Vocabulaire linguistique

Comment peut-on appeler le fait d’appliquer un participe passé à un mot qui n’est pas COD du verbe correspondant à la voix active.
On ne travaille pas des jours (dans le sens que « jours » n’est pas COD de « travailler »). Et pourtant on parle de « jours travaillés » pour dire « jours pendant lesquels on travaille ».

Adrian Amateur éclairé Demandé le 15 novembre 2020 dans Question de langue
3 réponse(s)
 

Bravo pour cette question intéressante, Adrian !
Je n’ai rien ajouter aux excellentes réponses de Tara et Prince, à part ceci :
Personnellement, j’appelle ça une erreur de langage, passée de force dans le langage, par le biais du jargon administratif.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 17 novembre 2020

S’il faut y voir une figure de style, ce serait une syllepse il me semble, puisque le sens prévaut sur la grammaire.
Des jours travaillés = des jours qui ont été occupés à travailler.

Le TLF fait de ce sens  une des acceptions du mot « travaillé ».

Tara Grand maître Répondu le 15 novembre 2020

Oui, et le cas est loin d’être unique ! Cf., par ex., une voiture stationnée alors qu’on ne stationne pas une voiture. Un projet abouti.

Quel glissement sémantique ! Quelle extension d’emploi ! C’est le journal Le Monde qui en serait à l’origine  (voir ci-après et le lien). 

 » [Corresp. à travailler A 1] Heure, journée, semaine travaillée. Heure, journée, semaine pendant laquelle on exerce une activité professionnelle. Anton. chômé. Actuellement, les heures non « travaillées » au-dessous de la quarantième sont indemnisées (Le Monde, 9 janv. 1975 ds GILB. 1980). »   TLFi, art. Travaillé. 

Remarquez à sa décharge la présence des guillemets…

C’est sans doute le passage auquel Tara fait allusion.

 

Prince Grand maître Répondu le 15 novembre 2020

Oui, c’est bien le passage auquel je fais allusion, Prince.
Je trouve horribles ces « jours travaillés, ouvrés, chômé ».
Bravo à Adrian pour avoir levé ce joli lièvre.

le 16 novembre 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.