Laissé suivi d’un infinitif.

Bonjour. L’accord du participe passé du verbe laisser avec un infinitif, précédé des auxiliaires être ou avoir est-il toujours invariable ? J’ai trouvé des exemples contraires, qu’en dites-vous ?

Lauren Maître Demandé le 6 juin 2018 dans Accords
3 réponse(s)
 

Bonjour Lauren.

Les recommandations de 1990 font de laisser une exception (comme, auparavant, pour le verbe faire) : il est donc possible aujourd’hui de considérer que le participe passé de laisser  suivi d’un infinitif est invariable.  Cela explique sans doute que vous trouviez des exemples contraires.

La question a déjà été abordée plusieurs fois sur ce site, par exemple ici, , ou encore .

Avant 1990, laisser suivait la règle commune d’un participe passé suivi d’un infinitif : si le COD placé avant fait l’action de l’infinitif, il y a accord et, s’il ne la fait pas, il n’y a pas accord.

Elles s’est laissé prendre au piège : le COD (s’) ne fait pas l’action de prendre au piège, pas d’accord.

Elle s’est laissée tomber : le COD (s’) fait l’action de tomber, accord obligatoire avant 1990, pas nécessairement accord depuis 1990 (elle s’est laissé tomber est désormais recommandé)

Avec l’auxiliaire avoirElle les a laissés entrer : c’est le COD (les) qui fait l’action d’entrer : accord obligatoire avant 1990, pas nécessairement depuis 1990 (elle les a laissé entrer est désormais recommandé).

jbambaggi Grand maître Répondu le 6 juin 2018

Selon l’orthographe traditionnelle, le verbe laisser suit la même règle que les autres verbes :
Si le sujet accomplit l’action exprimée par l’infinitif, le participe passé s’accorde :
Elle s’est laissée mourir.
Si le sujet subit l’action exprimée par l’infinitif, le participe passé reste invariable :
Elle s’est vu jeter à la porte comme une malpropre !

La « réforme » de l’orthographe de 1990 préconise de garder le participe passé laissé invariable :
Elle s’est laissé mourir.

On a donc le choix.

jean bordes Grand maître Répondu le 6 juin 2018

Les documents que l’on trouvent sur Internet titrent : Les rectifications de l’orthographe 1990. Rectifier a le sens de corriger ; ce qui sous-entend de changer certaines règles orthographiques pour ne plus y revenir. Je demande alors pourquoi conserver l’usage de règles qui sont vouées à disparaître ? Le choix serait d’appliquer maintenant ces nouveaux changements d’accords…

Lauren Maître Répondu le 6 juin 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.