Vouvoiement/tutoiement

Bonjour,
Dans le cadre de relations familiales, je vouvoie une personne , et celle-ci (plus jeune que moi) me vouvoie également.
Mais parfois et subitement, cette personne racontant un moment précis, ou une situation particulière, se met à me tutoyer subitement.
Ma question : s’agit-il d’une forme familière admise à l’oral ?  M E R C I !

JOMASU Amateur éclairé Demandé le 1 mai 2021 dans Question de langue

Bonjour !

Ahah ! Il arrive parfois que l’on se mette à tutoyer une personne lorsque l’on se met à raconter quelque chose, rien de bien grave à mon sens.
Je ne suis pas certain par contre de bien saisir votre question donc je laisse quelqu’un d’autre y répondre.
Bonne journée !

le 1 mai 2021.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Ce n’est pas une question d’orthographe mais plutôt de relations sociales. Sur le plan de la langue, il arrive que certaines personnes – emportées par leur élan – tutoient un personnage imaginaire en racontant quelques chose ou en argumentant ; ou parfois s’adressent à elles-mêmes (« tu te dis que tu … »).
Bref, rien de poétique, à éviter mais bon…

joelle Grand maître Répondu le 1 mai 2021

Je ne ferai que dire autrement ce que Vartol  vous a déjà dit.
Le vouvoiement en français marque une distance. Une distance due à l’âge, ou à la fonction, ou simplement due au fait qu’on ne se connaît pas, ou pas bien.
Quand deux personnes se vouvoient il arrive que l’un des deux (ou les deux) passe sans s’en rendre compte, au tutoiement. Simple étourderie ou encore parce qu’un lien s’est établi qui réduit la distance.
Le tutoiement a une valeur de familiarité mais aussi une valeur affective à ne pas négliger.
Un code implicite se met en place : soit la personne tutoyée  se met à tutoyer son interlocuteur et c’est un nouveau « contrat » entre eux. Soit elle continue plus ou moins ostensiblement à vouvoyer, ce qui signifie un refus du tutoiement. Ou alors, on parle du choix à faire : On se tutoie ? Il se peut que le choix ne soit pas symétrique. Par exemple un plus jeune peut vouloir être tutoyé mais ne pas vouloir tutoyer le plus âgé.

Question de nuances dans la relation.

Tara Grand maître Répondu le 1 mai 2021

L’anecdote est célèbre. A un militant qui lui demandait «Je peux te tutoyer ?», François Mit­­terrand, alors premier secrétaire du PS, avait lâché un glacial «Si vous voulez».

le 1 mai 2021.

Oui, c’est tout à fait ce contexte : soit elle s’adresse à un personnage imaginaire, soit à elle-même.  MERCI  !

JOMASU Amateur éclairé Répondu le 1 mai 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.