Emploi d’une majuscule après deux points (:)

Bonjour,

Dans une dictée portant sur l’Évangile de Matthieu (7:4), il est écrit :
{ Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil… }

Comment expliquer le « L » majuscule à « Laisse-moi » ?

Cordialement.

peete_agore Amateur éclairé Demandé le 31 janvier 2017 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Ces deux-points ne précèdent pas une énumération, une explication ou un exemple, ce qui appellerait effectivement une minuscule au mot suivant.
Elle introduit une citation se second niveau, qui devrait se retrouver entre guillemets anglais (la citation principale étant entre guillemets français). La typo orthodoxe (si j’ose le mot pour un texte chrétien) serait donc :  « Comment peux-tu dire à ton frère : ´´Laisse-moi ôter une paille de ton œil […]´´ ».
La Bible se permettant une typographie particulière, elle supprime la surabondance de guillemets, mais laisse la majuscule en début de citation.

Chambaron Grand maître Répondu le 31 janvier 2017

Sur ce point l’édition Segond 21 a adopté la typographie « orthodoxe »…

le 1 février 2017.

Bonjour peete_agore,

On trouve après les deux points une citation « Laisse-moi ôter une paille de ton œil… »
Il est donc normal que le premier mot de cette citation commence par une majuscule. Cette citation aurait due être placée entre guillemets.

On trouve également une majuscule après les deux points en cas de nom propre ou si la phrase qui suit les deux points est introduite par un terme comme remarque, note…
Remarque : Dans cet essai les patients immunodéprimés ont été exclus.

PhL Grand maître Répondu le 31 janvier 2017

Bonjour,

On voit la paille dans l’oeil de son voisin, mais on ne voit pas la poutre qui est dans le sien.

Avant une sentence, une maxime, un aphorisme, un adage, un apophtegme, un proverbe, le deux-points peut être suivi d’une majuscule précédée d’un guillemet ou d’une minuscule, les guillemets étant exclus.

Je fis écrire hier encore en l’honneur des paresseux : bella cosa far niente*. ─ Mme de Sévigné.

*L’expression « farniente », qui signifie ne rien faire avec plaisir, vient directement de l’expression italienne « far niente » qui signifie tout simplement « ne rien faire ».
La légende dit que Mme de Sévigné aurait fait graver ce dicton sur un arbre.

czardas Grand maître Répondu le 31 janvier 2017

Merci pour toutes vos explications qui m’ouvrent les yeux sur cette typographie.

peete_agore Amateur éclairé Répondu le 31 janvier 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.