« Y a-t-il un problème ? » 1.

– Puis-je compter sur toi ?
– Mais certainement. Il n’y a « pas de problème » ou « pas de problèmes » ?…

jean bordes Grand maître Demandé le 6 février 2015 dans Accords
Ajouter un commentaire
5 réponse(s)
 

Encore une fois, accord selon le sens : si l’on pense que ce n’est pas un problème, que ce n’est pas un problème en soi==> singulier.
Si l’on estime qu’il n’y aura pas de petites difficultés ==>pluriel.

C’est moins carré que le gilet sans manches et la femme sans tête…dans la peinture.

joelle Grand maître Répondu le 6 février 2015
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Je ne connais pas de règle d’accord, mais je pense que d’une manière générale il faut mettre la phrase proposée à la forme affirmative pour trouver le nombre du nom qui suit l’expression   « Il n’y a pas de…»

Il y a un abonné au numéro que vous demandez .( l’abonné est unique ──► donc singulier)
Il n’y a pas d’abonné au numéro que vous demandez.

Il y a des arbres dans ce parc. ( L’arbre n’est pas unique ──► donc pluriel)
Il n’y a pas d’arbres dans ce parc.

On dira ainsi

Il n’y a pas de manches à cette chemise. ──► une chemise a des manches.
Il n’y a pas de col à cette chemise. ──► une chemise a un col.

C’est un point de vue logique. Ai-je tort ou raison ?

czardas Grand maître Répondu le 6 février 2015

« Oui mais non ».
La chemise a plusieurs manches, donc on a : « il n’y a pas de manches à cette chemise ».
Mais, on ne peut pas dire : en principe, il n’y a qu’un seul problème ou en principe, il y a plusieurs problèmes.

le 7 février 2015.
Ajouter un commentaire

Il me semble que cette tournure de phrase appartient au langage parlé, et n’est pas très « Académique ». Mais, a priori, je penche plutôt pour le singulier « Pas de (aucun) problème« .

Le mot « problème » est avant tout un terme de mathématique (algèbre, géométrie, astronomie, physique, etc.), et signifie « question à résoudre« .

Étymologiquement, on lui attribue le plus souvent une racine latine (problema : question à résoudre) ainsi qu’une racine grecque (problema : jeter devant, obstacle).

Le dictionnaire Littré lui donne ce même sens (question à résoudre), au propre comme au figuré : « Tout procès est un problème… la mort est un problème aussi, je le résoudrai bientôt. » (Voltaire).
Le Littré cite la phrase au singulier « Pas de problème« .

Le CNRTL révèle quant à lui que « Pas de problème » est un calque de l’anglais « No problem« , l’un comme l’autre au singulier.

Du côté de l’Académie, pas la moindre trace de « Pas de problème »…
En revanche, j’ai trouvé ceci, sur leur site, où le singulier est également préconisé, quelle que soit la tournure :
Le 06 octobre 2011

Emplois fautifs

On entend trop souvent dire il n’y a pas de souci, ou, simplement, pas de souci, pour marquer l’adhésion, le consentement à ce qui est proposé ou demandé, ou encore pour rassurer, apaiser quelqu’un, Souci étant pris à tort pour « difficulté », « objection ».

Selon les cas, on répondra simplement oui, ou bien l’on dira Cela ne pose pas de difficulté, ne fait aucune difficulté, ou bien Ne vous inquiétez pas, Rassurez-vous.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 7 février 2015

L’Académie écrit dans son Dictionnaire, à l’entrée problème :
« Il n’y a pas de problème, s’emploie dans une réponse pour donner un consentement ou écarter d’éventuelles difficultés.  »
Elle semble avoir opté pour le singulier.
Quant au calque sur l’anglais « no problem », il me pousse à dire : l’anglais ! Toujours l’anglais ! Encore l’anglais !… Encore un anglicisme !…
Je ferais la différence entre « pas de problème » et « il n’y a pas de problème ».
La première formule est familière (et pourrait se calquer sur l’anglais), la deuxième, sans faire partie du langage soigné, me paraît acceptable, quoiqu’évitant de l’employer à l’écrit.
L’expression « pas de souci » m’exaspère.

le 7 février 2015.

Je vous rejoins tout à fait Jean, « pas de souci » me fait grincer des dents ! Mais j’ai la même réaction à « pas de problème », désolée, j’entends la même chose… de pas franchement élégant…

Il y a un autre aspect de la question qui me chagrine un peu : pourquoi répondre par une négation pour traduire un assentiment ? Cette phrase répond plutôt à la question « Cela te pose un problème de venir m’aider ? », me semble-t-il ?

D’autre part, pourquoi évoquer un éventuel problème, si justement il n’y en a pas ? Cela envoie un message négatif, qui ne s’impose pas.

Je rejoins l’Académie (sur ce point également !…), il est préférable de tourner sa réponse autrement, votre dialogue pouvait s’arrêter à « Mais certainement », qui suffit à rassurer votre ami, tout est dit. On peut avoir envie de renforcer un assentiment, dans ce cas, pourquoi pas « Sans faute » (dédicace particulière au Projet Voltaire !) ou bien « Sois tranquille », « Sans l’ombre d’un doute », « En douterais-tu ? », « Je t’interdis d’en douter », « Tu pourras toujours compter sur moi », etc.

le 7 février 2015.
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Dans le TLFI voici ce que l’on lit:

b) Difficulté, ennui. Avoir des problèmes, chacun a ses problèmes; problèmes techniques; problèmes d’argent, de santé. Raconter une histoire d’aujourd’hui où les lecteurs retrouveraient leurs soucis, leurs problèmes (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.256):

3. Tentative d’abandon d’activités dispersées dans lesquelles les patrons de la Banque Rothschild se seraient lancés avec trop d’impétuosité en période d’expansion ? En tout cas, l’énumération des filiales «à problèmes» est préoccupante.
Le Point, 16 oct. 1978, p.153, col. 1.

Poser des problèmes. Susciter des difficultés. Faire problème. Présenter des difficultés. C’était [Vigny] une nature des plus compliquées dans sa finesse et qui, par ses qualités et ses défauts, ses supériorités et ses ridicules, fait encore problème pour moi aujourd’hui (SAINTE-BEUVE, Portr. contemp., t.2, 1869, p.79).
Familier
Il n’y a pas de problème. La chose est simple, facile. C’est pas un problème. C’est très simple. C’est pas tellement un problème, dit Gabriel (QUENEAU, Zazie, 1959, p.33).
Pas de problème, sans problème. Certainement. Voir REY-GAGNON Anglic. 1982.

no problem (informal)
(also not a ˈproblem)used to show that you are happy to help somebody or that something will be easy to do
– Can I pay by credit card?’
– Yes, no problem.

J’écrirai alors le petit dialogue:

– Puis-je compter sur toi ?
–  Certainement.

ou

– Puis-je compter sur toi ?
– Pas de problème.

czardas Grand maître Répondu le 7 février 2015
Ajouter un commentaire

Comment puis-je gagner des points pour pouvoir commenter? Je suis une grande débutante!

Frenchie Débutant Répondu le 3 novembre 2017
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.