Le profil de Chambaron
Grand maître
10485
points

Questions
25

Réponses
1333

  • Grand maître Demandé le 16 septembre 2021 dans Général

    Les rectifications orthographiques de l’Académie de 1990 ont introduit des variantes comme il en existait déjà des centaines en français.
    Vous pouvez donc panacher à votre convenance, en donnant la priorité selon les principes que vous préférez : logique étymologique, gout des archaïsmes, rapprochement graphie-prononciation, suppression des inutilités, etc.
    Comme correcteur professionnel, je ne m’en prive pas. J’applique 90 % des rectifications mais je « négocie » certains points avec les éditeurs ou les auteurs…

    • 139 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 14 septembre 2021 dans Accords

    La virgule a un rôle syntaxique régulièrement méconnu. Sa présence « casse » le lien naturel unissant un adjectif (ou un  participe) avec le nom le précédant immédiatement.
    En conséquence, on écrira :
    Soit la liste des différentes demandes proposées au client (accord avec le complément)
    Soit la liste des différentes demandes, proposée au client (accord avec le nom « de base »)
    Cette virgule correspond, à l’oral, à une pause à peine perceptible.

    • 98 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 13 septembre 2021 dans Général

    Même s’il est clair que le genre d’un sigle doit plutôt s’appuyer sur celui du nom principal, les exemples ne manquent pas d’inversions dues à la perte du mot d’origine et à son remplacement par un autre sens. L’exemple le plus connu est H.L.M. devenu souvent masculin car la perception de bâtiment est plus forte que celle d’habitation.
    Dans Covid, le sens erroné de virus a pris le pas sur celui de maladie et imposé le masculin. Cela traduit surtout la méconnaissance du phénomène puisque Covid-19 est bien une maladie (ou une affection pathologique) dont seule la cause en est un coronavirus (notons aussi que l’Académie dit encore une fois une ânerie car on ne peut se revendiquer du genre d’un mot dans une langue étrangère).
    Dans le cas précis de DAO, je m’avancerais à dire que le genre a été imposé par l’antériorité bien établie  de PAO (Publication assistée) qui a déteint sur DAO sans plus d’examen…
    Au  total, il n’y  a pas lieu d’en faire une affaire d’État et il faut employer le genre consacré par l’usage…

    • 91 vues
    • 4 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 28 août 2021 dans Accords

    Contre-question « poil à gratter » : dites-vous des fruits en bocaux ou des fruits en bocal  ?
    Si vous avez la réponse, vous avez celle à votre question.
    Sinon, écrivez au hasard, le résultat est le même. Que change le singulier ou pluriel à la clarté du texte ? En fait rien, et on comprend exactement la même chose.
    ,

    • 154 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 26 août 2021 dans Général

    Depuis très longtemps, et encore aujourd’hui, c’est le boulot d’un trésorier de régler les soldes de la troupe. On peut aussi trouver celui de payeur (aux armées).
    Ces mots sont anciens, mais si vous voulez affiner sur une époque et un endroit précis, il faudra faire  des recherches historiques pointues.

    Cette réponse a été acceptée par Vartol. le 26 août 2021 Vous avez gagné 15 points.

    • 138 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 18 août 2021 dans Accords

    Je fais juste ici une remarque sur l’abus massif en français moderne des « noms en apposition » en substitution aux constructions avec une proposition. Non seulement cela crée d’interminables débats sur les accords, mais cela finit par faire aussi oublier le sens et la précision recherchée. Si certains sont fondés, beaucoup sont des simplifications inspirées par l’anglais qui se passe souvent de prépositions.
    Dans toutes ces affaires de couleur(s), remettre la préposition remet souvent de la clarté : des yeux d’un brun noisette est plus explicite que des yeux brun noisette.

    • 168 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 14 août 2021 dans Général

    L’emploi de l’italique est un outil typographique et non orthographique : n’attendez donc jamais des dictionnaires (et de celui de l’Académie en particulier) qu’il vous donnent un début de solution. Ces ouvrages listent les caractères pour écrire un mot, pas les signes qui les matérialisent sur un support.
    L’usage de l’italique est donc contextuel : vous l’utilisez si vous attirez l’attention du lecteur sur ce qui n’est pas commun dans le contexte d’un écrit : emprunts étrangers, mais aussi néologismes, créations diverses, etc.
    Le même mot  show-business peut donc se retrouver en romain dans un texte sur le sujet mais en italique dans un texte où il détonne, éventuellement assorti de sa définition entre parenthèses s’il n’est pas clair.
    Il faut savoir que les dictionnaires ont renoncé à franciser les mots étrangers, notamment pour la prononciation : si l’on ne connait pas l’anglais e-mail, comment le prononce-t-on ? Auparavant, on francisait complètement : l’anglais riding-coat est devenu redingote et le latin referendum (prononcé -doum, pluriel referenda) est devenu référendum (pluriel référendums).
    Pour  la capitale chinoise, vous écrirez Pékin mais Beijing, stupide transcription anglaise de la graphie pinyin ( 拼音) dans la quelle le son se graphie B.
    Si vous écoutez les médias (mot francisé) vous remarquerez la confusion grotesque des journalistes pour qualifier les lands (nom francisé et accordé) allemands (unité administrative Land qui donne Länder au pluriel, mot que les journalistes ne savent pas prononcer).
    Bref, c’est à vous (au rédacteur) de décider de l’emploi, sans attendre de secours extérieur mais en conservant la cohérence de vos choix…

    • 131 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 14 août 2021 dans Général

    Pfff… La mauvaise habitude généralisée d’employer les noms en apposition contribue grandement à l’anarchie de la langue.
    Il existe des prépositions pour clarifier son expression, autant s’en servir ! Il y a encore quelques années, il n’y avait que des cartes d’étudiant et tout allait bien. Voilà que maintenant les cartes étudiantes se mettraient à  étudier seules, de la même manière que le café pour gourmands est devenu lui–même gourmand…
    Franchement, une journée étudiante est-elle studieuse, organisée pour les étudiants et étudiantes, animée par le bureau des élèves, réservée aux étudiantes (garçons s’abstenir) ?
    Pour poursuivre des études, il faudra un peu plus de rigueur…

    • 145 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 13 août 2021 dans Général

    Sans préjudice des autres réponses sur la virgule avant le pronom relatif, vous noterez qu’il faut en mettre une (souvent oubliée) après un point d’exclamation ou d’interrogation marquant la fin du style direct dans une réplique de dialogue  :
    – Non, je ne pense pas ?, répondit-il gentiment.
    – Venez immédiatement !, lui ordonna-t-il.

     

    • 106 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 12 août 2021 dans Question de langue

    Les gentilés sont « assimilés » à  des noms propres car ils sont « propres » (spécifiques) à ceux qui habitent (ou ressortissent de) un lieu précis bénéficiant lui-même d’un nom propre.

    • 113 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes