« Que l’on » ou « que l’on ne » (« ne » explétif)

Bonjour,

L’intitulé de ce sujet n’est que peu précis, mais mon interrogation me semble complexe à synthétiser. Par ailleurs, les exemples précis contre lesquels j’ai buté m’échappent… J’espère néanmoins que cela ne vous empêchera pas de m’exposer la règle (ou la logique) que je cherche, si toutefois elle existe.

« On pédale plus vite que l’on court » ou « On pédale plus vite que l’on ne court ? »
« Il comprend mieux le français qu’il le parle » ou « Il comprend mieux français qu’il ne le parle ? »
J’ai le sentiment que ma question est peu claire, mais j’espère qu’elle le sera suffisamment pour vous puissiez m’éclairer.

Merci d’avance.

PonyDundee Membre actif Demandé le 7 avril 2019 dans Question de langue

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

3 réponse(s)
 

Bonsoir,

Voici ce que l’on trouve sur le « ne explétif », en espérant que ça réponde à vos interrogations:

4. Dans la comparaison

Le ne explétif s’uti­li­se devant le verbe d’une proposition com­plé­ment d’un comparatif. On peut éga­le­ment l’uti­li­ser en combinaison avec Le P3 à antécédent non GN le :

C’était moins facile que je ne le pensais.
Il y a eu plus d’inscrits qu’il n’était possible d’en accepter.
Le finnois est bien moins difficile qu’on (ne) le prétend.
Ça mieux marché que je le pensais.
La Finlande a eu moins de médailles qu’on ne l’attendait.

Ne explétif s’uti­li­se éga­le­ment dans une proposition com­plé­ment de plutôt :

Ces dames hurlaient plutôt qu’elles ne criaient.
Les langues naturelles se créent plutôt qu’elles ne sont créées à partir d’une langue mère.
Dans ce type d’exercice, les apprenants reconstruisent l’information plutôt qu’ils ne la transmettent l’un à l’autre.

5. Absence de ne explétif dans la comparaison

Dans la langue parlée, on n’uti­li­se pas le ne explétif. On peut donc uti­li­ser les formes suivantes :

LP C’était moins facile que je le pensais.
LE C’était moins facile que je ne pensais.
LP C’était moins facile que je pensais.
LE C’était moins facile que je ne le pensais.
LP Ça a mieux marché que je pensais.
LE Cela a mieux réussi que je ne (le) pensais.

Dans une proposition com­plé­ment d’un comparatif d’égalité (aussi … que), on n’uti­li­se pas ne explé­tif. Mais on peut uti­li­ser Le P3 à antécédent non GN le :

Ce n’était pas aussi dur que je l’avais imaginé.
Ce n’est pas aussi compliqué qu’on pourrait le croire.

Un lien vers le bescherelle:

LaurenceA Grand maître Répondu le 7 avril 2019
LaurenceA Grand maître Répondu le 7 avril 2019

Je viens de voir que le sujet avait déjà été évoqué sur le site:https://www.question-orthographe.fr/question/ne-expletif/

le 7 avril 2019.

Cette forme d’emploi s’appelle le ne « explétif ».
IL s’emploie dans les phrases marquant la crainte, l’inégalité ou l’évitement:

Je crains qu’il ne pleuve demain.
Ce livre est moins drôle que je ne le pensais.
Bien vous couvrir évitera que vous ne preniez froid.

Il est facultatif et se rencontre surtout à l’écrit dans un langage soutenu.

Les phrases sont donc correctes mais elles sont plus élégantes avec le « ne » explétif.

Sylvamat Grand maître Répondu le 7 avril 2019
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.