virgule et quel sens?

Voici le contexte:
On avit trouvé sa compagne. Il s’agissait de la fille d’une cuisinière de deux ans sa cadette et dont la mère était protestante.

Si on ne met pas de virgule, celle qui est de « deux ans la cadette » est la cusinière?  Et si on n’en met pas, toutes les caractéristiques s’appliquent à la fille?

Zully Grand maître Demandé le 2 janvier 2017 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Bonjour Zully,

Le groupe de mots « de deux ans sa cadette » apporte une information complémentaire non indispensable au sens de la phrase, et doit être placée entre virgules. Bien sûr ces précisions concernent l’antécédent immédiat, donc la cuisinière.
« Il s’agissait de la fille d’une cuisinière, de deux ans sa cadette, et dont la mère était protestante. »

Si ce n’est pas le cas, si c’est la fille qui est de deux ans la cadette de la cuisinière, il faut alors reformuler la phrase.
« Il s’agissait de la fille d’une cuisinière, de deux ans plus âgée, et dont la mère était protestante. »

Sans virgules, le sens de la phrase serait différent. On devrait comprendre que la cuisinière en question est celle, parmi plusieurs cuisinières, qui est de deux ans la cadette de la fille. Il s’agit alors d’une proposition déterminative, indispensable au sens de la phrase.
« Il s’agissait de la fille d’une cuisinière de deux ans sa cadette et dont la mère était protestante. »

PhL Grand maître Répondu le 2 janvier 2017

Flûte, je me rends compte que j’ai voulu corriger ma demande et par deux fois j’ai « enlevé » la virgule.

Dans le cas présent, on parle d’Alix, une jeune fille à laquelle on trouve une compagne qu’on décrit ainsi:
Il s’agissait de la fille de la cuisinière de deux ans sa cadette et dont la mère était protestante.

C’est la compagne, la fille de la cuisinière, qui est la cadette de deux ans d’Alix.

Effectivement, sans virgule, on a l’impression que c’est la cuisinière (donc la mère) qui est la cadette de sa fille. Alors, comment faire?  Changer la phrase en: Il s’agissait de la fille de la cuisinière, protestante,  et qui était de deux ans sa cadette? Autre solution?

Mille excuses pour la confusion.

le 2 janvier 2017.

Il ne s’agit plus de la même phrase!

Il s’agissait de la fille de la cuisinière de deux ans sa cadette et dont la mère était protestante.

On comprend que la cuisinière est la cadette d’Alix !

Il est préférable de reformuler cette phrase. Votre proposition est satisfaisante, mais mieux vaut faire plusieurs phrases.

Il s’agissait de la fille de la cuisinière, protestante. Elle était de deux ans sa cadette.
ou
Il s’agissait de la fille de la cuisinière. Elle était de deux ans sa cadette. et sa mère était protestante.

le 2 janvier 2017.

J’avoue que je ne comprends pas la phrase de base.  Il y a trop de personnages et d’expansions nominales équivoques. Pourtant, mon réveillon a été calme et d’une grande sobriété.
La fille d’une cuisinière, de deux ans sa cadette, : personnellement je me demande si c’est la fille ou la cuisinière qui a deux ans de moins…
quant à la mère qui est protestante, qui est-ce ? si c’est la mère de la fille, c’est donc la cuisinière et si c’est la mère de la cuisinière, c’est donc la grand-mère de la fille, donc on ne sait pas quel est l’antécédent du pronom « dont ».

joelle Grand maître Répondu le 2 janvier 2017

J’ai bien rigolé. Votre réveillon, effectivement n’y est pour rien.

Je lis un texte et, c’est vrai, il y a beaucoup de personnages:
1. Le personnage principal = Alix;
2. une compagne qui est de deux ans la cadette d’Alix;
3. la mère de la compagne qui est cuisinière et protestante.

En conclusion, il faut soit supprimer une qualification soit séparer les phrases?

le 2 janvier 2017.

L’insertion d’une virgule permet de détacher une groupe de mots en apposition ou une relative du mot qui précède immédiatement et auquel il se rapporterait sans cela.
Dans votre phrase, il faut donc (au vu de vos explications), insérer une virgule pour isoler « cadette » de « cuisinière ».
Attention : le « et » devient superflu, donc perturbant.

À mon sens, voici donc la bonne ponctuation :
« On avait trouvé sa compagne. Il s’agissait de la fille d’une cuisinière, de deux ans sa cadette, dont la mère était protestante. »
Mieux :
« On avait trouvé sa compagne. Il s’agissait de la fille d’une cuisinière protestante, de deux ans sa cadette. »

Chambaron Grand maître Répondu le 2 janvier 2017

Je respire.

Merci à vous trois! Chaque réponse m’a apporté de éléments, d’autant plus que si le texte est complexe, je n’ai pas été claire non plus. Difficile de faire un vote. Toutes les réponses étaient très bonnes.

Merci une nouvelle fois à votre site! Je l’ai déjà dit, mais on ne remercie jamais assez. Merci à vous, personnellement (une question précédente parlait du sens du mot personnel, cela tombe bien) et à la technique qui permet, à des gens comme moi, de s’améliorer!

le 2 janvier 2017.

On lui avait trouvé une compagne, de deux ans sa cadette. Il s’agissait de la fille d’une cuisinière protestante. 

le 2 janvier 2017.

Voire, éventuellement, en une simple phrase :

« On lui avait trouvé une compagne, de deux ans sa cadette, fille d’une cuisinière protestante. »

Scriba Maître Répondu le 6 janvier 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.