Climax

Bonjour à tous,

Mon professeur d’analyse en musicologie parlait de climax en prononçant ce mot à l’anglaise. S’il est peut-être plus employé dans la langue anglaise qu’en français, c’est pourtant aussi un mot français, d’origine grecque et latine. Ne peut-on pas le prononcer [klimaks] dans le sens d’acmé, apogée de la tension dramatique, moment de la catharsis ?

NicolasMessina Érudit Demandé le 27 septembre 2020 dans Général
4 réponse(s)
 

Nicolas,

Voici un article du Grand Robert de 2017, qui doit pouvoir vous aider. J’ajoute que l’abréviation « Angl. » figurant au début du II signifie « Anglais » (l’abrév. de « anglicisme » est « anglic. ») notamment dans ce dict.  Ex. donné par le GR : L’angl. des Etats-Unis…
« Point culminant (dans une progression) » [cf. début du II] est bien un synonyme de acmé, apogée…
Le GR ne donne que la pron. française pour les deux sens généraux…  TLFI : Idem :

« Prononc. : [klimaks]*. Étymol. et Hist. 1753 rhét. (Encyclop. t. 3); 1946 biogéographie (Forest.). Empr. au gr. « échelle; p. anal., terme de rhét. : gradation ». Au sens biogéographique, empr. à l’angl. climax « id. » (entre 1895 et 1910, F.E. Clements, savant amér. ds Encyclop. brit., s.v. biology t. 3, p. 649c). Fréq. abs. littér. : 4. »
* Pour les deux sens généraux (en rhétorique et en dehors de celle-ci).

Article  du  Grand Robert, s.v. CLIMAX :

«  climax  [klimaks] n. m.

ÉTYM. 1753, au sens I ; grec klimax «  échelle ; gradation  ».

 I   Rhétor. Figure par laquelle le discours s’élève ou s’abaisse progressivement.

 II   (Angl. climax, v. 1900, du grec). Sc. Terme, point culminant (dans une progression). —  Spécialt :

a   Biogéographie. État de saturation.

 b   Méd. Intensité maximale (d’une maladie).

c   Physiol. et cour. Orgasme.

© 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

Ecoutez tout de même la pron. du  Lyonnais

Prince Grand maître Répondu le 27 septembre 2020

Comme terme de rhétorique, le mot est francisé depuis le XVIIIᵉ siècle. Inutile donc de prononcer à l’anglaise, ce qui a par ailleurs une conséquence sémantique fâcheuse : en français, comme dans la racine grecque d’origine (pencher, d’où échelle), il s’agit de caractériser une gradation alors que l’anglais a évolué vers le point d’arrivée seul (par déformation populaire). Il ne s’agit donc pas que d’un problème de prononciation, mais les dictionnaires ne relèvent pas cette nuance.

Chambaron Grand maître Répondu le 27 septembre 2020

Merci à tous.
(Je me demande vraiment pourquoi à Lyon, la prononciation anglaise prédomine…)

NicolasMessina Érudit Répondu le 27 septembre 2020

Ce doit être partout en France, par anglomanie. Il faut pourtant beaucoup d’imagination pour le lire à l’anglaise si on ne l’a jamais entendu ainsi.

le 28 septembre 2020.

Définitions : climax – Dictionnaire de français Larousse

Il me semble que la prononciation proposée par Larousse soit celle que vous préfèreriez entendre dans la bouche de votre professeur.

Tara Grand maître Répondu le 27 septembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.