ne fût-ce/ne serait-ce

Bonjour, dans l’une des questions du programme « excellence » du Projet Voltaire, une phrase est ainsi corrigée :  « Je dois lui parler, ne fût‑ce qu’une minute. » Comment expliquer ici le subjonctif, et pourquoi le préférer au conditionnel (« Je dois lui parler, ne serait-ce qu’une minute. ») ?

mishmatt Membre actif Demandé le 13 février 2020 dans Général
6 réponse(s)
 

Bonjour Tara,

Vous écrivez que « ne fût-ce » signifie « ne serait-ce » ; est-ce que cela ne contredit pas le fait que le plus-que-parfait du subjonctif est censé pouvoir remplacer le conditionnel passé (et non présent) ?

Est-ce une tournure spécifique qui fait de la seule expression « ne fût-ce » une exception à cet usage ? Existe-t-il des références en ce sens ? Je n’ai rien trouvé dans mes usuels.
Merci encore

mishmatt Membre actif Répondu le 16 janvier 2021

Je dois lui parler, ne fût‑ce qu’une minute
Il s’agit de ce qu’on appelle le conditionnel passé 2e forme, qui  est morphologiquement identique au plus-que-parfait du subjonctif. Il peut remplacer le conditionnel et appartient au langage soutenu.
Pour bien comprendre son emploi (car dans une phrase hypothétique  il peut être utilisé dans la subordonnée -à la place du plus que parfait – aussi bien que dans la principale -à la place du conditionnel), reportez-vous au lien suivant :

Banque de dépannage linguistique – Conditionnel passé et plus-que-parfait du subjonctif

Tara Grand maître Répondu le 13 février 2020

Merci Tara pour cette réponse rapide et précise.

mishmatt Membre actif Répondu le 13 février 2020

Bonjour, je me permets de relancer cette question, car je suis retombé sur cette phrase récemment – et, à la réflexion, j’ai toujours un doute. Dans la phrase en question (« Je dois lui parler, ne fût‑ce qu’une minute. »), le premier verbe étant au présent, ne faudrait-il pas utiliser le conditionnel présent et non passé ?
Ça donnerait : « Je dois lui parler, ne serait-ce qu’une minute. » Mais on n’écrirait pas, sauf erreur : « Je dois lui parler, n’aurait-ce été qu’une minute. »

Or, la Banque de dépannage linguistique indique que le plus-que-parfait du subjonctif peut remplacer le conditionnel passé… J’ai du mal à comprendre donc pourquoi on l’utiliserait ici pour remplacer un conditionnel présent.

Merci d’avance de vos explications qui m’aideront à comprendre la logique de tout cela.
Cordialement

mishmatt Membre actif Répondu le 14 janvier 2021

« Ne fût-ce » ‘a pas valeur de passé mais de conditionnel. Il signifie précisément : « ne serait-ce ».

Tara Grand maître Répondu le 16 janvier 2021

Mais vous avez parfaitement raison ! Le conditionnel deuxième forme est un conditionnel passé en effet, et ne peut remplacer qu’un conditionnel passé « ordinaire ». On ne le trouve donc que dans une phrase au système passé.

Je dois lui parler, ne serait-ce qu’une minute.
Je devais lui parler, n‘aurait-ce été / ne fût-cequ’une minute.

Je vous prie de bien vouloir m’excuser. (Je ne sais pas où j’avais la tête ce jour-là). Et merci pour votre vigilance  Mishmatt !panth1.gif (1796 octets)

Tara Grand maître Répondu le 21 janvier 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.