espérer que/circonscrit à

Bonjour,

Cette phrase est-elle correcte ? « Il ne restait plus qu’à espérer que les effets de l’explosion seraient circonscrits à cette zone. » (espérer que + conditionnel ? circonscrits à/dans ?)

Merci,

BBFolk Grand maître Demandé le 9 avril 2021 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Circonscrits à : pour votre phrase

Reste plus que : un pléonasme
reste plus que …. que = une lourdeur
il ne (nous) restait que l’espérance / espoir d’une explosion limitée à la zone…

Espérer que
 employé à la forme affirmative est normalement suivi de l’indicatif, ou du conditionnel si la subordonnée exprime une hypothèse ou une éventualité :
==>indicatif

  • J’espère qu’il viendra.
  • J’espérais qu’il allait venir.
  • J’espère qu’elle nous appuiera en cas de refus.

L’emploi du subjonctif n’est pas exclu, et il est facilement toléré après l’impératif espérons ou on pourrait espérer :

  • Espérons que la convention collective soit ratifiée au plus vite.

Employé à la forme interrogative ou négative, espérer que peut être suivi soit du subjonctif, soit de l’indicatif ou du conditionnel :

  • Espérez-vous qu’il vienne/qu’il viendra/qu’il viendrait?
joelle Grand maître Répondu le 9 avril 2021

A) Si vous préférez appliquer la règle générale de l’indicatif :

Faut-il la simultanéité ou la postériorité ?

1) Simultanéité
a. Texte au présent :
La bombe est déjà tombée : on espère que les dégâts sont limités.
b. Texte au passé :
La bombe était déjà tombée : on espérait que les dégâts étaient limités.

2) Postériorité
a. Texte au présent :
On s’apprête à lâcher la bombe : on espère que les dégâts seront limités.
b. Texte au passé :
On s’apprêtait à lâcher la bombe : on espérait que les dégâts seraient limités.
On voit dans cette dernière phrase que le conditionnel présent n’est qu’une concordance des temps tout à fait normale exprimant le futur dans le passé. Dans cette situation, considérez le conditionnel présent comme un indicatif futur dans le passé. Il n’y a aucune contre-indication au conditionnel dans ce cas.

B) Possibilité du subjonctif
Il est souvent possible, officiellement ou dans l’usage. Par exemple si dans votre phrase « il faut espérer que », « espérons que », « il ne reste plus à espérer que »… ont le sens de « prions pour que », un subjonctif n’est pas choquant.

Faut-il la simultanéité ou la postériorité ?

1) Simultanéité
a. Texte au présent :
La bombe est déjà tombée : il faut espérer que les dégâts soient limités.
b. Texte au passé :
La bombe était déjà tombée : il fallait espérer que les dégâts fussent limités.

2) Postériorité
a. Texte au présent :
On s’apprête à lâcher la bombe : il faut espérer que les dégâts soient limités. (il n’existe pas de subjonctif futur)
b. Texte au passé :
On s’apprêtait à lâcher la bombe. Il fallait espérer que les dégâts fussent limités. (il n’existe pas de subjonctif futur dans le passé)

Note. Pour B1b et B2b, le subjonctif présent « soient » est plus moderne que le subjonctif imparfait « fussent ».

Comment choisir dans votre texte au passé.
Comparez les quatre possibilités au passé ci-dessus avec la possibilité au présent associée.
Vous aurez ainsi deux choix à faire et à croiser :
* simultanéité ou postériorité : c’est vous qui savez, car vous ne nous donnez aucun indice sur le fait de savoir si les dégâts sont déjà effectifs ou à venir.
* indicatif ou subjonctif :
-> on peut employer l’indicatif ;
-> si vous estimez que votre introduction « il ne reste plus qu’à espérer que » conduit au subjonctif, parce que cela veut dire « espérons que », « nous souhaitons que »… le subjonctif est possible.

Tout ce que j’ai résumé ci-dessus étant relativement formel, j’imagine que c’est dans le B1b (simultanéité dans le passé avec notion subjective) le subjonctif imparfait « fussent » que vous aimeriez remplacer par le conditionnel « seraient ». Non, ce n’est pas possible, et « il faut espérer que les dégâts soient limités » ne devient pas au passé « il fallait espérer que les dégâts seraient limités ».
Si l’explosion a eu lieu, et que les dégâts sont déjà provoqués, vous avez le choix entre « étaient » à l’indicatif et « fussent » au subjonctif.
Si l’explosion est programmée, et que les dégâts vont être provoqués, vous avez le choix entre « seraient » au pseudo-indicatif et « fussent » au subjonctif.
Dans les deux cas, le subjonctif « fussent » peut être remplacé de façon moderne par « soient ».

Tableau

      Indicatif   Subjonctif
Simultanéité Présent on espère qu’ils sont il faut espérer qu’ils soient
Simultanéité Passé on espérait qu’ils étaient il fallait espérer qu’ils fussent (4)
Postériorité Présent on espère qu’ils seront il faut espérer qu’ils soient (2)
Postériorité Passé on espérait qu’ils seraient (1) il fallait espérer qu’ils fussent (3) (4)
 
(1) Ce conditionnel présent est parfaitement valide, en tant qu’il représente simplement un indicatif futur dans le passé
(2) On utilise le subjonctif présent car il n’existe pas de subjonctif futur
(3) On utilise le subjonctif imparfait car il n’existe pas de subjonctif futur dans le passé
(4) La façon moderne est de remplacer ‘fussent’ par ‘soient’
Merou Maître Répondu le 9 avril 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.