Utilisation de l’adjectif « clinique »…

Bonjour,

Dans le domaine de la santé, on utilise souvent les expressions suivantes : «Dans le cadre d’une discussion clinique» , ou encore «Dresser un portrait clinique», etc.  Or, ces expressions sont souvent utilisées dans le contexte où le patient n’est même plus alité, qu’il est même rencontré en dehors de l’hôpital.

L’adjectif «clinique» dérive pourtant du latin clinicus qui signifie « alité, relatif au lit du malade », et  du grec κλίνη qui signifie « lit» ou même κλίνω qui se traduit par «incliner» (que nous pourrions comprendre comme : « se pencher vers le malade »).

Est-il juste de penser que l’adjectif «clinique» est alors mal utilisé dans les deux contextes précités? Si c’est le cas, par quoi pourrait-il être remplacé?

Stephan Débutant Demandé le 16 octobre 2020 dans Général
1 réponse(s)
 

Stephan, votre observation est intéressante, et le Grand Robert tend à vous donner raison. il donne bien un sens de « clinique » détaché des notions de « malade hospitalisé » et même « alité », mais il s’agit  d’n nom commun (pas d’un adj.) et, plus précisément, d’une « méthode ».

NfDidact. Méthode qui consiste à faire un diagnostic par l’observation directe. La clinique est souvent opposée aux méthodes du laboratoire

© 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

Le TLFi va dans le même sens :

« CLINIQUE1, adj. et subst. fém.
I. Adjectif
A. Qui s’opère au chevet du maladeFormation clinique. P. ext. qui repose sur l’observation directe du malade alité. Analyse, observation, description, traité, médecine clinique. P. méton. signe, symptôme clinique. Mon éducation clinique veut que l’application soit, à mes yeux, l’épreuve définitive des théories (P. BOURGETLe Sens de la mort, 1915, p. 323) :

Toutefois, l’Académie française, si elle retient, pour l’adj. « clinique » le sens de « qui a lieu au chevet du malade », a enregistré aussi, pour ce même adjectif  « qui concerne l’observation directe du patient » (pour lequel  il n’est nullement  précisé « alité » ou « hospitalisé ») : 

Dict. de l’AC. fr.
« CLINIQUE
 adj. et n. f.
 xviie siècle. Emprunté du latin clinicus, du grec klinikos, « propre au médecin qui exerce son art près du lit de ses malades », lui-même de klinê, « lit ».méd. 1. Adj. Qui a lieu au chevet du malade ; qui concerne l’observation directe du patient. Examen clinique, par opposition aux examens de laboratoire ou aux autres examens complémentaires. Les signes cliniques. »

Compte tenu de la position de l’Académie,  je ne dirais pas que l’adjectif « clinique » est mal utilisé dans le second sens que lui confère cette dernière.

Prince Grand maître Répondu le 16 octobre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.