« gens »

Bonjour,
J’ai plusieurs questions concernant les « gens ».

Tout d’abord, pourquoi de telles règles compliquées : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/gens/36606#difficulte ? Pourquoi ces règles insensées (selon moi) ? (Je ne demande pas les règles, je les ai.) Y a-t-il une raison ?

Puis, je cherche des adjectifs qui se prononceraient de la même manière au masculin et au féminin, qui s’écrivent différemment et qui pourraient être mis directement avant les mots gens. Exemple : ‘des …es’ gens mais « …s, des gens » Avez-vous des exemples de tels adjectifs ? Je pensais aux participes, mais peuvent-ils se mettre directement avant un nom ?

Ensuite, pourquoi de tels écarts aux règles ? Ou ici aussi.

Enfin, dans cette page de l’Académie française : https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9G0532, à la fin, il est écrit  » Titre célèbre : Les pauvres gens, poème de Victor Hugo, dans La Légende des siècles (1859). »
Ne devrais-ce pas plutôt être Les Pauvres Gens d’après la règle sur les majuscules dans les titres (Pour un titre avec un déterminant défini, qui n’est pas une phrase, on met une majuscule sur le nom auquel il se rapporte, ainsi qu’aux mots situés entre ce nom et son article, ainsi qu’aux noms symétriques à celui qui contient une majuscule, ainsi qu’à tout mot qui porte habituellement une majuscule.) ?

Un grand merci !

francais Grand maître Demandé le 10 avril 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Français, je te donne l’historique de ce mot d’après Grevisse (j’ai simplifié un peu !Je n’ai pas parlé notamment des dialectes et du wallon). Cet hist. explique bien des difficultés actuelles… 

Le fr. gens provient du pluriel latin (fém.gentes , qui , selon Wartburg, s’employait sporadiquement depuis Horace avec le sens qu’a le mot fr.

S’appliquant à des hommes (ou à un ensemble d’hommes et de femmes), il était normal que le masc. remplace progressivement en fr. le genre étymologique.

Cependant le fém. se maintient quand l’adj. fait corps avec le nom : dans la Passion de J. Michel toutes gens  s’oppose à tous noz gens.

Les deux genres pouvaient apparaître dans la même phrase : Toutes les gens dessus nommés (O. d’Anglure).  Telles veilles [= vieilles] gens deviennent jaleux et glous [= jaloux et avides].

 
De là la règle actuelle, consacrée par Vaugelas.  À noter que, pour Vaugelas, tout ne pouvait s’accommoder devant gens avec les autres adjectifs fém. que ce nom demandait ; on ne disait pas, selon lui, toutes les bonnes gens.

Prince Grand maître Répondu le 10 avril 2021

Merci pour ce point aussi.

le 10 avril 2021.

Concernant la maj. aux titres d’oeuvres, l’Académie écrit dans « Questions de langue » :

« Si le titre commence par un article défini, le premier nom qui suit cet article ainsi que les adjectifs et adverbes le précédant éventuellement prennent la majuscule : Les Misérables, Les Très Riches Heures du duc de Berry, Le Petit Chaperon rouge, Le Vilain Petit Canard. »

Effectivement, on doit écrire : Les Pauvres Gens.

Mais ne t’inquiète  pas trop : la Compagnie n’applique pas toujours les règles qu’elle édicte ou rappelle. Le « Grevisse » a beau jeu de le faire remarquer. 
Prince Grand maître Répondu le 10 avril 2021

« la Compagnie n’applique pas toujours les règles qu’elle édicte ou rappelle »
Effectivement,  je suis d’accord, comme je l’ai dit ici. Cependant, la grande question est « Pourquoi ? ». Pourquoi son rôle est de dicter des règles, mais ne les applique-t-elle pas ? Pourquoi ces « Immortels moralisateurs » créent des règles qu’ils ne respectent pas ? Pourquoi ? C’est à en devenir fou…

le 10 avril 2021.

Réponse à votre deuxième question : adjectif se prononçant identiquement au masculin et au féminin, s’écrivant différemment, et pouvant précéder au pluriel le mot « gens » :
– Dans notre parti, nous ne représentons pas la bourgeoisie, mais les vrai(e)s gens.

Merou Maître Répondu le 10 avril 2021

Bonjour,
Merci, mais en avez-vous d’autres ?

le 10 avril 2021.

Deux hommes m’ont aidé. Je ne sais pas comment remercier de telles gens.
Deux femmes m’ont aidé. Je ne sais pas comment remercier de telles gens.
C’est le mot « gens » en lui-même qui pose un problème.
J’ignore ce que vous souhaitez démontrer, mais dans une argumentation, un seul contre-exemple suffit à invalider la démonstration de votre contradicteur.

le 10 avril 2021.

Relativement au dernier point : la règle typographique (ce n’est pas de l’orthographie) retient le système des majuscules ordonnées que vous citez pour les « titres d’oeuvres » (en fait le classement alphabétique de ces oeuvres). Lorsqu’un poème est cité à côté du recueil auquel il appartient, c’est ce dernier qui prend le pas, qui est « l’oeuvre ». Si le poème est cité isolément, il devient l’oeuvre.
Encore une fois, la typo (majuscules, traits d’union, italique, caractères, ponctuation en partie) est affaire de contexte. Aucun typographe n’est jamais entré à l’Académie, qui semble ne pas toujours comprendre de quoi il s’agit mais applique en revanche ses décisions arbitraires en dépit du bon sens. Mais là, l’exemple cité est correct.

Chambaron Grand maître Répondu le 10 avril 2021

« Aucun typographe n’est jamais entré à l’Académie »
Tout comme il n’y a pas de linguiste…

Euuh… Je ne suis pas sûr d’avoir compris.
La règle des majuscules ne s’applique pas aux poèmes ? Elle s’applique seulement aux recueils, livres, films, tableaux, etc. bref aux œuvres et un poème seul n’est pas une œuvre ? Est-ceci ?

le 10 avril 2021.

Exact pour les linguistes, lexicographes. On connait bien le recrutement des agrégés (Lettres classiques) qui bossent à l’Académie et dont le C.V. ne comporte aucun élément moderne (maitrise des bases de données, des concepts linguistiques, du traitement de l’information).  Ce n’est pas une question de niveau mais d’orientation du travail effectué.
Oui, les « titres d’oeuvres » sont une notion éditoriale , ce qui compte c’est le « catalogue » littéraire, musical, etc. Un poème n’est jamais publié isolément à l’origine. L’italique reste en revanche essentielle et c’est elle qui lui confère valeur de « citation ».

le 10 avril 2021.

Et il n’y avait pas une histoire alors, que le titre du poème, contrairement à l’œuvre devait être entre guillemets ?

le 10 avril 2021.

Normalement non, sauf si vous avez choisi ce parti pour tout un  ouvrage. Je n’ai jamais vu cette solution…
Exemples pour Baudelaire :
1. J’ai vu l’albatros, c’est intéressant. Reportage ornithologique, pas de commentaires, n’est-ce-pas ?
2. J’ai vu L’Albatros, c’est intéressant.  On est censé savoir de quoi il retourne.
3.J’ai vu L’albatros, c’est intéressant.  Les Fleurs du mal me passionnent. Le nom de l’oeuvre est à côté.

le 10 avril 2021.

Merci pour ces informations.

le 11 avril 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.