RE: Plusieurs questions

Répondu

Bonsoir.

J’ai des doutes sur les phrases suivantes :

– « Aucun doute qu’il s’agisse d’officiers de police. » = Est-ce réellement « qu’il s’agisse » et non pas plutôt « qu’il s’agit » ?

– « tu as besoin de nouvelles fringues, tu nages dans celles que tu avais avant  » = « que tu avais avant » ou « que tu avaient avant » ?

– « Mes deux dernières nuits dans la cellule du commissariat m’ont éreintées » = Est-ce bon (c’est une femme qui parle) ?

– « tout est parti en couilles » = Concernant l’expression « parti en couilles », peut-on écrire « couille » au pluriel ou est-ce toujours au singulier ?

Pouvez-vous m’éclairer ?

Merci beaucoup.
Désolé si ce sont des questions bêtes 😅

CaptainTomate Débutant Demandé le 23 avril 2022 dans Général
4 Réponses
Meilleure réponse

– 1(Il ne fait)Aucun doute qu’il s’agit d’officiers de police. » : la proposition soulignée est sujet réel du verbe sous-entendu de la précédente.
 La proposition subordonnée sujet introduite par la conjonction de subordination « que » demande le subjonctif, mais placée après la principale, le verbe sera à l’indicatif.
(> 2Qu’il s’agisse d’officiers de police ne fait aucun doute.)
Ce qui s’explique c’est que en 1 le contenu de la subordonnée est d’emblée posée comme un fait et en deux, il est posé d’abord puis examiné (=nuance).

« tu as besoin de nouvelles fringues, tu nages dans celles que tu avais avant » : « tu » est toujours sujet – son verbe suit – « que » est COD (reprend « fringues »)

– « Mes deux dernières nuits dans la cellule du commissariat m’ont éreintée » :|m’| est COD  – placé avant le verbe (auxiliaire avoir » > accord

– dernière question : je ne sais pas.

Tara Grand maître Répondu le 23 avril 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.