Bonjour,
j’aimerai savoir qu’elle est la formulation la plus exacte et si les deux sont possibles, quelle serait la différence entre les deux :
-Nous comprenons, par le biais des échanges qu’il y a pu avoir entre Monsieur …et son employeur, qu’un différend a pu exister.
Nous comprenons, par le biais des échanges qu’il a pu y avoir entre Monsieur … et son employeur, qu’un différend a pu exister.
Merci d’avance pour vos réponses.

LIBANE Amateur éclairé Demandé le 2 août 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

pour alléger : au vu des échanges entre M. …et son employeur, un différend est évident.

joelle Grand maître Répondu le 2 août 2021

Merci pour votre aide, mais je ne peux rien changer, le texte m’étant confié pour correction.

le 2 août 2021.

Le Bon usage actuel : 

« Il n’y a que les morts qu’ on ne tourmente pas (BalzacPonslxvii , titre). — Il n’y a qu’ aux chiens qu’ on écrit sans mettre son nom (E. et J. de Gonc.Man. Salomonxlix )— Il n’y a qu’ à Londres qu’ on voit encore des hommes en chapeau melon— Il n’y a que de cette façon que le silence s’explique autour de la disparition (Duras, cit. Togeby, § 411).

Nous comprenons, par le biais des échanges, qu’il n’ y a pu avoir entre Monsieur …et son employeur qu’un différend.

Prince Grand maître Répondu le 2 août 2021

Merci à tous, mais désolée de vous le dire, je n’y vois pas plus clair au vu des explications de « Chambaron » et de « Prince ».  Je n’y vois pas plus claire entre « il y a pu avoir » et « il a pu y avoir ».

le 2 août 2021.

Question intéressante car peu posée. Le verbe « y avoir » au sens de exister est un syntagme (assemblage de mots) non dissociable. Le y n’a pas de fonction grammaticale, il appartient au verbe comme si l’ensemble s’écrivait yavoir.  En conséquence, il ne doit pas en être dissocié…
Il n’y a donc pas d’autre solution que d’écrire « qu’il a pu y avoir », même si l’on peut trouver quelques rares mauvais exemples dus à une incompréhension de la forme atypique de ce verbe.
Imagineriez-vous d’ailleurs écrire « qu’il y pourra avoir » ou « qu’il y peut avoir »  ?

Chambaron Grand maître Répondu le 2 août 2021

Merci à tous, mais désolée de vous le dire, je n’y vois pas plus clair au vu des explications de « Chambaron » et de « Prince ».  Je n’y vois pas plus claire entre « il y a pu avoir » et « il a pu y avoir ».

le 2 août 2021.

Je pensais que c’était explicite : y reste collé au verbe avoir > il a pu y avoir uniquement.
Que voulez-vous de plus ?

le 2 août 2021.

Permettez-moi d’avoir un doute,
-et ce d’autant que la réponse de « Prince » dit l’exacte contraire de ce que vous dîtes, ainsi que le Larousse :

y

 

adverbe et/ou pronom personnel

 

(latin hic, ici)

    • [placé immédiatement avant le verbe, sauf à l’impératif]

    • 1. Indique le lieu ; à, en, dans cet endroit-là : Ce quartier, j’y demeure depuis vingt ans. Mets-toi là et restes-y.

 

-et ce d’autant que le syntagme dont vous parlez pourrait tout autant s’agir de y avoir qui une fois conjugué donnerait ce « fameux » il y a de « il y a pu avoir ».

sauf à écrire, si je « conjugue » les deux analyses : il y a pu y avoir ???

le 4 août 2021.

(Je pensais que c’était explicite : y reste collé au verbe avoir > il a pu y avoir uniquement.
Que voulez-vous de plus ?)
Les avis divergents m’ont mise dans le flou et sûrement que j’avais besoin d’une explication plus détaillée, j’ai donc poussé mes recherches dans votre sens, à savoir y collé au verbe avoir et j’ai  trouvé une ancienne réponse à une question similaire.

  • « Je penche pour votre avis : il a dû est le passé composé du verbe devoir et je ne vois pas pourquoi l’on intercalerait le pronom « y ».
    – Si l’on compare avec un semi-auxiliaire comme pouvoir : il a pu y avoir un problème et non « il y a pu avoir un problème ».
    Je pense que la confusion vient de la proximité avec l’expression « il y a » en terme de sonorité. Il est vrai aussi que l’on intercale le pronom « y » entre le sujet et l’auxiliaire avoir quand il désigne un lieu (il y a mis ses affaires) mais dans la phrase étudiée : il a dû y avoir un problème, « y » s’applique à l’infinitif avoir. joelle Grand maître Répondu le 31 janvier 2019″

Merci pour votre aide.

le 4 août 2021.

Libane, au tout début, j’avais mis un point d’interrogation.  Puis j’ai cru comprendre. Si ce n’est pas le cas, qu’as-tu voulu dire ? Merci.

Prince Grand maître Répondu le 2 août 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.