Si+futur

Bonjour je sais que les si n’aiment pas les-rai

Mais y a t-il des exceptions ?

Notamment dans cette phrase car j’aimerais l’envoyer à mon employeur
( mon école aimerait savoir si je serai gardé ou non dans votre entreprise)
Ou si ma période d’essai sera validée
Merci

Malo21 Amateur éclairé Demandé le 22 avril 2020 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

9 réponse(s)
 

Non, il n’y a aucun problème sur « validée ».

Votre phrase est bonne.
Votre scrupule « si + rai » n’a aucune importance ici. Votre « si » est simplement une interrogation indirecte.
Ils veulent vérifier si je serai gardé.
Ils veulent vérifier que je serai gardé.

Parfois, « si » introduit une condition, mais pas ici.
La question « si » conditionnel + verbe en « rai » se pose parfois, mais vous la connaissez : on ne ne dit pas « si j’irai ».
La question « si » conditionnel + verbe en « rais » se pose parfois, mais vous la connaissez : on ne ne dit pas « si j’irais ».
C’est tout. Et par ailleurs vous trouverez de nombreux cas où une construction particulière de la phrase permettra ce qui semble interdit, avec de bonnes raisons.
Nous ne sommes pas dans ces cas.

Sur la conjugaison « aimerait », vous avez choisi une formule avec un conditionnel de politesse, c’est très bien mais ça ne change rien à l’accord.
+ mon école veut savoir si je serai…
+ mon école aimerait savoir si je serai…
C’est exactement pareil.
Toutes les constructions sont possibles :
Elle aimerait savoir si j’étais présent.
Elle aimerait savoir si j’ai été présent.
Elle aimerait savoir si je suis présent.
Elle aimerait savoir si je serai présent.
Elle aimerait savoir si je pourrais être présent…
Il n’y a aucun rapport entre les deux verbes. Ils sont indépendants l’un de l’autre.
Conjuguez seulement selon le sens que vous voulez donner à votre phrase.
Si vous êtes sûr de vous à l’oral, votre phrase sera bonne à l’écrit.

Pour votre dernière question, la concordance générale est celle-ci :
+ Cette semaine, mon école veut savoir si ma période d’essai sera validée la semaine prochaine.
+ La semaine dernière mon école a voulu savoir si ma période d’essai serait validée la semaine suivante.
Peut-on mélanger les deux ? Oui.
+ La semaine dernière mon école a voulu savoir si ma période d’essai sera validée la semaine prochaine.
Dans ce dernier cas, ce n’est pas de la littérature, c’est juste qu’on vous l’a demandé la semaine dernière (au passé), et qu’on veut savoir si ça va réellement se passer (dans le futur). Ne cherchez aucune concordance si vous écrivez au présent.
Franchement, quand vous ne savez pas, ce que vous pensez juste est valide. Ce qu’il ne faut pas, c’est ajouter un conditionnel sans raison, ou retirer un futur sans raison.
Vous écrivez au présent. N’hésitez pas à mettre un passé pour le passé et un futur pour le futur.

C’est seulement en littérature (un passé dans le futur, un futur vu du passé…) qu’il faut faire appel aux grammairiens, mais pas dans votre courrier au présent. Tout ce qui sonne juste a du sens et est donc bien écrit.

faucon Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2020

Peut-on également dire
Mon école a voulu savoir si ma période d’essai serait validée
Si cela est du passé

Malo21 Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2020

« mon école aimerait savoir si je serai gardé ou non dans votre entreprise
Ou si ma période d’essai sera validé; »

C’est correct. Notamment, le conditionnel de politesse (« aimerait ») ne fait pas obstacle à cet emploi du futur. Vous pouvez aussi remplacer correctement la première personne du singulier par une autre personne : mon école aimerait savoir si elle sera gardée ou non dans votre entreprise.

Accordez »validée »avec « période », qui est féminin singulier==>validée.

Prince Grand maître Répondu le 22 avril 2020

Plus généralement, voyez cet article de la BDL.

Souvenez-vous aussi qu’il est faux de dire que les scies n’aiment jamais  les raies (cf. cet article) ; il existe des exceptions.

Prince Grand maître Répondu le 22 avril 2020

Bonjour  » prince » merci de votre réponse.
Il me semble avoir bien accordé’ ‘validée’ ‘?

Par contre j’ ai une autre question Devons-nous dire

La semaine dernière mon école a voulu savoir si ma période d’essai serait ou sera validée la semaine prochaine

Malo21 Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2020

Malo,  « validé » n’est pas valide ici !  🙂

le 23 avril 2020.

Ah d’accord ! Donc à l’oral nous pouvons très bien utiliser du futur comme du conditionnel (futur dans le passé), l’accord de temps n’est pas obligatoire. Cela me fait bizarre car j’ai toujours accordé 😁 mais c’est bien d’en apprendre chaque jour

Malo21 Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2020

Oui mais non.
Le futur n’est pas un futur dans le passé mais un futur dans le présent.
Le passé n’est pas un passé dans le futur mais un passé dans le présent.
Pour le passé, vous écrivez au passé, pour le futur vous écrivez au futur.
À l’oral ou à l’écrit, aucune importance.
Aussi bien à l’oral qu’à l’écrit, on utilise le futur pour parler du futur.
Le « conditionnel présent ayant valeur de futur dans le passé », vous l’utiliserez quand toute cette histoire sera terminée.
Quand on écrit au présent, comme dans votre courrier, il n’y a pas forcément de temps à concorder. Un indice est que ce mot « concorder » n’existe pas. Il y a le passé (on m’a demandé hier) et le futur (si je serai demain). Il n’y a rien du tout à concorder. Il y a du passé et du futur. Ces verbes sont indépendants.
Il n’y a là aucune tolérance accordée à l’oral. Vous écrivez une lettre au présent. Ce qui s’est passé, vous l’écrivez au passé. Ce qui viendra, vous l’écrivez au futur.
Quand dans cinquante ans vous raconterez cette histoire à vos petits-enfants, vous utiliserez la notion de futur dans le passé (conditionnel présent). Mais nous n’y sommes pas encore.
Plus on évite les concordances formelles et inutiles, plus on se rapproche du sens qu’on souhaite.
Le prof m’a dit hier qu’on aura cours demain.
Aucune concordance à faire aujourd’hui.
Il me l’a dit hier. On aura cours demain. On s’en fiche de la concordance, même s’il me l’a dit hier, et même si on aura cours demain. À quoi ça sert la concordance ? À raconter des vieilles histoires.

Dès que vous vous pouvez vous affranchir de la concordance, affranchissez-vous de la concordance.
Il y a ici deux réalité différentes et pratiquement indépendantes.
L’école veut savoir. L’école a voulu savoir. L’école aimerait savoir…
Est-ce que je serai gardé, est-ce que je pourrais être gardé…
Vu du présent, n’appliquez aucune concordance.
Focalisez-vous sur le sens. Oubliez les cours de français du collège.

Je m’interroge aujourd’hui. Le prof a demandé hier. Mon entreprise me gardera-t-elle demain ?
Ce sont trois temps sont différents, présent, passé, futur. Vous n’avez aucune raison d’en modifier un pour l’adapter aux autres.

faucon Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2020

« Oubliez les cours de français du collège. » Etc.
Vous êtes en train d’inventer la « nouvelle nouvelle grammaire » depuis quelque
temps ! 🙂

le 23 avril 2020.

@Prince. Je n’ai pas les points pour répondre en commentaire.
Non. Quand, l’histoire une fois terminée, il s’agira d’évoquer la notion de futur dans le passé (conditionnel présent), on appliquera les règles enseignées mécaniquement sur la concordance des temps.
Nous ne sommes ici pas du tout dans ce cas. L’histoire est écrite au présent. On utilise le passé pour parler du passé, et le futur pour parler du futur. Et c’est une logique très loin d’être absurde.
Vous avez vous-même défendu ce futur suivant un passé dans votre première réponse. Avez-vous changé d’avis ?
Il n’y a ici aucune concordance des temps à appliquer. Le courrier est écrit au présent, parle de réalités passées et de réalités futures.
Il faut appliquer ici les règles de CE1 (passé pour le passé et futur pour le futur), et non la concordance des temps enseignée au collège, celle qui doit s’appliquer dans le cadre d’un récit au passé ; nous ne sommes pas dans ce cas de concordance mécanique et sans signification.

faucon Amateur éclairé Répondu le 23 avril 2020

Faucon :  vous avez  raison sur le fond mais par exemple, ceci  peut  prêter à confusion.
Dès que vous pouvez vous affranchir de la concordance, affranchissez-vous de la concordance.

Le « dès que vous pouvez » est gênant car il sous-entend que cette concordance dépend d’un choix personnel alors que c’est le sens qui en est la cause.

Je vais dans votre sens : il ne faut pas appliquer des règles sans les comprendre, ni retenir des formules simplificatrices comme « les si n’aiment pas les -rai », qui se révèlent fausses à la première occasion.  C’est bien le sens qui doit nous guider.
C’est la même chose pour la fameuse concordance des temps. On peut très bien avoir un passé dans la principale et un futur (du présent) dans la subordonnée, si les faits sont situés, pour le premier dans le passé de l’énonciateur, et le second dans le futur de l’énonciateur.
Mais attention, les deux faits peuvent se situer dans le passé de l’énonciateur et alors le verbe de la subordonnée se mettra au futur du passé (il concordera -le verbe est vieilli mais il existe encore- avec le temps de la principale).

le 23 avril 2020.

Bonjour,
Il ne me semble pas incorrect de dire
« J’ai vu qu’il partirait le mois prochain au ski. »
Et pourtant, l’action n’est pas totalement finie.
Car c’est l’action de voir quelque chose à cet instant T qui permet de mettre du futur dans le passé. Ce qui je pense correspond avec ce que tu as dit Tara ( le verbe est vieilli)

Malo21 Amateur éclairé Répondu le 23 avril 2020

Eh oui. C’est ce que j’ai dit.

le 26 avril 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.