Syntaxe avec dont

Répondu

Bonjour,

Au préalable, deux liens :
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2904
https://www.question-orthographe.fr/question/syntaxe-avec-dont/

Ce qui questionne dans le premier, c’est bien le dernier cas de redondance :
« Enfin, dans la subordonnée relative, il faut éviter d’employer dont avec un complément introduit avec la préposition de ou avec le pronom en, qui « cache » toujours un de (cette promotion, il en est heureux = il est heureux de cette promotion). Il faut aussi éviter d’employer dont avec un complément introduit par la préposition sur. »

Dans la phrase suivante, j’ai un doute concernant cette règle :
« Je me reposais auprès de l’arbre dont nous avions coupé des branches. »

La phrase est-elle correcte telle quelle ?

Vous remerciant par avance.

AG Maître Demandé le 8 avril 2022 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Je me reposais auprès de l’arbre dont nous avions coupé des branches.
Oui, c’est juste.

joelle Grand maître Répondu le 8 avril 2022

Merci de votre aide, joelle !

AG Maître Répondu le 8 avril 2022

Vous voulez savoir s’il est vrai que « une règle interdit à dont d’être le complément d’un nom précédé d’une préposition » ? Personnellement je ne connais pas cette règle, j’en entends parfois parler, j’ignore qui l’a écrite, et qui doit la respecter.
Que ce soit une règle de style, c’est possible, je n’ai pas encore lu les livres sur le style.
Que ce soit une règle de syntaxe, non, c’est faux.

Votre premier lien : Comment voulez-vous qu’on commente leur « il faut éviter de… » ? Que veut dire « il faut éviter de… » ? C’est simplement un très mauvais article.
– L’exemple 1 est syntaxiquement valide, mais ils trouvent apparemment cette construction inélégante… ce n’est pas clair
– Je passe sur l’exemple 2 parce que la version corrigée n’est pas meilleure que la version dénoncée
– Les exemples 3 et 4 sont tout simplement syntaxiquement fautifs, par redondance du « de » compris à la fois dans « dont » et dans « en »
– L’exemple 5 est très mal construit, mais le mot « sur » n’est évidemment pas incompatible avec la proximité du mot « de » ou « dont ».
Bref tout ce paragraphe est du grand n’importe quoi.

Votre deuxième lien : « mon interlocuteur dont je doute de la bienveillance ». Cela est a priori syntaxiquement correct. Si vous trouvez simplement que c’est inélégant, à vous de voir. De mon côté je n’hésiterais pas à publier ce type de phrase faisant pendant à « mon interlocuteur dont je connais la bienveillance ».

Voyons maintenant votre phrase.

a) Imaginons, même si c’est improbable, que nous ayons précédemment parlé des branches de cet arbre. Alors la phrase :
— Je me reposais auprès de l’arbre dont nous avions parlé des branches.
selon la règle que vous évoquez, ne serait pas correcte et devrait être réécrite ainsi :
— Je me reposais auprès de l’arbre des branches duquel nous avions parlé.
Soit. Je ne suis pas vraiment d’accord, mais admettons que cette règle existe.
Le « des branches » est mis pour « de les branches » (le verbe « parler » est transitif indirect), et il y a bien une préposition dans la phrase.

b) Mais dans votre phrase le « des » de « des branches » ne contient pas la préposition « de » (« des » n’est pas mis pour « de les »), mais est simplement un déterminant, pluriel de « une« .
— Je me reposais auprès de l’arbre dont nous avions coupé une branche.
— Je me reposais auprès de l’arbre dont nous avions coupé des branches.
La règle énoncée à la première ligne de ma réponse, si tant est qu’elle existe, ne s’applique pas ici.

Pie Érudit Répondu le 9 avril 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.