indicatif ou subjonctif ?

Son frère pourra alors toujours ironiser sur le fait qu’il voit des complots partout !

L’indicatif est-il correct ou faut-il absolument utiliser le subjonctif ?
Merci pour vos conseils.

DAVID Sophie Érudit Demandé le 13 avril 2020 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Subjonctif et indicatif sont permis, le subjonctif est meilleur : sur le fait qu’il voie des complots partout.

joelle Grand maître Répondu le 13 avril 2020

J’hésite Joëlle. Le nom « fait » me paraît déclencher l’indicatif…
Avec un subjonctif qui s’entend : Il ironise sur le fait qu’il prend peur me semble plus cohérent que : il ironise sur le fait qu’il prenne peur.

le 14 avril 2020.

Moi aussi je raisonnais comme vous, mais j’ai vérifié pour être sûre

le 14 avril 2020.

Pas facile de trancher… J’avoue que c’est pour cette raison que je vous ai posé cette question…
Sophie

DAVID Sophie Érudit Répondu le 14 avril 2020

Les deux sont possibles : le fait qu’il soit là. Je préfère le subjonctif.

le 14 avril 2020.

Bonjour,

La question a déjà été traitée ici.

L’excellente  Banque de dépannage linguistique  écrit que, après le fait quele subjonctif est courant mais pas toujours  obligatoire.

le fait que Le subjonctif est courant mais n’est pas toujours obligatoire; au contraire, du seul fait que n’est jamais suivie du subjonctif.

Le Guide du rédacteur rappelle que les deux modes sont possibles et apporte quelques précisions :

« Le fait que

Le mode du verbe dépend du rôle que l’expression le fait que joue dans la phrase.

Comme sujet de la phrase

En règle générale, le subjonctif et l’indicatif sont tous deux permis. Si le fait que forme le sujet de la phrase, l’emploi du subjonctif est plus fréquent.

  • Le fait qu’elle soit/est revenue est rassurant.
  • Le fait que la guerre se soit/s’est poursuivie si longtemps est triste.
  • Le fait que Ron sera en congé nous privera de son expertise quand nous serons à l’étape finale du projet.

Dans la dernière phrase, l’indicatif est préférable; si on emploie soit, on ne sait pas si Ron est en congé en ce moment ou non.

Comme complément

Si le fait que forme un complément, on emploie aussi l’indicatif ou le subjonctif. Un truc utile est de conjuguer le verbe comme si le fait que n’était pas là.

  • Mais il y a le fait qu’Isabelle s’est excusée. (= mais Isabelle s’est excusée).
  • Je ne peux pas nier le fait qu’elle ne m’a/m’ait pas dit la vérité.
  • Tu te plains du fait que je ne t’ai/t’aie pas appelé.
  • Je me demande si le fait que nous soyons/sommes intervenus ne lui a pas causé des ennuis.
  • Je reconnais le fait qu’il n’était pas au courant. »
Prince Grand maître Répondu le 14 avril 2020

Merci Prince! N’empêche : je cherche une logique à ce subjonctif.
Le fait qu’on met/mette le subjonctif dans la subordonnée éclaire sans doute la vraie valeur du mode :  Tout ce qui suit les verbes introducteurs exprimant une attitude mentale(se demander, plaindre…) est pris dans l’orbe de la subjectivité émotionnelle ou mentale.
Ce qui rejoint ‘étymologie du mot subjonctif (: exprime un rapport de dépendance, placé après).
Ceci me paraît plus juste que la valeur de possibilité avancée par Bescherelle par exemple.

Tara Grand maître Répondu le 15 avril 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.