Lester d’un poids ou lester d’une charge

Bonjour,

Je suis en train d’écrire un récit et j’hésite entre deux tournures (métaphoriques) : « Lester d’un poids invisible » ou « lester d’une charge invisible ». « Lester d’un poids » me paraissait être un pléonasme. Est-ce le cas? Sinon, laquelle des deux tournures vous semble être la meilleure?

Merci de votre aide.

Ciel Amateur éclairé Demandé le 8 juillet 2022 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Franchement, les deux sont synonymes et c’est vous le rédacteur.
Donc lester d’un poids, d’une charge ou d’un objet plus précis, à vous de décider !

joelle Grand maître Répondu le 8 juillet 2022

Merci #Joelle

Ciel Amateur éclairé Répondu le 8 juillet 2022

Lester d’un poids, d’une charge sont des pléonasmes.
Lester = Charger le lest : lester un aérostat.
Fam. = alourdir : Son gâteau nous a lesté l’estomac.
Grand Larousse illustré. p. 666.

Prince Grand maître Répondu le 8 juillet 2022

Lester d’un poids, lester d’une charge, sont effectivement assez malvenus. Le pléonasme qui ne sert à rien est flagrant. La preuve que le complément n’apporte aucune précision est que vous hésitez entre deux mots.

Monter au grenier, monter dans la chambre du haut, monter en haut de l’échelle, monter à l’étage… sont très corrects, car non seulement le complément enrichit le sens de la proposition, mais il lui donne tout sons sens. Tandis que monter en haut est un peu ridicule.

Écrivez sans problème en limitant la métaphore au mot ‘lester’, sans utiliser les mots ‘poids’ ou ‘charge’ :
Il avait le cœur lesté du secret de ses origines (son secret était un poids)
Ma capacité d’autofinancement est lestée par l’administration fiscale (l’administration est un poids)

Si le complément de ‘lesté’ est clairement un complément d’agent (introduit par ‘de’ ou par ‘par’), et que ce complément d’agent est finalement le centre de la phrase, appelez-le ‘poids’ si vous voulez, à condition que ce soit un poids spécifique ; mais on voit aussi que dès lors que le poids est précisé, le mot ‘poids’ devient inutile :
Le poids de nos péchés ralentissait notre marche vers le temple (poids sujet)
Nous avancions lentement, lestés du poids de nos péchés (lestés + poids : cela n’apporte rien)
Nous avancions lentement, lestés de nos péchés (lestés, tout simplement)
La métaphore étant plus ou moins concrète (des péchés), il n’y a pas besoin de mot-support comme ‘poids’ (puisque le verbe sous-entend déjà un poids, remplaçons ‘le poids de nos péchés’ par ‘nos péchés’).

Le problème dans votre exemple est que la spécification du poids est juste un adjectif : ‘invisible’. Et si on veut écrire ‘invisible’, il faut bien mettre un substantif. Je comprends le problème.

Déjà, c’est peut-être que vous n’êtes pas allé au bout de votre métaphore. On ne fait de la bonne métaphore qu’avec du concret, de l’explicite. Sinon, c’est à peine de la métaphore. Si vous parlez de votre esprit comme d’une montgolfière, alors parlez de vos tourments (qui vous empêchent de monter et de rêver) comme de sacs de sable invisibles. Ça ce sera de la métaphore. Et tant qu’à faire allons un tout petit peu plus loin : on s’en doute que c’est une métaphore, alors inutile de dire que les sacs de sable sont invisibles… En gros, dans une métaphore qui compare des idées à des objets, on n’utilise jamais le mot ‘invisible’.

Si malgré tout, il vous faut un adjectif, prenons par exemple ‘inutile’.
Il était inutile de me dire cette chose qui me poursuivrait à jamais.
En me disant cela, vous avez lesté inutilement mon esprit.
En me disant cela, vous avez lesté mon esprit d’un poids inutile.
Il me semble que le mot ‘inutile’ est le plus important de cette dernière phrase. Comme c’est un adjectif, il a besoin d’un mot support. Ce mot doit être le plus neutre possible. Je pense qu’il est acceptable d’utiliser le mot ‘poids’ (qui ne signifie pas que la chose est lourde, cf. poids léger). Le mieux serait sans doute de trouver le mot neutre parfait, ou de faire un choix de vocabulaire correspondant au registre de votre texte :
En me disant cela, vous avez lesté mon esprit d’un poids inutile (acceptable pour évoquer l’inutilité du poids)
En me disant cela, vous avez lesté mon esprit de choses inutiles (très neutre, mais inintéressant)
En me disant cela, vous avez lesté mon esprit de tourments inutiles (les tourments remplacent les sacs de sable ou le plomb ; la métaphore n’est conservée que sur le mot ‘lesté’, et non dans son complément).

Bref :
* Si vous voulez que la métaphore aille jusqu’au complément, écrivez : une doctrine lestée de plomb ; depuis mon retour de l’armée, mon âme reste lestée du sable du Sahara
* Si vous voulez que la métaphore ne porte que sur le mot ‘lesté’ mais que le complément revienne à la réalité, écrivez : il avançait encore, bien que lesté de son passé douloureux
* Pour n’évoquer que le concept de lourdeur, mais sans évoquer la moindre image (ce qui est un peu nul, et ce n’est pas une métaphore, c’est juste un emprunt lexical à un autre registre), écrivez : ce discours est lesté d’un poids inutile
* Si vous voulez parler de poids invisible, cela n’a à peu près aucun sens pour parler de la lourdeur (on ne dit pas qu’une chose est lestée d’un poids invisible, mais qu’une chose est lourde). Cela n’a de sens que par métonymie si on considère qu’un poids est une chose qui pèse lourd, mais dans ce cas nommez la chose. Si vous avez besoin de préciser ‘poids’, c’est qu’il n’y a pas vraiment de métaphore dans votre phrase. Si vous avez besoin de préciser ‘invisible’, il n’y a pas de métaphore non plus.

Donc non, n’écrivez pas ça. Ni ‘lester d’un poids invisible’ ni ‘lester d’une charge invisible’.

Benezet Grand maître Répondu le 10 juillet 2022

Merci Benezet, votre commentaire est très instructif

Ciel Amateur éclairé Répondu le 10 juillet 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.