Il espérait que sa chemise [soit/serait/fût] sèche

Bonjour,

L’une des phrases corrigées du Projet Voltaire est la suivante : « Il espérait que sa chemise serait sèche le lendemain matin, mais elle était encore tout humide. »

Cette phrase me perturbe, car il me semblait qu’après « il espèrait que », on devait mettre du subjonctif (ex : Il espérait que je sois à l’heure). Je sais que dans un récit au temps passé, le conditionnel est utilisé pour exprimer le futur ; est-ce la raison ? Et dans ce cas, les phrases : « Il espérait que sa chemise soit sèche […] » et « Il espérait que sa chemise fût sèche […] » sont-elles correctes ? J’ai du mal à comprendre les règles d’emploi du sujonctif, si vous pouviez éclairer ma lanterne…
PetitSapin Débutant Demandé le 12 novembre 2020 dans Conjugaison
2 réponse(s)
 

Après « espérer que » on emploie généralement l’indicatif.
J’espère qu’il viendra (indicatif futur) – j’espère qu’il est bien installé (indicatif présent)
et au passé  en effet : j’espérais qu’il viendrait (mode indicatif et non conditionnel – futur du passé) – j’espérais qu’il était bien installé (indicatif imparfait).
Le subjonctif n’est pas exclu lorsque « espérer » est à l’impératif : espérons qu’il entende
La forme interrogative permet  :
– l’indicatif : espérez-vous  qu’il a compris ? qu’il comprendra ?
– le conditionnel : espérez-vous qu’il comprendrait (si…) ?
– le subjonctif : espérez-vous qu’il comprenne ce que vous dites ? —>notion de doute

Tara Grand maître Répondu le 12 novembre 2020

Merci beaucoup, c’est beaucoup plus clair maintenant

PetitSapin Débutant Répondu le 12 novembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.