandés ».
    Si l’on part du principe qu’en pouvant intercaler un infinitif entre le participe passé et son COD, alors le participe passé devient invariable, il faut accepter l’invariabilité dans de nombreux cas. Ainsi il faudrait accepter « les erreurs qu’ils ont évité » car on pourrait prétendre que ce sont les erreurs qu’ils ont évité de faire, donc que le participe passé peut rester invariable… Voilà qui ouvre la porte à une révision génrale de l’accord du participe passé !
    Moralité, on doit écrire :
    « Il ne se rend pas compte des efforts que cela a demandés. »

    • 3998 vues
    • 7 réponses
    • 1 votes
  • Érudit Demandé le 3 décembre 2015 dans Général

    Jean-Pierre Colignon est d’un avis exactement inverse (https://jeanpierrecolignon.wordpress.com/tag/la-ville-rose/). Il écrit « la Ville rose » et la « Ville éternelle ». La capitale se justifie, de même que « Ville sainte » pour Jérusalem par le fait qu’il n’y a pas qu’une ville rose, qu’une ville éternelle, qu’une ville sainte.  Pour indiquer que l’on désigne bien Toulouse, Rome ou Jérusalem, la capitale me semble donc de rigueur. Et il en ira de même pour la « Cité des cinq clochers » (sans capitales à cinq et clochers) car bien des villes ont en tout et pour tout cinq clochers (d’ailleurs Tournau en a plus de cinq, mais le nom vient de l’histoire de la ville).

    • 2841 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Érudit Demandé le 1 décembre 2015 dans Aucune catégorie

    Je suis assez surpris de cette controverse très parisiano-parisienne. Car elle repose à mon sens sur plusieurs postulats erronés. Le « eu » en fin de mot, de proposition ou de phrase n’est pas parisien, il est universel, il correspond à une hésitation, généralement notée « heu » ou « euh ». Par contre il y une région, dont apparemment aucun intervenant n’est originaire, qui prononce bel et bien les « e » en principe muets, c’est le Sud-Ouest. Ainsi un Toulousain de souche ne dira pas « toulouz est en haute-Garonn » mais « toulouzeu est en Haute-Garonneu ». Plus fort encore, non seulement le département du Gers ne se prononce pas « gère » comme dans le Nord, ni même « gerce » mais « gerceu » !

    • 0 vues
    • 33529 réponses
    • 0 votes