Le profil de Tara
Grand maître
10238
points

Questions
7

Réponses
1574

  • Grand maître Demandé 2 heures auparavant dans Conjugaison

    J’ai dépensé plus d’argent pour faire mes films que ce que me rapportaient les projections.
    Cet emploi de l’imparfait est tout à fait correct.
    Le passé simple ne convient pas parce que le temps du verbe de la principale est au passé composé. Il faut choisir l’un ou l’autre :
    J’ai dépensé plus d’argent pour faire mes films que ce que m’ont rapporté les projections.
    Je dépensai plus d’argent pour faire mes films que ce que me rapportèrent les projections.
    Je suis d’accord avec ce que dit Bamako : le plus que parfait est possible aussi pour ce verbe « rapporter ».

    —> ce choix entre les temps dépend du sens, de la succession des événement et du style qu’on veut adopter (je ne préciserai pas davantage ici par souci de simplicité).

    • 31 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 heures auparavant dans Général

    Les indemnités ne sont pas régularisées ou alors il faudrait comprendre qu’elles sont rendues uniformes et régulières.
    Je pense que vous voulez dire que la situation financière de la personne a été régularisée et les indemnités versées ou accordées, ou réglées.

    • 24 vues
    • 1 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 heures auparavant dans Général

    Pourquoi ne pas considérer pour acquis  que l’auteur veuille bien écrire ce qu’il veut écrire ?

    Les petits cratères jaunâtres (la couleur évoque la présence d’une substance suspecte) ont corrodé (détruit) les flocons au fur et à mesure que tombait la neige. Ces petits cratères existaient avant la chute de neige qui ne prend pas sur eux.

    Auquel cas, il n’y a rien à redire à cette phrase? Certes, elle est longue, mais peut-être voulue telle, et très correcte.

    • 21 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 heures auparavant dans Question de langue

    Je pense qu’on n’est pas là dans le domaine de la langue.
    Personne ne meurt du virus (de la COVID) : c’est une contrevérité un point c’est tout.  Hélas.

    Cette réponse a été acceptée par Minouche. 2 heures auparavant Vous avez gagné 15 points.

    • 18 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 2 heures auparavant dans Général

    Ce message en réponse à cette question de Edwin :
    C’est possible que l’on dise « je ne crois pas qu’il viendra » par habitude mais cela ne représente pas la grammaire française correcte.
    Le fait qu’on le dit (dise) de temps en temps ne veut pas dire que c’est correct.
    Sinon, pourquoi ces livres de grammaire française disent tous la même chose?
    ——-
    Je voudrais préciser ceci :
    Une langue est en perpétuelle évolution, transformation : ce qui est correct au XXIème siècle était incorrect au moyen-âge.
    Il y a une grammaire normative, qui dit ce qui est correct ou incorrect à une époque donnée : cette grammaire est essentielle, elle permet à la langue une stabilité suffisante pour qu’elle ne dérive pas au point que grands-parents et petits-enfants ne se comprennent plus.
    Il y a aussi une grammaire descriptive : celle-ci observe ce qui se dit et comment la langue évolue. Cette grammaire ne dit pas comment on doit parler, elle observe et montre comment les locuteurs natifs s’expriment. On peut dire qu’il s’agit d’un point de vue de chercheur.
    Cette grammaire est importante parce qu’elle donne de la souplesse et surtout parce qu’elle ne nie pas l’évolution de la langue, ses transformations qui ne sont pas forcément négatives, qui au contraire, peuvent être un enrichissement.
    Voilà pourquoi, Edwin, les livres de grammaire (normative) disent tous la même chose.
    Et voici pourquoi cela n’empêche pas les locuteurs natifs de déroger à cette norme avec, et pourquoi pas, un nouvel avantage, en donnant à la langue une nouvelle nuance, des nouvelles ressources.
    (On pourrait débattre -mais ce n’est sans doute pas le lieu ici-  sur les changements qui affectent la langue : ils ne vont pas tous dans le sens d’un enrichissement. On est en train de perdre, par exemple, les subjonctifs imparfait et passé -et certaines nuances qu’ils pouvaient traduire-, le passé simple ne s’emploie plus guère que dans les récits écrits, alourdissant les emplois du passé composé qui le remplace très souvent)

    • 52 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 16 heures auparavant dans Général

    Je dirai comme Bamako : restons prudent avec les affirmations concernant l’emploi ou non du subjonctif.
    Pour ma part je ne suis pas choquée par : je ne crois pas qu’il viendra et on le rencontre bien souvent, cet indicatif, je pense aussi souvent que je ne pense pas qu’il vienne.
    Laissons cela.

    Pour la phrase : Je pense que ça ne dépend pas de la contingence du fait qu’il soit gentil.
    – le mot « contingence » appartient au lexique philosophique et il y a décalage entre ce terme, et l’énoncé d’un fait somme toute trivial ; décalage encore souligné par l’emploi du pronom « ça », familier à l’écrit.
    – » la contingence » et « le fait que » sont parfaitement inutiles
    Si bien qu’on arrive à un énoncé plein de redondances, qui peut être considéré comme prétentieux , lourd, (attention, on peut aussi comprendre qu’il ne s’agit que d’une hypercorrection qui est en tous cas à la limite de l’incorrection  (sémantique).

    Je pense que cela ne dépend pas de sa gentillesse convient peut-être bien mieux.
    Mais je n’ai pas le contexte, et la phrase utile peut varier selon le sens exact à exprimer. Un exemple  :
    Je pense que sa gentillesse n’entre pas en ligne de compte/n’a aucune incidence sur … .
    etc.

    • 52 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 16 heures auparavant dans Accords

    Laetie :
    Il est possible de considérer soit l’espèce, soit un groupe d’individus dénombrables.
    Selon le genre de texte ce sera l’un ou l’autre.
    – dans un texte explicatif comme un article sur la faune par exemple, on choisira le singulier : il existe trois espèces d’orang-outan.
    – dans un texte narratif, on choisira le pluriel : j’avais devant moi trois espèces d’orangs-outans.

    Cette réponse a été acceptée par Laetie. 12 heures auparavant Vous avez gagné 15 points.

    • 51 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 16 heures auparavant dans Accords

    des rangers des ONG
    Il serait plus clair de présenter une phrase complète.
    Je propose :
    1 J’ai rencontré des Rangers des ONG dont on vient de parler.
    Certes, « des » le déterminant  contracté : de les » et le déterminant indéfini « des » sont homographes mais il n’y a aucune hésitation possible : on a bien là (en gras) des = de les
    2 Dans mon parcours, j’ai rencontré des Rangers, des ONG, des associations.
    Ici non plus, aucune hésitation : il s’agit du des déterminant indéfini (virgule, sens)

    Cette réponse a été acceptée par Laetie. 12 heures auparavant Vous avez gagné 15 points.

    • 36 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 1 jour auparavant dans Question de langue

    Il pense que parce que son voisin allait déménager, il vendrait sa maison s’il trouve acquéreur.

    – Il pense que parce que est en effet inélégant mais correct. Il suffit de déplacer la proposition complément circonstanciel :
    Parce que son voisin allait déménager, Il pense que il vendrait sa maison s’il trouve acquéreur.

    – Allait déménager  (futur immédiat du passé) et vendrait (futur du passé) ne répondent pas à la concordance des temps qui se règle sur le temps de la principale.
    Il faut un futur immédiat au présent et un futur (du présent) puisque « Il pense »est au présent : parce que son voisin va déménager – il vendra

    Parce que son voisin va déménager, Il pense que il vendra sa maison s’il trouve acquéreur.

    – On peut considérer aussi que vendrait a sa valeur de conditionnel et le laisser tel quel.

    Donc , deux phrases correctes possibles :
    Parce que son voisin va déménager, Il pense que il vendra sa maison s’il trouve acquéreur.
    Parce que son voisin va déménager, Il pense que il vendrait sa maison s’il trouve acquéreur.

    • 81 vues
    • 6 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé 1 jour auparavant dans Général

    Strictement parlant il s’agit d’une faute de syntaxe puisque le pont détermine certaines relations entre les propositions.
    Voici en effet une définition du mot « syntaxe » :  partie de la grammaire traditionnelle qui étudie les relations entre les mots constituant une proposition ou une phrase, leurs combinaisons, et les règles qui président à ces relations, à ces combinaisons. TLF

    Exemple : ce chien mord le voisin crie 
    Ce chien mord. Le voisin hurle.
    Ce chien mord le voisin, hurle.

    • 51 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes