Paraît-il : expression figée ou non ?

Répondu

Bonjour à tous,

Je viens vers vous concernant l’expression « paraît-il » ou « il paraît ».

S’agit-il d’une expression figée, toujours utilisée au présent même si le reste de la phrase est au passé ? Ou l’expression peut-elle s’écrire au passé ?
Ex. : « Elle était célèbre, paraissait-il. » « Après tout, il paraissait que c’était aussi ça, la France. »

D’avance merci pour vos lumières 🙂

Piclou

Piclou Amateur éclairé Demandé le 18 octobre 2021 dans Question de langue

Intéressant !

le 19 octobre 2021.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

C’est donné comme une expression par Larousse, donc a priori au présent (indicatif ou conditionnel).

À ce qu’il paraît, paraît-il, signifie « selon les apparences, selon ce qu’on dit ».

Il paraît + adjectif de, que, les circonstances semblent indiquer que ; il semble : Il paraît nécessaire d’insister.
Il paraît que, on dit que : Il paraît que vous avez été malade ?

Il paraîtrait que, le bruit court que : Il paraîtrait que la situation est catastrophique.
Il y paraît, cela se remarque (souvent en phrase négative) : Il a été souffrant, mais il n’y paraît plus.

Je ne comprends pas la signification de « paraissait-il » dans votre phrase : il paraît qu’elle était célèbre, me semble plus correct. 

joelle Grand maître Répondu le 18 octobre 2021

Merci Joëlle, cela répond tout à fait à ma question. Il paraît devrait être utilisé tel quel ici.
Je pense que « paraissait-il », dans mon exemple, correspond à « paraît-il », malencontreusement mis au passé pour aller avec le reste de la phrase. Du moins, c’est ainsi que je le comprends.
Merci beaucoup !

le 19 octobre 2021.

Si « paraît-il » s’est pratiquement figé, c’est parce qu’il appartient exclusivement au discours et non au récit. Il renvoie systématiquement à la situation d’énonciation comme par exemple »tu vois » il faut dire – c’est le cas de le dire disons  je dirais que

C’est un marqueur discursif.

Les marqueurs discursifs […]  se caractérisent […] par le fait qu’ils fonctionnent (ou qu’ils sont censés fonctionner) comme phrase matrice syntaxique régissant une proposition complétive à laquelle ils sont pragmatiquement subordonnés. Autrement dit, c’est la complétive qui se trouve assertée et porteuse du message communicativement dynamique tandis que la principale, constituée par le verbe recteur « faible », n’apporte qu’une note modalisatrice, à portée subjective ou intersubjective, à l’assertion véhiculée par la complétive. Ces verbes recteurs faibles constituent probablement le groupe de MD* déverbaux le plus saillant du français parlé, et les exemples dans les corpus sont légion ; en voici un, mettant en jeu un verbe recteur faible par excellence, je pense :

Point de vue sportif pas spécialement même c’est plus avantageux je pense en province qu’à Paris puisqu’à Paris c’est très très cher.
Claus D. Pusch

*marqueurs discursifs

Tara Grand maître Répondu le 19 octobre 2021

Merci Tara ! 🙂

le 19 octobre 2021.

A ce qqu’il paraît sort, paraît-il de son figemenr. Il paraît aussi.

Ce n’est pas lui, paraît-i, qui a volé la viture.
Ce n’est pas lui, à ce qu’il paraît, qui a volé la voiture.
Prince Grand maître Répondu le 18 octobre 2021

Merci Prince

le 19 octobre 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.