Accord avec « prochain » / jour et journée

Répondu

Bonjour,
J’ai à nouveau deux questions.

1) Dans les deux premiers exemples, pas de problème. Dans le troisième j’ai un doute. Faut-il mettre « prochain » au pluriel ? Je pense que « prochaine » ne s’applique qu’à « 15 mai ».
– Les 3 et 4 mai prochains
– Je serai disponible vendredi ou samedi prochains
– Je suis en vacances du 8 au 15 mai prochain(s)

2) J’ai l’impression que « jour » et « journée » n’ont pas la même définition. « Jour » représente l’ensemble de la journée (matin et après-midi) et « journée » que l’après-midi. De ce fait, ces phrases n’ont pas la même signification n’est-ce pas ?
– J’ai passé deux jours exceptionnels
– J’ai passé deux journées exceptionnelles

Merci de nouveau pour vos réponses

Tony Grand maître Demandé le 2 mai 2018 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

6 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour Tony,

1) je pense qu’il faut accorder selon les règles habituelles avec et et ou, donc : les 3 et 4 mai prochains (les deux jours sont concernés), vendredi ou samedi prochain (ici a priori il s’agit du ou exclusif), du 8 au 15 mai prochains (les deux jours sont inclus dans l’intervalle).

2) non, je ne pense pas que la différence entre jour et journée soit ce que vous dites. S’il faut faire une distinction, je dirais plutôt qu’une journée désigne la partie diurne du jour ( « que du matin jusques au soir ») alors qu’un jour désigne une période de vingt-quatre heures (y compris la nuit). Mais il peut y avoir d’autres nuances : mon interprétation de vos phrases serait que lorsqu’on parle de deux jours exceptionnels, on met l’accent sur la durée (j’ai fait ou vécu certaines choses exceptionnelles pendant deux jours). Avec deux journées exceptionnelles , on insiste plutôt sur le moment lui-même (ces deux journées en particulier, mais peut-être font-elles partie d’une période de temps plus importante et ne sont-elles même pas contiguës : je suis allé une semaine chez des amis, et j’y ai passé deux journées exceptionnelles. Mais encore une fois, la nuance est très ténue, ces deux expressions pourraient fort bien être utilisées dans le même sens.

ChristianF Grand maître Répondu le 2 mai 2018

Merci pour votre réponse détaillée Christian ! 🙂
Votre analyse est intéressante sur le point deux, je la partage.
Quant au point 1, vous répondez à ma question. Seulement, j’apporte juste une remarque pour la phrase :
– Vendredi ou samedi prochain(s)
Dans cette phrase, je préfère le pluriel, bien que « ou » soit exclusif. Puisque « prochain » qualifie les deux noms. Il évite la répétition et toute ambiguïté, c’est d’ailleurs la logique de Littré et Grevisse.
Par exemple :
– Je viendrai vendredi ou samedi prochain
Dans cette phrase, on pourrait croire que je viendrai ce vendredi ou le samedi de la semaine prochaine. Ce qui est faux. Je viendrai vendredi ou samedi mais tous deux de la semaine prochaine. L’accord pluriel de « prochain » enlève toute ambiguïté.
De même que :
– Je veux une orange ou un citron pressé
« Pressé » au singulier sous-entend que je veux soit une orange entière, soit un citron pressé.
L’accord au pluriel de « pressé » enlève toute ambiguïté :
– Je veux une orange ou un citron pressés
L’un ou l’autre, mais les deux doivent être pressés.
Je posais la question avec la troisième phrase car je n’avais jamais vu d’exemple.

le 2 mai 2018.

J’ai un sérieux doute sur l’utilisation du pluriel que vous faites avec des « ou » exclusifs.
« Je serai disponible vendredi ou samedi prochains » : si l’un n’exclut pas l’autre, ce qui semble le cas dans cette phrase, la conjonction « et » serait plus appropriée et alors la question de l’accord de l’adjectif ne se pose plus (pluriel obligatoire).
Si la phrase avait été « Je serai disponible vendredi ou samedi prochain, selon votre propre disponibilité » : la phrase dit clairement qu’il s’agit de vendredi OU de samedi, mais pas les deux (je ne viendrai qu’un des deux jours). Dans ce cas, le ou étant exclusif, il faut mettre l’adjectif au singulier.
Quant à votre exemple de l’orange ou du citron pressé, que les deux doivent être pressés pour être bus, c’est un fait, mais l’un des deux seulement le sera pour répondre à l’attente. Donc le singulier s’impose, là encore le ou étant exclusif.
Je vous renvoie également à la réponse ici.

le 2 mai 2018.

Merci une nouvelle fois Clic pour votre analyse.
Je comprends que cette règle soit difficile à accepter, elle l’est pour beaucoup de grammairiens. Cependant, ça me semble illogique.
Je pense que Grevisse et Littré ont raison. J’avais d’ailleurs partagé leur avis dans un autre post. Ils sont formels, l’adjectif qui s’applique à deux noms, que ce soit « ou » ou « et » doit être au pluriel chaque fois que cela est possible pour la clarté.
D’ailleurs ils donnent un exemple concret :
– Un mot commencement par une voyelle ou un H muet
(muet ne peut clairement que s’appliquer à « H »)
Mais :
– Une orange ou un citron pressés (il qualifie les deux et aucune ambiguïté. L’ambiguïté serait le singulier).
J’avais d’ailleurs demandé confirmation à l’Académie à ce sujet. Je joins la réponse :

Monsieur,

Si on écrit …une orange ou un citron pressé, on suppose que l’on veut une orange non pressée.

Si on veut que les deux soient pressés, il faut que l’adjectif soit au pluriel. Il est d’usage d’écrire l’adjectif au pluriel chaque fois que cela est possible.

Cordialement,

Patrick Vannier

L’Académie semble être du même avis, du moins cet académicien .. Désolé de vous contredire et d’être insistant Clic 🙂

le 2 mai 2018.

Et bien, je ne suis toujours pas d’accord, même si mon avis vient en contradiction avec de celui de l’Académie… Têtue et libre (de penser) !
Si l’on vous demande : « Que veux-tu comme dessert ? » et que votre réponse est « Une orange ou un citron pressé », en effet, cela peut signifier que vous voulez une orange non pressée.
Mais si l’on vous demande : « Que veux-tu boire ? » : le fait de répondre « Une orange ou un citron pressé » signifie que vous voulez soit une orange pressée, soit un citron pressé, au choix de votre interlocuteur. Il s’agit donc bien d’un OU exclusif qui implique le singulier. A moins que la règle du singulier pour un OU exclusif soit erronée…

le 3 mai 2018.

Je ne partage pas votre analyse Clic. Mais comme vous le dites, chacun est libre de penser ce qu’il veut. Moi je préfère suivre l’avis de l’Académie et Littré.
D’ailleurs, la vraie règle à la base de l’accord du verbe avec la conjonction « ou » est le pluriel. Ensuite, certains grammairiens ne l’ont pas respectée et on créé un « ou exclusif ».
D’ailleurs, croyez-vous que c’est logique avec « ou » d’accorder avec le premier sujet ? ou d’accorder au féminin alors qu’il y a un sujet masculin. C’est insensé.
Non non, le singulier est clairement fautif dans ce genre de cas. Le pluriel retire toute ambiguïté. De plus, preuve en est, il évite la répétition :
– Une orange pressée ou un citron pressé (très lourd)
– Une orange ou un citron pressés (impeccable, sans ambiguïté)
De même :
– Tu préfères la danse ou la musique mexicaine ?
« mexicaine » au singulier laisse sous-entendre que seule la musique est mexicaine et qu’on parle de la danse en général.
C’est faux, moi je parle de la danse mexicaine, non la danse en général. Donc :
– Tu préfères la danse ou la musique mexicaines ?
(aucune ambiguïté)
Quant à votre exemple, entre l’oral et l’écrit, c’est incomparable. À l’oral l’interlocuteur comprend bien ce que vous voulez dire selon votre ton et votre formulation etc. ; à l’écrit, ça peut être ambigu. Votre exemple est erroné ..
Voilà voilà Clic 🙂

le 3 mai 2018.

Une dernière remarque. J’admets seulement le « ou exclusif » pour l’accord du verbe, mais pas pour l’adjectif, car il s’applique bien au deux. J’écrirais :
– Christian ou Clic sera Président de la République
Mais :
– Je veux Clic ou Christian contents
Mon plaidoyer est terminé 🙂

le 3 mai 2018.

Tony, je vois votre point de vue (et celui de l’Académie) : dans je viendrai vendredi ou samedi prochains, le fait que le ou soit exclusif n’empêche pas que prochain se rapporte à vendredi et à samedi, donc le pluriel est justifié. Pour autant, je ne suis pas convaincu que le singulier soit fautif (la réponse de l’Académie se conclut d’ailleurs par « il est d’usage »). Quoi qu’il en soit, pour en revenir à votre question initiale portant sur du 8 au 15 mai prochains, j’ai bien l’impression que ce raisonnement peut s’y appliquer de la même façon (prochains se rapportant bien aux deux jours spécifiés, de même que pressés à l’orange et au citron) et y justifie donc le pluriel.

le 3 mai 2018.

Nous sommes d’accord Christian. Ni le singulier ni le pluriel ne sont fautifs. C’est selon l’interprétation de l’auteur. Moi je préfère le pluriel, mais d’autres peuvent préférer le singulier. Beaucoup d’auteurs écrivent au singulier dans ce genre de situations, mais d’autres écrivent au pluriel. Cependant, vu les références que j’ai données, on ne peut pas me dire que le pluriel n’est pas justifié.
Quant à ma question initiale, je partage votre point de vue. Merci de nouveau Christian 🙂

le 3 mai 2018.

Pour une fois, je suis moyennement convaincue par la réponse de Christian.
Pour les deux premières phrases, je suis d’accord. Mais pour « du 8 au 15 mai prochain(s ) », s’il est vrai que l’intervalle comporte de fait plusieurs jours ((huit et non deux ! je suis taquine pardon…), on peut considérer que prochain se rapporte à l’intervalle et non aux jours, ou encore au mois de mai (en parlant depuis un mois antérieur bien sûr) et donc se mettrait, dans ces cas, au singulier.
Quant à l’interprétation de jour ou journée, elle est très personnelle et dépend en partie du contexte. En fait, il me semble que le mot « journée » est plus doux à l’oreille que celui de « jour », ce qui est très subjectif. Par ailleurs, certaines expressions nous entrainent plus volontiers vers un mot plutôt que l’autre, par exemple « Ils ont été les deux jours les plus beaux de ma vie ».
En conclusion, je dirais juste que cela dépend de l’auteur, de son intention… et de son humeur du moment !

Clic Grand maître Répondu le 2 mai 2018

Hello Clic, votre opinion vaut certainement la mienne (c’est pour cela que je commence généralement mes messages par « je pense » 😉 ). Cela dit, j’entends du 8 au 15 mai prochain comme un raccourci pour du 8 mai prochain au 15 mai prochain. Pour moi, prochain se rapporte donc à ces deux jours en particuliers (aux six autres de l’intervalle aussi, mais ils ne sont pas exprimés ici), d’où ma justification du pluriel. Je pense qu’elle est correcte, mais je ne conteste pas du tout qu’on puisse aussi mettre le singulier — par exemple en associant prochain à mai comme vous l’avez fait. Quant à la deuxième question, je suis tout à fait d’accord avec vous, seule la première interprétation de Tony (journée restreinte à l’après-midi) me semblait erronée.

le 2 mai 2018.

D’accord avec vous sur l’utilisation des mots du type « je pense », « à mon sens », « il me semble », etc. Nous sommes bien d’accord sur le fait que personne ne détient de vérité absolue, sauf lorsqu’il s’agit d’une règle établie et non discutable.
Par contre (aïe, j’entends ici les reproches sur l’utilisation de cette expression !) lorsqu’on dit « du tant au tant… », il ne s’agit pas de deux dates séparément mais bien d’un intervalle, sinon on ne peut que dire « le tant et/ou le tant ». Enfin, je crois !

le 2 mai 2018.

Merci pour votre réponse Clic.
De ce fait, les deux semblent à priori possibles 🙂

le 2 mai 2018.

J’ai peut-être trouvé une astuce.
Dit-on :
– Du 8 au 15 mai qui suit
Ou
– Du 8 au 15 mai qui suivent
J’ai un doute là, je n’arrive pas à me décider

le 2 mai 2018.

Il me semble que les deux orthographes seraient possibles. Je m’explique :
Si l’on considère l’intervalle (comme dit précédemment), ou le mois lui-même (si nous sommes en janvier par exemple), on dira ou écrira au singulier (et j’utiliserais personnellement plus volontiers le verbe venir que suivre) : « Nous nous reverrons du 8 au 15 mai qui vient« .
Mais j’avoue qu’avec cette phrase, opter pour le pluriel n’est pas faux, considérant alors tous les jours concernés : « Nous nous reverrons du 8 au 15 mai qui viennent« . Et cela vient donc en contradiction avec ce que j’ai écrit précédemment, rejoignant ainsi l’avis de Christian.
Au bout du compte, je dirais que si on écrit prochain ou le verbe de la phrase au singulier, cela s’appliquerait donc plutôt au mois, alors que le pluriel s’appliquerait plutôt aux jours.
Comme je l’ai déjà dit : pas de vérité absolue et surtout pas de prétention d’avoir toujours raison… La réflexion est intéressante.

le 3 mai 2018.

Merci pour votre réponse Clic. Là-dessus je ne vous contredirai pas, je suis incertain ! Je suis ravi que vous ne considérez pas avoir la science infuse 😅
Non mais votre analyse me parait correcte. J’ai regardé sur un autre forum, il y est dit la même chose, donc ..
J’ajouterai simplement que « prochain » peut aussi s’appliquer qu’au dernier jour, soit « au 15 ». Ça me semble possible que seul le dernier jour soit pis en compte

le 3 mai 2018.

Je valide la définition de ChristianF, à moitié :

  • une journée désigne la partie diurne du jour ( « que du matin jusques au soir »).
    Ça tombe bien, c’est aussi ce que dit le CNRTL « Espace de temps compris entre le lever et le coucher du soleil. » 
  • un jour désigne une période de vingt-quatre heures, y compris la nuit (CNRTL II.B) ; et parfois la seule  journée (CNRTL II.A).

Mais « J’ai passé deux jours exceptionnels » implique au moins une nuit. A priori.

Une chose est sûre, Tony raccourcissait les jours et les journées ; pourtant l’hiver est passé.

e_magnin Grand maître Répondu le 2 mai 2018

Merci pour votre recherche Laurent.
J’aime beaucoup votre humour ! 🙂

le 2 mai 2018.

Mais pourquoi cete insistance à m’appeler « Laurent » ?
Seriez-vous Québécois ?

le 3 mai 2018.

Bonjour,

De manière *** xe avec la définition de « jour », unité de vingt-quatre heures, peut-on employer le substantif « nycthémère », ou ce dernier ne doit-il pas être réservé au seul domaine de l’astrophysique ?

La quasi-homophonie de « nycthémère » avec les expressions imagées de groupes de rap, ainsi que dans le langage argotique d’une partie de la population, ne risque-t-elle pas, sur Twitter, de me valoir les foudres menaçantes de personnes ignorantes de ce mot, et peu enclines à un traitement humoristique de l’actualité ?

Vous comprendrez aisément que, de votre réponse, dépend ma sécurité !

peete_agore Amateur éclairé Répondu le 3 mai 2018

Ah, c’est de vous le célèbre théorème !
Enchanté.

e_magnin Grand maître Répondu le 3 mai 2018

Bonjour,

Il me faut bien l’avouer,  je ne suis qu’un affreux plagiaire, du point de vue de mon pseudonyme, s’entend !

Très bonne journée à vous.

peete_agore Amateur éclairé Répondu le 3 mai 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.