Il mange à la pizzeria, Complément Essentiel de Lieu ou CCL ?

Bonjour,
Je suis en pleine interrogation quant-à la phrase « je mange à la pizzeria »  : CCL ou Complément essentiel de lieu ?
CEL : difficilement déplaçable : A la pizzeria je mange… c’est moyen.
CCL : n’est pas associé à un verbe de mouvement/ localisation, donc n’est pas essentiel au fonctionnement du verbe

J’ai essayé de distinguer avec la pronominalisation MAIS certaines sources disent que seule le CEL peut être pronominalisé et d’autres disent que le CCL peut être un pronom.. (si quelqu’un peut trancher cette question aussi, je suis preneuse…).

Merci d’avance pour votre aide !

Jozefinn Débutant Demandé le 19 octobre 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

6 réponse(s)
 

il est difficile de séparer l’analyse grammaticale du sens et donc de l’intention : je mange où ? à la pizzeria (CCL). Cas de CCL non déplaçable, d’où le doute.
Je mange à la pizzeria : CEL si la pizzeria est essentielle au sens de la phrase. Mais le verbe manger ne rentre pas dans les verbes particuliers, voir ci-après.

CEL: Contrairement aux compléments circonstanciels, ils ne peuvent pas être supprimés ni déplacés.
Ils sont introduits par des verbes particuliers. Verbes de localisation : habiter, loger, résider, se trouver, être (dans le sens de se trouver), etc.
Verbes de mouvement : aller, se rendre à, se diriger vers, etc.
Tournures passives : être situé, être placé, etc.
J’habite à Paris.Je vais au cinéma.L’immeuble est situé en centre-ville.

Par exemple, si je dis « Demain nous irons à Paris. », le complément « à Paris » ne peut être ni déplacé, ni effacé : « *Demain nous irons. » est agrammatical ; « À Paris demain nous irons. » ne peut non plus se dire.

joelle Grand maître Répondu le 19 octobre 2021

Il faut surtout se questionner sur le verbe.
J’habite appelle nécessairement un complément. Soit un C d’objet direct j’habite une belle maison, soit un C de lieu j’habite dans une belle maison. Il ne se suffit pas à lui-même. En ce cas, le c de lieu est dit « essentiel ».
Aller ne peut être employé seul  *: je vais à la campagne
*ou alors il y a ellipse du c de lieu ex : je vais je viens.
Il n’y a pas que les compléments de lieu qui peuvent être essentiels au verbe.

On dit qu’un complément est essentiel : a) quand sa construction, avec ou sans préposition, dépend du verbe lui-même; b) quand le verbe ne peut, sans sa présence, avoir un sens.
Mesure : Il mesure un mètre quatre-vingts
Temps : La séance de cinéma dure deux heures*
Lieu : Il ira voir sa mère
Manière : L’enfant se conduit correctement
Français facile
—-

*On peut trouver : l’attente dure  ! en ce cas on a omis le complément essentiel « longtemps/des heures/etc)

C’est aussi le cas des compléments d’objet direct.
Manger implique forcément un objet qu’il soit ou non exprimé. Je mange une orange ; « Orange » est complément d’objet direct
La première information noyau de la proposition est alors donnée; qu’on veuille ou non ajouter à cette information centrale des informations circonstancielles est une autre chose.
Je mange (ellipse de ce qu’on mange du cod essentiel) à la pizzeria tous les jours avec mon ami, parce qu’on aime les pizzas, etc. On peut ajouter toutes sortes de compléments circonstanciels, preuve qu’aucun n’est « essentiel ».

Tara Grand maître Répondu le 20 octobre 2021

Merci beaucoup pour vos réponses !
Donc, si je comprends bien, « manger » ne nécessitant pas obligatoirement une précision de lieu, ce n’est a priori pas un complément essentiel mais un CCL.
Cependant, on peut parfois trouver des compléments essentiels avec des verbes qui n’en appellent pas nécessairement.
Dans un dialogue comme « ou vas tu ? – je mange à la pizzeria », « je mange à la pizzeria » signifie « je vais à la pizzeria pour y manger », et donc « à la pizzeria » pourrait être considéré comme complément essentiel. C’est ça ?

Est ce que dès qu’on ellipse le complément essentiel pour ne laisser qu’un complément circonstanciel, celui-ci revet une importance particulière, et donc se pose la question de savoir si il est essentiel ?
Merci encore pour votre aide !

Jozefinn Débutant Répondu le 20 octobre 2021

Il faut prendre les définitions des très grands grammairiens : Grevisse, Goosse, Riegel, Pellat, Rioul…

Le Bon usage électronique actuel : 

« . Les compléments sont essentiels , 1) soit quand leur construction (c’est-à-dire le choix de la préposition) dépend de l’adjectif support des compléments ; 2) soit quand l’adjectif ne peut s’employer sans eux. — Les compléments sont non essentiels quand ils n’obéissent à aucune de ces deux conditions.

Ex. de compléments essentiels : Le calembour est incompatible avec l’assassinat (StendhalChartr.xxiv )— Les oreilles des poètes ne sont sensibles qu’aux chuchotements (GiraudouxOndine, II, 9). »

Ensuite, il y a des considératons sur les adjectifs. 

Prince Grand maître Répondu le 20 octobre 2021

Prince, je me permets de te signaler que le cas que tu évoques dans ton commentaire (complément de l’adjectif) ne correspond pas à celui soulevé par Jozefinn (complément du verbe).

le 21 octobre 2021.

Bonjour,

à la cantine peut en effet s’analyser comme un CC ou comme un CE selon le sens de la phrase :

Il est en train de manger (à la cantine).
L’énoncé informe sur l’action (ici manger), le lieu est une information accessoire = CC.

Il mange à la cantine deux fois par semaine.
Ici l’énoncé ne porte pas tant sur l’action de manger, que sur l’endroit où se déroule cette action. Si on supprime à la cantine, on obtient Il mange deux fois par semaine, soit un énoncé grammaticalement et sémantiquement correct, mais de sens totalement différent de ce que l’on veut signifier. Le complément est donc essentiel.

phil-en-trope Grand maître Répondu le 20 octobre 2021

Merci beaucoup pour votre aide !

Jozefinn Débutant Répondu le 21 octobre 2021

De rien ! 🙂

le 21 octobre 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.