Le profil de Chambaron
Grand maître
8101
points

Questions
22

Réponses
1089

  • Grand maître Demandé 3 jours auparavant dans Question de langue

    Bonjour Zully,

    Au-delà de la question de formulation de la phrase, il n’est pas inutile de signaler que son contenu est devenu sujet à péremption.
    L’Académie a en effet pris acte de la modification de l’usage en matière de prononciation. On peut donc écrire et prononcer répartie et répartir  sans se faire rétorquer que c’est une erreur…
    On avait déjà  constaté le même phénomène avec refréner-réfréner  ou reviser-réviser  (voir la note de prononciation du CNRTL ici).
    Les rectifications de 1990 (règle F3) ont par ailleurs entériné diverses modifications d’accent pour une trentaine de mots.

    P.S. Vous trouverez une analyse linguistique plus technique dans cet article du CNRTL.

    • 76 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 7 jours auparavant dans Accords

    À toutes fins utile(s), rappelons que l’Académie a émis en 1990 une recommendation générale pour rationaliser l’accord des noms composés, interminable source d’hésitations :
    B1. Les noms composés, avec trait d’union, formés à l’origine soit d’une forme verbale et d’un nom, soit d’une préposition et d’un nom, perçus comme des mots simples, prennent la marque du pluriel au second élément, seulement et toujours lorsqu’ils sont au pluriel (ex. : un essuie-main, des essuie-mains, un cure-ongle, des cure-ongles, un garde-meuble, des garde-meubles – qu’il s’agisse de personnes ou de choses -, un après-midi, des après-midis).
    C’est simple et clair, notamment pour nombre d’exemples donnés dans les échanges ici même. 
    Pour ce qui est des verbes substantivés (comme lancer ), ils prennent la marque normale du pluriel. On se demande où sont les justifications pour d’éventuelles exceptions…

    • 53 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 9 décembre 2018 dans Général

    Il y a de nombreux auteurs reconnus, mais le plus partagé et diffusé selon mon expérience est celui de Maurice Grevisse (et ses successeurs). Il vient de faire l’objet d’une nouvelle édition, Le petit bon usage de la langue française, qui a l’avantage d’être beaucoup plus lisible que les versions précédentes. Il répond à toutes les questions courantes pour un prix modéré (29 €). Je viens personnellement de le placer en tête de mes références, ce qui n’empêche pas de trouver ponctuellement, ailleurs, des approches différentes pour des points délicats ou rares.

    • 75 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 9 décembre 2018 dans Général

    La langue juridique – comme celle de l’Église – semble imperméable à nombre d’évolutions et de critiques de la société dans laquelle elle s’inscrit  Sans doute est-ce la trace d’un ancien pouvoir social, parfois fondé sur l’obscurité pour le profane…
    À ce nul et non avenu, on peut ajouter Pour servir et valoir ce que de droit ou en même et semblable état, formules pompeuses qui fleurent bon les grimoires d’antan mais que de nombreux juristes sont les premiers à dénoncer.

    • 61 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 3 décembre 2018 dans Accords

    Comme le rappelle le CNRTL (TLFi) dans le point II, il existe bien en imprimerie une gamme de polices qui s’appelle les « scriptes ». Le mot s’écrit plutôt avec minuscule car il s’agit d’une famille, la majuscule s’appliquant alors au nom propre à chaque police. Mais c’est sans gravité…

    Comme il vaut mieux lire le Bon Dieu que ses saints, je vous invite à prendre le temps de parcourir l’article classification typographique  dans Orthotypographie de J.-P. Lacroux.
    Je ne peux donc que vous conseiller d’écrire, par exemple : un passage composé entièrement en scriptes. Il est alors redondant de mentionner qu’il s’agit de « lettres ».

    L’époque numérique et les besoins publicitaires ont donné naissance à quantité de polices de ce type, dont vous pouvez avoir une idée sur ce site.

    • 68 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 29 novembre 2018 dans Général

    Sans avoir consulté en détail la liste intégrale des États, des villes, des Provinces et d’autres entités administratives ou géographiques, je pense qu’il est difficile de trouver une règle quelconque dans leur genre. C’est un pur critère d‘usage résultant de nombreux éléments : histoire, euphonie, habitude. Souvent, c’est le mot rattaché à la désignation officielle complète : une république, un royaume, les iles, etc, 
    Il existe d’ailleurs des flottements dans l’usage constaté pour quelques États  comme Bélize, Mozambique, Bélarus…
    En cas de doute, le mieux est de se reporter aux habitudes de journaux de référence comme Le Monde.

    • 62 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 27 novembre 2018 dans Général

    Sauf exception – que je ne vois pas –, italique et guillemets se parasitent joliment ! Chaque signe a sa vocation et les empiler est cause de tracas.
    Dans votre exemple, on ne saisit pas l’intérêt des guillemets : dans ces couples de mots, français avec sa traduction, le mieux est de recourir au cas courant : mot français (en romain)  (trait d’union, la barre oblique n’a rien à faire là) mot étranger (italique des mots non francisés). Selon votre texte, vous pouvez aussi adopter les parenthèses (qui sont indépendantes de leur contenu). Vous pouvez donc écrire :
    — le couple fleur-flower ;
    — le mot fleur (flower ).

    • 110 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 25 novembre 2018 dans Question de langue

    Bonjour Zully,

    Les « éléments formants » relatifs à une région ou un pays n’existent pas toujours, ou sont parfois rares. Pour la Bretagne (Armorique), c’est l’élément « britto- » qu’il vaut mieux employer, cette racine latine étant la seule que l’on rencontre, surtout dans le domaine linguistique (brittophone, langue britto-romane).
    Il n’y a pas a priori  de confusion avec les iles britanniques pour lesquelles on emploie anglo- ou d’autres éléments plus précis.

    Cette réponse a été acceptée par Zully. le 25 novembre 2018 Vous avez gagné 15 points.

    • 60 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 15 novembre 2018 dans Général

    Votre remarque est fondée, mais la réponse n’est pas simple.
    L’Académie semble en effet bien rester la seule à vouloir imposer être comme auxiliaire unique alors que dans le même temps elle prétend refléter l’usage (celui des praticiens éclairés de la langue s’entend). Or, des grammairiens majeurs comme Hanse  ou Grevisse et la plupart des auteurs ne soutiennent plus cela. Vous trouverez ICI un comparatif éclairé.
    Je ne connais plus la position adoptée par le Projet Voltaire, mais le moins qu’on puisse en dire est que l’emploi d’avoir comme auxiliaire n’est plus considéré comme fautif.
    À vous de choisir.

    • 73 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 14 novembre 2018 dans Question de langue

    Le célèbre Grevisse  fait paraitre une nouvelle édition avec des nouveautés et une présentation allégée. Voir ICI.
    Je vous joins l’extrait correspondant, confirmant l’analyse déjà présentée dans ma réponse.

    • 101 vues
    • 6 réponses
    • 2 votes