« C’est pas ma faute à moi ! »

Bonjour joyeux experts de notre belle langue.

Dites-moi, que pensez-vous de l’usage de « C’est pas ma faute à moi » svp ?
Acceptable ? Pas acceptable ?

Merci beaucoup pour l’éclairage :).

Stéphanie

Stéphanie Débutant Demandé le 23 mars 2017 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Bonjour,

Que vous répondre, sinon par cette chanson qui a bercé mon adolescence.

Des  pléonasmes comme « monter en haut» , « descendre en bas»  ou «sortir dehors» sont qualifiés de vicieux.
Ici cette forme pléonastique est une forme d’insistance.

L’Académie donne du pléonasme la définition suivante : « Figure par laquelle on redouble une expression pour la renforcer. »

Exemple :

C’est à faire dresser les cheveux sur la tête.

Cette formulation est certes pléonastique, mais l’image est plus violente que si l’on avait dit : C’est à faire dresser les cheveux.

czardas Grand maître Répondu le 23 mars 2017

Bonjour Stéphanie,

Tout d’abord rappelons qu’après être on écrira « faute » :
– sans préposition, de préférence dans le langage soutenu : c’est ma faute,.
– ou précédé de la préposition de : c’est de ma faute.

Le complément de « faute » doit être introduit par la préposition de :  c’est la faute  du professeur (c’est la faute à Voltaire  est donc fautif) 

Quand « faute » est précédé d’un pronom possessif (c’est ma faute) , le complément, nom ou pronom, ne sera pas introduit par de mais par à : c’est pas ma faute à moi, c’est leur faute à ces adversaires.
Ce procédé est utilisé pour renforcer le possessif.

PhL Grand maître Répondu le 23 mars 2017

« Ce n’est pas ma faute. » est largement suffisant et bien plus correct.

joelle Grand maître Répondu le 23 mars 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.