Le profil de Chambaron
Grand maître
9210
points

Questions
25

Réponses
1233

  • Grand maître Demandé le 11 octobre 2019 dans Général

    Il y a deux mots, dont le sens a sensiblement  évolué, qui signifient étymologiquement « bonne nouvelle » :
    Évangile , du grec (voir ICI)
    Gospel, lui-même version anglaise, good spell, de évangile. (voir )
    Ce n’est pas facile à  caser, je le reconnais, mais j’ai au moins une fois croisé cela. Si vous êtes le rédacteur, tout dépend du niveau et du positionnement de votre texte, mais l’originalité en est garantie…

    Cette réponse a été acceptée par rianeseoul. le 11 octobre 2019 Vous avez gagné 15 points.

    • 81 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 7 octobre 2019 dans Général

    Attention : il ne faut pas se tromper de préposition.
    On croit en quelqu’un  (on a confiance en lui) mais on croit à quelque chose (à son existence).
    Pour Dieu, on a le choix, mais cela modifie le sens…

    P. S. Certains cas de « personnification » d’idées peuvent amener à une construction avec en : croire en la providence, en sa bonne étoile.  Cela ne change pas le sens initial.

    • 65 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 5 octobre 2019 dans Question de langue

    Oui, bien sûr que c’est possible des des deux façons, mais selon le contexte et le sens  :
    Cette sonate est superbe : je l’ai entendue jouée  sur un piano Steinway.
    Comme :
    Cette sonate est superbe : je l’ai entendue transcrite pour deux pianos .

    La nuance étant rarement perceptible à l’oreille (cela ne s’entend pas pour les verbes du premier groupe), il faut bien réfléchir. Il peut y avoir des cas où les deux solutions de votre question sont acceptables, mais il ne faut pas panacher au hasard.

    • 94 vues
    • 8 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 28 septembre 2019 dans Général

    Si vous lisez bien, ce poème est indiqué comme ayant été rédigé par Henri IV . Le problème est qu’il est absolument introuvable, même en travaillant avec des outils de recherche numériques puissants (moteurs divers, Gallica, GoogleBooks). Par ailleurs, les notes en fin de texte laissent planer un doute sur l’authenticité de l’auteur (cf. l’allusion à la Prusse…).
    À mon sens, il s’agit d’un canular, habile et bien troussé. Il mérite de l’attention mais faute de référencement, il n’est nul besoin d’en référer à quiconque. À défaut de réponse circonstanciée de Numéric, il tombe dans l’escarcelle bien fournie des auteurs anonymes…

    • 112 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 24 septembre 2019 dans Question de langue

    Cette liste est intéressante : Wikipédia a bien pris soin de répertorier les noms de marque protégés par leurs propriétaires (majuscule et pas de marque du pluriel) et de proposer des noms communs de substitution.
    Elle ne distingue cependant pas ceux dont les droits sont totalement expirés ou abandonnés (klaxon ou yoyo par exemple) et pour les lesquels on peut vraiment parler d’antonomase : minuscule et marque du pluriel.
    Entre les deux, il y a une zone grise et l’on ne peut se  référer qu’au contexte d’utilisation :
    — nature du document : un roman n’est pas à mettre sur le même plan qu’un article de magazine ;
    — risques potentiels liés à l’aspect concurrentiel : dire « un Larousse » pour « un dictionnaire » peut faire grincer des dents certains éditeurs ;
    — risques d’imprécision : l’utilisation fréquente de Ricard  pour pastis est porteuse d’ambigüités.

    Dans le cas précis de Lego, il s’agit d’une marque très active, située dans un secteur concurrentiel. Même si elle n’a pas fait connaitre sa volonté à Wikipédia, il vaut mieux s’abstenir de l’employer sans discrimination et de la réserver aux cas où l’on évoque la brique typique et non un produit ressemblant. L’usage d’un simple nom commun (qui serait alors plutôt légo(s) à la française) est à bannir selon moi.

    Cette réponse a été acceptée par Piclou. le 25 septembre 2019 Vous avez gagné 15 points.

    • 105 vues
    • 1 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 22 septembre 2019 dans Question de langue

    Prosaïquement, un bassin.
    Littérairement ou poétiquement, une vasque

    • 87 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
    • 102 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 17 septembre 2019 dans Général

    Oui, comme les titres d’oeuvres, en respectant strictement le nom : « Je l’ai appris dans la rubrique typographie de Var-Matin. » 
    Dans un passage en italique, ce nom est alors bien entendu composé en romain…

    • 95 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 17 septembre 2019 dans Question de langue

    L’histoire de Caius Mucius faisait jadis partie des références que tout élève connaissait en apprenant son histoire romaine. C’est elle qui a donné naissance à l’expression mettre sa main au feu  pour affirmer sa certitude et son courage.
    Au Moyen Âge, la justice imposait parfois l’épreuve du feu pour décider de la véracité des dires d’un inculpé. Le sens a donc aussi un peu évolué.

    Cela étant, par télescopage avec mettre sa tête à couper  (merci la Révolution), elle a donné naissance à cet hybride qui s’est répandu comme une trainée de sang dans la langue courante. Même Zola a péché…

    C’est le destin de nombre d’expressions que de se déformer et j’en connais bien d’autres.  À vous de choisir votre référence…

    • 107 vues
    • 4 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 17 septembre 2019 dans Général

    L’agitation récente autour de la féminisation des noms de fonctions et de métiers (et l’immobilisme de l’Académie pendant des décennies)  ont fait perdre de vue des fondamentaux linguistiques.

    Vous trouverez dans ce document de référence (Femme, j’écris ton nom…) la totalité des centaines de formes recommandées par un collectif de linguistes du C.N.R.S. piloté par Bernard Cerquiglini et validé en 1999 par l’État français. Selon moi, il n’est pas souhaitable de s’en écarter à ce jour, même si l’usage tranche en fin de compte.

    Concernant sculpteur, il est traité dans la famille des noms en -teur  au chapitre 3.3.a. à la remarque 3 (récapitualtif page 114).  La forme sculptrice  est recommandée, même si sculpteuse  était plus cohérent avec la famille de base. Il s’agit  à l’évidence d’une concession  à l’usage, cette forme s’étant imposée sans discussion possible (voir le Ngram).

    • 105 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes