Virgule ou pas ?

J’ai une autre question,

Je me suis dernièrement posé la question si on mettait ou pas une virgule après un pronom quand on s’adresse à quelqu’un, exemple :

Toi la princesse…

Toi, la princesse…

Quelle phrase est correcte ?
Peut-être les deux ?

Broums Amateur éclairé Demandé le 10 janvier 2021 dans Général
4 réponse(s)
 

« Toi » étant en apposition, la virgule est nécessaire : « Toi, la princesse… »

jean bordes Grand maître Répondu le 10 janvier 2021

Selon moi, « toi » est ici un mot mis en apostrophe (on dit aussi, notamment, mot en apostrophe). Je le ferais suivre d’une virgule sans hésiter. Mais si, notamment, c’est du courrier privé, faites comme bon vous semble! (Cf. une de mes réponses très récentes au sujet des appellatifs affectueux.)

– Qui aimes-tu ?
– Toi, la princesse !

Toi, la princesse, il faudrait que te descendes la poubelle ! (Ironique.)

Termium Plus :
« Les mots mis en apostrophe, c’est-à-dire les mots qui désignent la personne ou la chose personnifiée à qui on s’adresse, sont toujours suivis de la virgule quand ils sont placés au début de la phrase, encadrés de virgules quand ils sont intercalés, et précédés de la virgule lorsqu’ils terminent l’énoncé :

    • Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes sincères salutations.
    • C’est à l’aube que vous êtes les plus belles, mes chères roses. »

« En linguistique, on appelle vocatif le cas grammatical exprimant l’interpellation directe ou l’invocation d’une personne (ou d’une chose) au moyen d’un appellatif (nom propre ou terme d’adresse). Le vocatif marque, en quelque sorte, l’apostrophe. »

« Lapostrophe : définition et emploi — Lapostrophe est un signe graphique ou … On dira : Mot en apostrophemot mis en apostrophe, pour dire que le mot est apposé et qui interpelle. Le pronom toi est en apostrophe dans « Toi, viens ici ! ».

Tara, vous avez parlé de vocatif en français moderne (je ne parle du latin) il y a pas mal de temps ;  mais je ne me souviens plus plus bien à propos de quoi… C’était peut-être au sujet de : « Paul, je… »

Prince Grand maître Répondu le 10 janvier 2021

J’avoue que je ne sais plus.

le 11 janvier 2021.

Le mot apposé à l’autre est classiquement le second, et je doute fortement que « toi » soit apposé à « ma princesse ».
* Pierre, mon ami, est venu.
— « mon ami » est apposé, c’est un complément qualificatif et non déterminatif, c’est pourquoi on met l’apposition entre virgules (cet homme, qui est venu, est…)
* Mon ami Pierre est venu.
— « Pierre » est apposé, c’est un complément déterminatif, ce qui exclut la virgule (cet homme qui est déjà venu est…)

En tout cas, on voit qu’on peut mettre une virgule si le deuxième terme ne précise pas le premier mais ne fait que le qualifier, et qu’on ne doit pas en mettre si le deuxième terme participe à déterminer le premier.

Précision déterminative :
— J’invite les gens qui sont intéressés à venir
— Vous qui êtes intéressés, je vous invite à venir
— Vous les artisans, je vous invite à venir

Précision descriptive :
— J’invite ces gens, qui sont intéressés, à venir
— Vous, qui êtes intéressés, je vous invite à venir
— Vous, les artisans, je vous invite à venir

La nuance avec « vous(,) les artisans », selon qu’il y a ou non une virgule, est facile à comprendre. Mais « toi » est déjà bien déterminé, on n’a donc pas de précision déterminative à suivre. On peut pencher pour la virgule.
— Toi, qui es ma princesse, réponds-moi.
Toi, ma princesse, réponds-moi.

On peut cependant étendre la notion de complément déterminatif à l’indication du titre en vertu duquel on complète le nom, par une relative pseudo-déterminative ou une apposition justificative. C’est-à-dire qu’on ne précise pas la personne (« toi » est déjà unique) mais on précise à quel titre elle est interpellée, et le complément se comporte comme la relative déterminative, sans virgule.
— Toi qui es historien, donne-moi l’heure (toi, puisque tu es historien… toi, en ta qualité d’historien…).
— Toi notre maître, conduis-nous.
— Toi qui connais la région, conseille-nous un restaurant.
— Toi notre souveraine, toi devant qui les roses s’inclinent, ordonne et nous obéirons.
— Toi qui es ma princesse (puisque tu es ma princesse, car c’est à ce titre que je te parle), réponds-moi.
Ne mettez alors pas de virgule dans votre phrase devant l’apposition, de la même façon que vous n’en mettriez pas devant une relative déterminative.
Toi ma princesse, ordonne et j’obéirai.

Complément : à une époque pas si lointaine, on ne tutoyait pas les princesses.

Adrian Grand maître Répondu le 10 janvier 2021

Meci Jean bordes =)

Broums Amateur éclairé Répondu le 10 janvier 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.