Il n’est pas moins que

Bonjour,
Sauf erreur, l’expression  » il n’est pas moins que » est couramment usitée. Il n’est pas question ici de l’expression  » il n’est pas moins de », mais de  » il n’est pas moins que ».
Il n’est pas moins que qui s’écrit aussi parfois « il est pas moins que »
Exemples: il est pas moins que riche, il n’est pas moins que ministre.
Ce qui signifie qu’ils sont au minimum riche et ministre.
Mais l’expression est-elle utilisée, je pense que oui, et  est-elle correcte dans des phrases comme: « il n’est pas moins que fripouille, il est pas moins que nul » ?
Merci.

Brad Grand maître Demandé le 21 août 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Bonjour,
Je pense que l’expression la plus correcte serait « il n’est rien de moins que fripouille » (= il est tout à fait fripouille). Inversement,  « il n’est rien moins que nul » signifie qu’il est tout sauf nul. Je pense que les expressions que vous mentionnez relèvent davantage du langage relâché.
Cordialement,
FB

Fabien_B Érudit Répondu le 21 août 2018

Bonjour Fabien
Ce n’était déjà pas très clair dans mon esprit. En introduisant des expressions voisines, ça se complique davantage.
Je ne sais pas si ces expression relèvent du langage familier

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

Bonjour Brad.

L’expression consacrée est « ne rien moins que  » ou « ne rien de moins que », distinction faite par l’Académie :
– Ne rien moins que = nullement (il n’est rien moins que sage = il n’est pas sage du tout)
– Ne rien de moins que = bel et bien (il n’est rien de moins qu’un héros = il est bel et bien un héros)

Cette distinction ne semble pas toujours respectée par les auteurs.

Il est possible de remplacer « ne rien de moins que » par « ne pas moins que » = autant.

PhL Grand maître Répondu le 21 août 2018

Je vois que cette expression se décline de plusieurs façons avec des sens que j’étais loin de soupçonner. Je ferais mieux de ne plus l’utiliser dans mes écrits. Pourquoi aller chercher des complications et courir le risque d’être mal compris, alors que la planète langue est aussi vaste que la terre de Dieu ?
Merci PhL.

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.