La Covid-19 ou le Covid-19 ,

Bonjour,

A priori, il n’y a pas de doute concernant le genre du mot coronavirus  : on dit bien le coronavirus. Mais qu’en est-il concernant le/la COVID-19. Si au début de la pandémie et pendant quelques semaines, on disait et on trouvait écrit dans la presse « Le » Covid-19. De plus en plus on entend dire « La » Covid-19. Si  le mot est bien féminin, il faut dire et écrire alors « de la » Covid-19″ et non « du » Covid-19 ? Quelle est l’origine du mot ?

Merci Grand Maître de bien vouloir nous éclairer !

Lucie Débutant Demandé le 7 juillet 2020 dans Question de langue
3 réponse(s)
 

Bonjour,

Voyez ici ce que l’Académie française en pense.

Prince Grand maître Répondu le 7 juillet 2020

1° « À la suite de l’Office québécois de la langue française, tel ou tel employé de bureau de l’Académie française a cru bon de rédiger une note indiquant qu’il fallait désormais utiliser le féminin en français.
Sans vérifier, des médias à la suite de cet employé de bureau ont participé à diffuser la consigne que ce mot était féminin au prétexte de l’autorité de l’Académie française. »

Pimprenel, renseignez-vous car le genre de cette maladie n’est pas du tout dû à un « employé de bureau de l’Académie française ».

2°  «Si cette réponse vous a intéressée, copiez-la vite, car elle va bientôt disparaître, comme à chaque fois que j’ai contesté l’autorité des arpètes de l’Académie française. »
Même si vous aviez raison sur le fond, vous auriez tort de parler des « arpètes de l’Académie française. »

Je vous prie instamment de ne pas réitérer ce genre de propos. Merci.

Prince Grand maître Répondu le 8 juillet 2020

Selon moi la féminisation de « Covid » va à l’encortre de toutes les règles de phonétique qui dictent le genre en français telles qu’elles s’appliquent à la terminologie des maladies et affections. Ces règles s’appliquent assez rigoureusement, en dépit du mode généralement inconscient de leur application chez la plupart des locuteurs francophones.

1. Les noms de maladie se terminant par une consonne (un son consonantique) sont toujours au masculin. Exemple: le scorbut, le typhus,  le cancer, le chancre (la double consonne à la fin de « chancre » annule  phonétiquement le « e » qui sans cela appelle le féminin comme  dans « otite », « pleurite » « peste » ou « pleurésie ») et donc on dit et on doit continuer de dire et d’écrire LE covid;
2. Les noms de maladie se terminant par un « a » peuvent être de l’un ou l’autre genre  (le choléra, la malaria, le chikungunya, le sida, etc.)
3. Ceux qui se terminent en « ose » sont TOUJOURS féminins (cirrhose, tuberculose, thrombose, silicose, etc.), de même que les noms se terminant en « ole » (rougeole, vérole, etc.)
4. Ceux  qui se terminent en « isme » sont TOUJOURS masculins (botulisme, nanisme,  crétinisme, etc.)

Dire et écrire « LA covid » revient à méconnaître la règle 1, fort simple et spontanément appliquée par tous les locuteurs français. Il n’est guère étonnant que cette règle ait échappée aux savants de l’Académie: elle est trop intime et naturelle aux locuteurs  et à cet égard ne repose sur aucun argument purement sémantique.

Votre avis svp.

Waysoftheworld Débutant Répondu le 1 octobre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.