Eux-mêmes

Bonjour,

Dans la phrase « Si la danse est art, l’art sert à donner un sens
à la vie et chaque danseur a fait le choix de l’intégrer au plus profond d’eux-mêmes ». J’ai un doute concernant l’orthographe « d’eux-mêmes ». Ne serait-ce pas « de l’intégrer au plus profond de lui-même » car danseur est au singulier…

qu’en pensez-vous ? merci beaucoup

trinitysg69 Amateur éclairé Demandé le 15 septembre 2016 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Je suis d’accord avec vous. Chaque danseur est au singulier. D’ailleurs, on n’écrit pas « chaque danseur « ont » fait le choix ».

Il faut bel et bien écrire : « […] chaque danseur a fait le choix de l’intégrer au fond de lui-même. »

jean bordes Grand maître Répondu le 15 septembre 2016

merci beaucoup pour ces précisions !

trinitysg69 Amateur éclairé Répondu le 15 septembre 2016

Bonjour.

Je réagis de la même façon que vous à la lecture de cette phrase.

En effet chaque est un adjectif indéfini singulier qui indique la répartition, la distribution. Chaque désigne toute chose, tout être pris individuellement dans un ensemble.
Le pronom possessif qui se rapporte à cette chose ou à cet être est au singulier.
Donc je dirai comme vous : « chaque danseur a fait le choix de l’intégrer au plus profond de lui-même »

C’est différent pour chacun, pronom indéfini singulier : le pronom possessif qui se rapport à chacun peut se mettre au singulier ou au pluriel.
Ils s’en vont chacun de son côté / leur côté

Par contre, lors de la répétition de chaque, le verbe se met le plus souvent au singulier mais peut se mettre au pluriel. Dans ce dernier cas, le pronom possessif est également au pluriel.
Chaque arbre, chaque plante, chaque fleur a son rôle / ont leur rôle dans la nature

Mais on trouve dans la littérature des exceptions : « chaque insecte, chaque plante me donnait, comme à un créateur, l’image, l’attente de l’animal qui vivait d’eux«  (Giraudoux, Suzanne et le Pacifique, 1921, p. 104) cité dans CNRTL.

PhL Grand maître Répondu le 15 septembre 2016

parfait ! merci encore !

trinitysg69 Amateur éclairé Répondu le 15 septembre 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.