on n’est pas sauvé ou sauvés

Bonjour, dans cette expression : On n’est pas sauvé(s). Je pense que les 2 sont acceptables. Qu’en pensez-vous ?

Manuel Grand maître Demandé le 11 mars 2021 dans Accords
6 réponse(s)
 

L’accord avec le pronom on dépend  de ce qu’il représente, donc pour votre phrase, je ne sais pas.

Lorsque on = tout le monde, les gens en général, c’est la troisième personne du singulier. 
– Dans ce pays, on dîne à 20h. – On dit que de tous les peuples de la Gaule les Belges sont les plus braves.

On peut également se mettre à la place de nous. L’accord des participes passés se fait alors comme si le on était de la première personne du pluriel. Cet emploi de on se fait à l’oral. 

– On est allés à la plage hier, j’en suis encore fatigué. – On est rentrés tard cette nuit.

Dans un sens proche de l’ironie, on peut également se mettre à la place de tu et vous. Il remplace alors une deuxième personne.

– C’est à cette heure-ci qu’on arrive. – Alors, on n’a pas fait son travail aujourd’hui ?

joelle Grand maître Répondu le 11 mars 2021

Bonjour Manuel,

oui, je le pense aussi.
Tout dépend du contexte et du sens recherché :

  • si c’est le « on » absolument indéfini, qui désigne un groupe quelconque de personnes (ou une personne seule), le singulier est de mise ;
  • mais si « on » remplace « nous », en désignant plusieurs personnes précises, dans un style moins soutenu ou en langage populaire, alors « sauvé » s’accordera en genre et en nombre – par exemple si Sylvie et Aurélie, assises l’une à côté de l’autre,  sont désespérées à leur examen du certificat Voltaire, Sylvie pourra très bien dire à Aurélie : « Eh bien… on n’est pas sauvées ! »
VDaumail Amateur éclairé Répondu le 11 mars 2021

Je pense que ce que je veux dire, par exemple quelqu’un vous donne un tâche pénible à faire, je réponds : On n’est pas sauvé (c’est-à-dire quand quelqu’un vous donne un travail pareil à faire, je ne suis pas prêt de finir, d’être embêté, etc.). En fait cela ne représente ni nous ni le « en général ».
Merci Joëlle pour ces réponses. Est-ce « Joëlle » avec tréma(s) ou sans ? (je me posais la question).

Manuel Grand maître Répondu le 11 mars 2021

Je vous remercie pour le tréma !

Pour le travail à faire : je dirais « c’est pas gagné ! »
Si quelqu’un vous apporte une (petite) aide : « on est sauvés » (= nous)
Je ne suis pas près d’arriver = on n’est pas rendus (=nous)

Attention à « près de »= sur le point.
à ne pas confondre avec :
Prêt  à .

le 11 mars 2021.

Merci beaucoup, « près de » j’avais oublié ce piège.

Manuel Grand maître Répondu le 11 mars 2021

Le partage la manière de voir de Joëlle. J’ajoute qu’à l’oral soigné, on dira : Ce n’est pas gagné !

On est sauvés, on n’est pas sauvés, si on fait la syllepse* (= que l’on accorde avec  la personne qui parle + celle qui est venue lui apporter de l’aide).
La syllepse étant facultative, on peut écrire, même dans ce cas : On n’est pas sauvé ! 
*  Déf. du Bon usage actuel : « L a syllepse (accord avec le sens, constructio ad sensum , ou accord logique) consiste à faire l’accord d’un mot, non avec le mot auquel il se rapporte selon les règles grammaticales, mais avec le terme qu’on a dans l’idée ou, si l’on veut, avec la réalité sous-jacente. »

Prince Grand maître Répondu le 11 mars 2021

Je me permets de vous renvoyer à une de mes précédentes réponses.

Prince Grand maître Répondu le 11 mars 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.