Le profil de joelle
Grand maître
52066
points

Questions
10

Réponses
7237

  • Grand maître Demandé 16 heures auparavant dans Accords

    On accorde. Légion est invariable dans l’expression citée mais pas « maître » s’accorde en nombre.

    L’expression passer maître dans l’art de ou dans un métier signifie « être compétent, expert ». Il s’agit d’une expression figée. On ne peut donc pas remplacer le mot maître par maîtresse. Le verbe passer s’accorde en genre et en nombre et maître en nombre seulement :

      • Elles sont passées maîtres dans l’art de négocier. 
      • Elle est passée maître dans son métier; sa réputation n’est plus à faire en matière de bijoux

     

    • 47 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 23 heures auparavant dans Général

    oui tout juste.
    le tiret avec le T euphonique et l’apostrophe après le pronom t’ = toi
    il t’a dit

    Cette réponse a été acceptée par Lucaslesongeur. 18 heures auparavant Vous avez gagné 15 points.

    • 38 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 23 heures auparavant dans Question de langue

    comme toute enfant gâtée, une enfant.
    tout est adjectif et s’accorde.
    toute personne

    • 40 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 23 heures auparavant dans Question de langue

    Le préfixe a /in … n’est pas toujours privatif !
    intelligent / inintelligent
    abasourdi…

    • 63 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 23 heures auparavant dans Accords

    Ses menaces, c’était du bluff ! / c’est du bluff.
    du bluff est au singulier

    • 64 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 23 heures auparavant dans Accords

    Ses menaces, c’était du bluff ! / c’est du bluff.
    du bluff est au singulier

    • 64 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Accords

    Dans votre cas, il n’y a pas de concurrents (si vous envisagez  qu’il aurait pu y en avoir plusieurs).
    OU
    Pas de concurrent (si vous sous-entendez : pas un seul concurrent)

    L’Académie précise cependant que, « dès lors que ce dont on parle peut suggérer l’idée de pluralité, c’est le pluriel qui est le plus fréquent ».


    Voir les règles à la suite.

    Pas de et sans peuvent donc être suivis aussi bien du singulier que du pluriel, selon que le nom auquel ils réfèrent suggère logiquement l’idée d’unicité ou de pluralité. Une fois de plus, c’est le sens qui commande.

    En général, le nom garde le nombre qu’il aurait dans la tournure positive correspondante → il suffit donc le plus souvent, pour se décider, de remplacer sans par avec et il n’y a pas de par il y a.

    Un couteau sans manche (un couteau ne peut en avoir qu’un) mais Un gilet sans manches (un gilet avec des manches → pluriel).

     Un homme sans parole mais Une histoire sans paroles.

    Un débat sans éclat (= terne, ennuyeux) mais Un débat sans éclats (= sans prises de bec).

    Une personne sans intérêt (= pas digne d’intérêt) mais Un crédit sans intérêt ou sans intérêts (= qui ne rapporte pas d’intérêt[s]).

    Être sans emploi (on ne peut généralement en avoir qu’un).

    ETC.

    Souvent, le sens (ainsi que le… sans) peut offrir le choix :

    Je n’ai pas de problème(s) (selon que l’on privilégie le fait qu’il puisse y en avoir un ou plusieurs). Mais c’est le singulier qui s’impose quand (il n’y a ) pas de problème s’entend au sens figuré de « c’est facile » ou « certainement ».

    On l’a traité sans ménagement(s).

    • 54 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 jours auparavant dans Accords

    On écrit « les limites qu’elle a eu à poser » car « limites » n’est pas le COD de « eu » : elle a eu quoi ? « à poser des limites ».
    (Elle n’a pas eu des limites).
    ————–
    Ajout : Le Robert laisse le choix, c’est bien commode ! 
    Lorsque l’infinitif est précédé d’une préposition, le participe s’accorde ou non :

    Les problèmes qu’il a eu ou eus à régler ont forgé son caractère.
    Le vent a emporté les chemises que j’avais mis ou mises à sécher.

    .

    • 53 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 3 jours auparavant dans Général

    déjà répondu, question en double.

    • 41 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 3 jours auparavant dans Général

    L’édition française a pris l’habitude d’écrire avec une initiale minuscule les noms de religions et de courants de pensée ainsi que leurs adeptes, mais avec une initiale majuscule ceux des peuples et des pays ainsi que leurs membres ou habitants. Selon les règles typographiques généralement suivies par l’Imprimerie nationale, l’université et la presse, on écrit donc islam avec un /i/ minuscule lorsqu’il s’agit de la religion islamique, mais on use de la graphie Islam avec un /I/ majuscule quand il s’agit des sociétés.

    • 63 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes