plus on ou plus l’on

Répondu

Bonjour,

Pour cette phrase, quelle est la bonne formulation ?  :

Plus l’on approche de…
ou
Plus on approche de

Merci d’avance !

Ariane db Érudit Demandé le 31 août 2021 dans Question de langue

L’emploi de « l’on « .
Jacqueline de Romilly, dans « Le Jardin des mots », écrit très justement que, hors les cas de dissonance, l’emploi de l’on est affecté, inutile. Elle assimile cet emploi à une hypercorrection qui est le fait de qui veut « parler bien ».
Elle parle aussi de l’abus de la conjonction « lorsque » que certains préfèrent parfois inutilement au trop simple « quand ».

le 2 septembre 2021.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Plus on approche
« Plus l’on » n’est pas fautif mais vient alourdir la tournure inutilement.
Et à l’oral « pluzon  »  est plus compréhensible que « plulon « . 

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 31 août 2021

Merci à tous les deux, c’est très clair 🙂
Bonne journée

Ariane db Érudit Répondu le 31 août 2021

Bonjour Ariane, 
BDL :

« Le l’ qui accompagne parfois le pronom on est avant tout historique et non euphonique. On vient du nom latin homo « homme ». Étant à l’origine un nom, on l’employait avec l’article défini l’ (forme élidée de le). L’on avait déjà un sens indéfini et signifiait « l’homme en général, les hommes ». Courante jusqu’au XVIIe siècle, cette forme est maintenant propre à la langue écrite, littéraire ou soutenue. L’emploi de l’on n’est jamais obligatoire, mais il convient dans les contextes où une langue soignée est de mise.

Dans la langue courante, l’on a été remplacé par on, sauf dans certains emplois pour des raisons d’euphonie. Ainsi, après les mots etouquequiquoi et si, on préférera l’on à on pour éviter l’hiatus, c’est-à-dire la rencontre de deux voyelles. L’on est également préférable à on devant un verbe qui commence par con– ou com-.

Exemples :

– On choisit qui l’on veut. (plutôt que : qui on veut)

– C’est la maison où l’on habite. (plutôt que : où on habite)

– Il faut que l’on concocte autre chose pour le souper. (plutôt que : qu’on concocte)

Au contraire, encore pour des raisons d’euphonie, on évitera l’on après dont et dans un enchaînement de mots commençant par l.

Exemples :

– Ces gens, dont on ignore le nom, se croient tout permis.  (plutôt que : dont l’on ignore le nom)

– Si on le louait, on bénéficierait de nombreux avantages. (plutôt que : si l’on le louait)

Notons que L’on en tête de phrase est une tournure vieillie. »

 

 

Prince Grand maître Répondu le 31 août 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.