RE: ne fût-ce/ne serait-ce

Bonjour, dans l’une des questions du programme « excellence » du Projet Voltaire, une phrase est ainsi corrigée :  « Je dois lui parler, ne fût‑ce qu’une minute. » Comment expliquer ici le subjonctif, et pourquoi le préférer au conditionnel (« Je dois lui parler, ne serait-ce qu’une minute. ») ?

mishmatt Membre actif Demandé le 13 février 2020 dans Général
6 Réponses

Bonjour Tara,

Vous écrivez que « ne fût-ce » signifie « ne serait-ce » ; est-ce que cela ne contredit pas le fait que le plus-que-parfait du subjonctif est censé pouvoir remplacer le conditionnel passé (et non présent) ?

Est-ce une tournure spécifique qui fait de la seule expression « ne fût-ce » une exception à cet usage ? Existe-t-il des références en ce sens ? Je n’ai rien trouvé dans mes usuels.
Merci encore

mishmatt Membre actif Répondu le 16 janvier 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.